Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Communiqué 93  

CGT - FO - FSU - Solidaires -

Syndicat de la Magistrature

----

 L’ANI un accord minoritaire qui constitue

un recul social majeur !

 

Pour porter notre refus de voir transposer 

ces reculs sociaux dans la loi ! 

Rassemblement et point presse : 

Jeudi 28 mars 2013 - 11 h 30

devant la permanence du Président

 du groupe PS à l’Assemblée Nationale 

(19/21, avenue de la République - 93800 Epinay-sur-Seine)

 

Les Organisations syndicales départementales CGT, FO, FSU, Solidaires, Syndicat de la Magistrature réaffirment leur ferme opposition à l’Accord National Interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier 2013, dit « pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés ». Ce texte comporte de graves reculs sociaux car il impose aux salariés la flexibilisation, permet le chantage à l’emploi et représente une attaque en règle contre le CDI.

 

C’est un accord dont l’une des principales caractéristiques est de faciliter les licenciements et de rendre plus difficiles les recours des salariés, des IRP, des syndicats. Il contient des attaques très dangereuses comme le CDI intermittent, la mobilité interne, le court-circuit des plans sociaux, les accords dit de « maintien de l’emploi » (ex accord Compétivité-Emploi de Sarkozy)… Avec cette boite à outil « Made in MEDEF », pour prendre qu’un exemple, la Direction de PSA aurait pu fermer l’usine d’Aulnay depuis bien longtemps sans que les syndicats et les salariés puissent dire quoi que ce soit.

 

Les dommages et intérêts lors de recours de salariés aux Prud’hommes sont plafonnés. Tous les supposés éléments positifs pour les salariés (contrats courts, temps partiel, formation professionnelle, complémentaire santé) sont un trompe l’œil car non garantis et non financés. Il n’y a ainsi pas une seule avancée dans cet accord sauf pour le patronat ! Le MEDEF réalise l’un de ses vœux les plus chers, précariser l’emploi, les salaires et le lieu de travail ! Le fondement du droit du travail est de tempérer l’extrême inégalité des parties du fait du lien de subordination qui contraint le salarié vis-à-vis de son employeur. L’accord du 11 janvier inverse la hiérarchie des normes et permet d’installer une relation de gré à gré où l’employeur peut s’affranchir de la loi, de la convention collective et même du contrat de travail ! Voilà la seule dimension historique de ce texte, faire moins bien que le droit civil qui exige le respect du contrat par les deux parties !

 

La flexibilité est l’ennemi de l’emploi. Plus il y a de flexibilité, plus le nombre de chômeurs et de travailleurs pauvres augmente. La Seine-Saint-Denis durement frappée par le chômage (135 000 privés d’emploi), n’a rien à attendre de bon de cet accord, bien au contraire.

 

Par ailleurs, cet accord s’inscrit dans les politiques « austéritaires » et aura des traductions y compris dans les fonctions publiques. Cependant, la victoire des exigences du Medef contenues dans l’accord n’est pas acquise. Cet accord est minoritaire car les syndicats non signataires représentent bien plus de salariés que les signataires. La démocratie et le dialogue social doivent être respectés.

 

Les Organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires, Syndicat de la Magistrature exigent du gouvernement et des parlementaires le rejet de cet accord. Ils éviteraient ainsi de commettre un grave déni démocratique.

 

 Pour faire entendre ces exigences les organisations syndicales décident d’un rassemblement devant la permanence du Président du groupe PS (19/21, avenue de la République - 93800 Epinay-sur-Seine) Jeudi 28 mars 2013 à 11h30.

 

Bobigny, le 14 mars 2013

 

 

Commenter cet article