Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

CNR06.jpg

Bon courage à tous. Vous êtes aux avant-postes des combats que nous devons tous mener afin de sauver notre vivre ensemble. Le TSCG, les accords de la honte, n'ont d'autres buts de détruire le modèle social français auquel nous sommes tous très attachés. Ce dernier a été arraché aux puissants par des luttes dont certains points forts : La commune de Paris, Le Front Populaire, le Conseil National de la Résistance, Les ordonnances de 1944-1945-1946, Mai 1968, donnent le courage de combattre ces voyous qui nous gouvernent.

 

Je suis le président de l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" crée à Nice il y a 2 ans, dont le but est de promouvoir et de défendre les idéaux et les acquis de la Libération. Dans une France ruinée et pillée, des hommes déterminés ont réussi à imposer le programme du CNR appelé "Les jours heureux". Aujourd'hui, dans la cinquième puissance économique mondiale, cela ne serait plus possible? Se poser la question est déjà y répondre.

 

Nous devons à ces hommes courageux, la sécurité sociale, le code du travail, les comités d’entreprises, la nationalisation des banques, la nationalisation des sociétés d'assurances, la nationalisation de la société Renault, la nationalisation des grands groupes de transports, la nationalisation de l'énergie, etc.,...

 

Nous faisons de l'éducation populaire pour éveiller les consciences et notre dernière réunion a porté sur le syndicalisme de classe. Vendredi 25 janvier 2013 nous avons fait une soirée conférence/débat sur ce sujet et samedi 26 janvier une journée de formation avec Jacky Omer un des secrétaires nationaux du Front Syndical de Classe  et René Barthe. A cette occasion nous avons salué votre détermination et votre courage et c'est avec joie que nous avons accueilli vos actions futures, marquées sous le sceau du « tous ensemble ». Cela nous semble le seul moyen de faire entendre la voix des citoyens pour la défense de leurs droits.

 

L'enfumage généralisé que nous subissons à tous les niveaux nous conduit à l'abattoir. Si la finalité du syndicalisme est la seule Confédération Européenne des Syndicats nous pouvons être certains que les régressions vont continuer. L'UE est une des institutions des maîtres du monde pour soumettre les peuples d'Europe. La CES, la Banque Centrale Européenne sont des instruments nécessaires à la soumission. La Grèce, l'Espagne, le Portugal, etc..., sont des expériences en grandeur réelle pour tester les outils afin de détruire les résistances et les droits des travailleurs.

 

Je vous adresse à titre personnel et au nom de mon association tous mes vœux de réussite. Je vous adresse aussi un grand merci pour remettre le "TOUS ENSEMBLE" à l'ordre du jour des revendications syndicales et politiques. Je fais passer ce message à la liste de diffusion de mon association, à tous mes contacts, au Front Syndical de Classe, etc...


Lucien Pons 

Président de l'association niçoise

« Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR »

 

Source CNR 06 

Commenter cet article