Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

informations-ouvrieres

L’EDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIERES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI

 

En quelques jours, les déclarations se sont précipitées. Le ministre de l’Economie reconnaît que le gouvernement est incapable de tenir ses objectifs. Valls déclare cependant au Journal du dimanche qu’il est « hors de question » de changer de politique et que « le pacte de responsabilité va véritablement entrer en oeuvre maintenant ». Hollande, sous prétexte du 70e anniversaire du débarquement en Provence, en appelle à l’unité nationale. Inconscience ? Provocation ? Ou calcul délibéré ?


Le pays est au bord du gouffre, avec plus de 5 millions de chômeurs et plus de 9 millions en dessous du seuil de pauvreté : effondrement social, économique, dislocation de la nation. La crise du régime est à son comble. Toutes les institutions et formations politiques se décomposent. Mais le calcul de Hollande et Valls est simple : en dehors d’eux, il n’y a pas de recours.

La droite en crise « dénonce », mais sur le fond, elle n’a pas de désaccord avec le pacte de responsabilité et tente de préparer « l’alternance » pour 2017. Au nom du Medef, Gattaz déclare ce 18 août : « Le gouvernement fait ce qu’il faut et va dans la bonne direction. »


A gauche, le Parti communiste réclame « un changement », tandis que la gauche du PS réclame une « réorientation » et une « remise à plat du pacte de responsabilité ». Certes, certes… Mais à qui ces demandes sont-elles adressées ? A Hollande ? Au gouvernement ? Toute la question est là.


Conformément à la logique bonapartiste des institutions de la Ve République, tous — les uns avec déférence, les autres avec fermeté — se tournent… vers Hollande, pour lui demander de bien vouloir modifier sa politique.


Tous… sauf l’immense majorité de la population. Un sondage Ifop publié ce dimanche indique que 85 % des personnes interrogées ne font aucune confiance au gouvernement pour lutter contre le chômage. Le rejet est total. C’est bien là que le bât blesse.


Dans son éditorial du 18 août, intitulé : « Et maintenant, monsieur le Président ? », le journal Le Monde salue la « lucidité » du gouvernement, mais s’inquiète : « Ce que les Français attendent désespérément, c’est le temps des solutions et si possible des résultats. »Or Le Monde, qui appuie pourtant les mesures annoncées par le gouvernement, relève : « Rien de tout cela n’est à l’évidence suffisant, ni de nature à convaincre le pays que le gouvernement se donne tous les moyens de sortir de l’ornière. (…) Le pire, désormais, serait qu’il apparaisse désarmé. »


Il faut donc que le consensus se réalise autour du gouvernement et de sa politique. Mais cette exigence de consensus se heurte à ces 85 % de la population qui refusent toute confiance au gouvernement.


En ces derniers jours de la période de congés d’été, ces affirmations répétées de Sapin, Hollande, Valls poussent à l’explosion sociale.


La confiance que la classe ouvrière refuse au gouvernement, c’est à elle-même qu’elle doit se l’accorder, c’est-à-dire prendre confiance en sa capacité à construire sa lutte de classe unie, avec ses organisations, sur ses revendications.


Cela implique que les organisations qui parlent au nom de la classe ouvrière refusent tout soutien au gouvernement Hollande-Valls, et campent fermement sur le terrain de l’indépendance fondée sur les revendications et aspirations fondamentales de la classe ouvrière, de la jeunesse et de l’ensemble de la population.


Seule l’action collective des exploités et des opprimés unis avec leurs organisations dégagera une issue de rupture avec la politique actuelle. C’est la voie par laquelle la volonté politique de la majorité peut s’imposer.

source: POI

Commenter cet article