Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

continental-logo.jpg

 

 

 

Une victoire au goût amer  pour les « Conti » dont les licenciements ont été invalidés.

 

Les Prud’hommes de Compiègne ont annulé le licenciement de 683 ex-salariés de Continental à Clairoix. Le tribunal a reconnu qu’il n’y avait pas de motif économique aux licenciements et que « la crise » ne pouvait être un motif de licenciements. Les Prud’hommes ont également reconnu que le reclassement n’avait pas été respecté et que l’accord de 2007 signé par la CFTC qui faisait passer les horaires de 35 heures à 40 heures « pour sauver l’entreprise » n’a pas été respecté. Les 683 « Contis » vont toucher des indemnités allant de 20 000 à plus de  100 000 €uros, Continental devra également rembourser à Pôle Emploi 6 mois d’allocation chômage pour chaque salarié. Comme le disaient aux médias plusieurs ex-salariés, toutes les indemnités ne remplaceront pas notre emploi perdu, la décision de justice arrive trop tard, l’entreprise étant fermée. Actuellement seuls 300 « Conti » ont retrouvé un emploi, quelques uns en CDI, la majorité en CDD ou en intérim. On ne compte plus les dépressions, les divorces, les problèmes liés à l’alcool que vivent les salariés licenciés. Il faut savoir qu’aujourd’hui beaucoup d’ex « Conti » sont arrivés en fin de droit et ne touchent plus que 15,90 €uros par jour ou sont au RS.

 

 

Le représentant de la CGT Xavier Mathieu résume amèrement  « il y a eu trop de dégats. C’est comme pour un assassinat : on ne récupère pas la personne que l’on a perdue mais on est content de voir les bourreaux condamnés ».

 

good-year-logo.jpg

 

 

 

L’exemple « Continental » démontre la justesse de la lutte menée par les « Good Year » depuis 7 ans. La justice condamne régulièrement les employeurs de sites qui licencient sans justification économique mais ne donne pas aux instances représentatives des salariés les moyens d’intervenir en amont afin d’empêcher les licenciements.

 

 

Le gouvernement doit voter une vraie loi pour interdire tout licenciement dans les entreprises et les groupes qui font des bénéfices. Cette loi promise par Hollande et Montebourg aux salariés sur le parking Good Year a été sacrifiée sur l’autel du profit par nos gouvernants sociaux-démocrates actuels.

 

 

La santé financière d’une entreprise s’entend au niveau groupe et reste une épine dans le talon d’Achille de la direction Good Year. En 2013 le groupe va battre le record des résultats de bénéfices nets (181 millions de dollars au 2ème trimestre 2013) contre 85 millions de dollars un an plus tôt.

 

 

La lutte sociale menée par les Good Year et leur syndicat CGT se double d’une lutte juridique : le mercredi 4 septembre 2013, le CHS/CT d’Amiens Nord a assigné en référé la direction du groupe France au TGI et demande une suspension du projet de restructuration du site, sachant que la direction ne veut pas fournir les informations légales au cabinet désigné par le CHS/CT. Le délibéré a été fixé au 20 septembre.

 

 

Une nouvelle audience s’est également tenue au TGI de Nanterre afin de faire suspendre le plan de licenciement sachant qu’un transfert clandestin d’activité est prouvé au niveau européen. Délibéré le 24 septembre.

 

 

Les « Good Year » seront également présents le 10 septembre de 4 h 00 du matin à 22 h 00 le soir pour le blocage de la Zone Industrielle avec les autres entreprises en lutte pour la défense des retraites.

 

Ce même jour un départ en bus est prévu pour Versailles où la  Cour d’Appel devra prendre position sur le plan de licenciements en cours  contesté par les salariés.

 

Communistes soutient sans réserve la lutte exemplaire menée par les « Good Year » depuis 7 ans et continuera à populariser leur combat. Seule la lutte de classe sans concession peut changer le cours des prétentions des capitalistes aidés par le gouvernement socialiste  au détriment de la population de notre pays.

 

Il n’y a que les combats que l’on ne mène pas que l’on perd.

 

Source : site "Communistes" 

Commenter cet article

cotty 11/09/2013 13:06


Félicitations la lutte paie! Salutations fraternelles communistes.