Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Réaction, résistance : le choc mûrit

 

L’EDITORIAL  d’INFORMATIONS OUVRIERES

par Daniel Gluckstein,

Secrétaire national du Parti  Ouvrier Indépendant

 

« Cette loi est la (…) pire loi réactionnaire contre le droit du travail » qu’ait jamais produit « la gauche » au gouvernement : celui qui qualifie en ces termes le projet de loi de transposition de l’accord Medef-CFDT (ANI, accord national interprofessionnel) est lui-même membre du bureau national du PS, et c’est dans cette instance qu’il s’exprime ainsi (1).

 

Réactionnaire en effet, le projet de loi démantelant le Code du travail. Et pas seulement ce projet. Après l’intervention télévisée de Hollande jeudi dernier, c’est Jean-Marc Ayrault qui est venu préciser, dans Le Journal du dimanche, l’attaque en préparation contre les retraites. « Au final, nous paierons les retraites », dit Ayrault. Il y avait donc, il y aurait donc risque que les retraites ne soient pas payées ? « Nous préserverons les plus petites retraites », ajoute-t-il. A partir de quand une retraite n’est-elle plus petite ? « Nous pérenniserons les régimes de retraite pour les générations à venir », conclut-il. Qu’est-ce que signifie « pérenniser les régimes de retraite », si seules les « petites » verront leur montant préservé ?

 

L’offensive contre les retraites puise à la même inspiration que l’ANI (tout comme l’acte III de la décentralisation (2) et l’augmentation de la TVA, impôt supporté, d’abord et avant tout, par les foyers les plus modestes) : il s’agit, au seul profit du capital financier, de frapper la classe ouvrière, les jeunes, les chômeurs et d’enfoncer un peu plus la population dans la misère et la précarité.

 

Donnant l’ANI en exemple (notamment pour la future contre-réforme des retraites), Ayrault vante « la méthode que nous avons choisie, celle du dialogue social. Personne n’avait réussi à le faire en trente ans » ! Une réussite, réellement, ce dialogue social ? Tout dépend. La CFDT, c’est sûr, a joué, comme toujours, son rôle de fourrier des contre-réformes et de la destruction des droits ouvriers.

 

Mais il n’est au pouvoir de personne — fût-il Premier ministre — de faire disparaître le refus des confédérations Force ouvrière et CGT d’approuver cet accord, et leurs appels à se mobiliser le 5 mars dernier, et à nouveau le 9 avril prochain pour lutter contre ce projet.

 

Les militants et délégués ne s’y sont pas trompés. Depuis l’annonce de la date du 9 avril, il y a huit jours, se multiplient, dans tout le pays et à tous les niveaux, des appels communs d’organisations FO et CGT (et parfois Solidaires, FSU, etc.) à la mobilisation contre l’adoption de la loi scélérate.

 

Le « compromis historique » que le gouvernement voulait voir surgir du « dialogue social » s’est brisé sur l’ANI. A cette tentative d’intégrer les organisations dans un « syndicalisme rassemblé » au service de la classe capitaliste, les travailleurs et les militants répondent par l’unité d’action pour la défense du Code du travail et des garanties collectives qui constituent la classe ouvrière comme classe (3).

 

Pour qui regarde du côté du gouvernement, l’heure, c’est certain, est à la réaction. Pour qui regarde du côté de la classe ouvrière et de ses organisations, l’heure est à la résistance.

 

D.G.

-------

(1) Gérard Filoche n’en conclut pas pour autant que le gouvernement doit retirer son projet, et soutient un appel pour l’amender.

 

(2) Dont le gouvernement, en butte à la résistance des élus, vient de modifier les conditions de son passage au Parlement.

 

(3) L’unité d’action contre l’ANI, c’est l’inverse du « syndicalisme rassemblé »… pour l’ANI !

 

 

source:POI 

 


Commenter cet article