Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

 

Paroles de Brav : Prolétariat 

 

Aucun de vous ne pourra dire le contraire, notre histoire est dans le mur
Je ne serais rien sans le Secours Populaire, c’est sûr
À terre comme d’habitude, venu ber-ger l’amertume des prolétaires
Exclus, ici l’espoir s’épelle P.M.U.
Issu des pauvres, ma rancœur est légitime
Je suis aux bourgeois ce que les noirs sont aux skins
Aussi sincère que les paroles d’un alcoolique
J’évacue mon fardeau en remplissant des vers
Oublie l’amour, il n’y a pas de serrure à cette porte
« L’argent ne fait pas le bonheur », de peur que les clodos se révoltent
Comme le pouvoir d’achat, ma race en chute libre
Si la faim fait des déterminés, je chante encore le ventre vide
De force, ils maintiennent nos têtes sous l’eau
Leurs poches débordent quand s’enlisent les minima sociaux
Prolo bien sûr, nos portes sont closes
Les Restaurants du Cœur sont le paradis des pauvres
De la France, j’en suis la face cachée
Résidents ou entassés dans d’immenses tess
Sans argent ou affamés, noyés dans les dettes
Constamment ignorés même si on mendie de l’aide
Je suis ce qu’ils appellent un déchet à qui on lance des miettes
Inexistant, méprisé, blanc, arabe ou nègre
Évidemment le décès, c’est ce qu’ils nous souhaitent
Ils devraient s’en inquiéter
Prolétaire, marche ou crève


Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonnent
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul


Bêtement ce monde est trop inquiétant
Les richesses dans les caisses de la France : c’est l’argent
Des ouvriers dans le sur-endettement
Je suis un prolétaire avec le sens de l’acharnement

Aussi vrai que mes semblables puent le désespoir
Chez nous la réussite, c’est d’être smicard
Si l’argent nous fuit, l’huissier lui n’est jamais en retard
La misère c’est le fric des politicards
Tricard car français de souche brûlé
Mis à l’écart, je viens de la caste, de la caste des ouvriers
Mon quotidien en carence
Je viens du Havre où même la mer fait la Manche
Prolétariat, pour eux t’es rien
Prolétariat, l’élite et les babouins
Aussi déconseillé que des chiottes publics
I’m prolétaire don’t panik


Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonne
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul


Les courses se résume en aide :
RMI, RSA, APL, CMU, CAF, ANPE, ABI,
[...] LCR, CGT, SDF, SOS en feux de détresse
Je mène le même combat qu’Henri Grouès


Des cafards comme colocataires
Ma race est celle d’en-bas
Qui dans les galères se moque
Crève par terre, crois moi
Frère pas de fresh, pas de droits
Leurs salaires fait notre poids
J’étais précaire bien avant de faire du pe-ra
Ce n’est pas des waters mais bien nos HLM
APL comme partenaire
Notre trou à rat, à ras de terre
Aucun remède, prolétaire ou indigènes
Habitués des dettes, l’argent n’a pas d’odeur
Merde ! Mes mains elle sentent la merde
Même le ventre à terre, je resterais déter
Venu faire des inégalités : ma guerre
Donne moi un beat, que je dynamite leurs gratins
Donne moi une arme et je te fais de l’art contemporain
Le macadam est dans ma peau, mes blessures le confirme
Né pauvre, je suis ghetto depuis l’époque d’Alpha Blondy
Qui a les crocs ? A des excuses solides ?
La faim justifie le braquo, Brav’ Cohn-Bendit


Prolétariat, des rats, des sous-hommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, rejetés par le reste du monde
Dans ces tours qui nous emprisonne
Prolétariat, des braves, des bonshommes
Prolétariat, c’est ce que nous sommes
Prolétariat, méprisés par le reste du monde
On a appris à se relever seul

Commenter cet article