Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

« Les camarades Caroline ANDREANI, section d’Aubervilliers, Paul BARBAZANGE, section de Béziers, Marie-Christine BURRICAND, section de Vénissieux, ont publié un texte proposant d’engager la lutte pour une réorientation du PCF à son prochain congrès. Bien que n’étant pas spécifiquement destinataire de ce message, le PRCF a réagi par la lettre ouverte suivante : »

 

Réponse du PRCF, le 10 août 2012 :

 

Chers camarades,

Nous avons lu avec attention et sympathie votre texte intitulé « 36ème congrès du PCF en 2013, (En) finir (avec) la mutation ? Appel à l’écriture collective d’un texte ambitieux », et publié le 29 juillet dernier sur le site « lepcf.fr ».

 

Vous savez que nous pensons que la mutation du P.C.F. est achevée depuis plusieurs années, et que, du grand parti créé par la rupture organisationnelle d’avec les réformistes lors du Congrès de Tours à l’appel des vingt et une conditions de Lénine, de ce parti révolutionnaire de la classe ouvrière, patriote et internationaliste, à l’initiative du Front Populaire contre le fascisme, du parti de la Résistance et des fusillés, de Thorez et Duclos, du combat anticolonialiste, il ne reste plus que le nom.

 

Vous espérez renverser la vapeur et retrouver, après le prochain Congrès, « un PCF populaire et de combat permettant à la classe ouvrière d’aujourd’hui de combattre et battre le capitalisme, ouvrant une issue avec un projet, le socialisme. » Nous croyons que le verrouillage de l’appareil est tel que votre espoir sera une nouvelle fois déçu.

 

Mais notre but aujourd’hui n’est pas de vous en convaincre, ni de vous demander de renoncer à la lutte interne au PCF. Les résultats du 36ème Congrès de 2013 diront qui avait raison. Jamais nous n’avons jeté la pierre aux vrais communistes qui sont restés au PCF pour se battre contre les mutants qui le dirigent. Si nous nous adressons à vous, c’est parce que nous sommes convaincus, justement, que le mouvement communiste de France souffre cruellement de cette séparation absurde entre les communistes du PCF, et ceux qui en sont partis – soit d’eux-mêmes, écœurés, soient parce qu’ils ont été écartés, souvent victimes d’une exclusion qui n’ose pas dire son nom (plus de convocation aux réunions…). Nous vous demandons, de votre côté, de ne pas considérer ces militants comme perdus. La vraie fracture ne passe pas entre les communistes du PCF et les autres, mais entre les révolutionnaires et les réformistes, où qu’ils soient organisés.

 

« Il est temps que tous ceux qui partagent ces objectifs se rassemblent afin de construire une majorité dans le PCF », écrivez-vous. Certes, mais cette majorité doit être assez importante pour que la nouvelle direction élue soit franchement communiste ; et, en attendant, pourquoi ignorer ceux qui n’y sont plus ? Votre préparation du Congrès ne vous empêche nullement de travailler par ailleurs avec eux, dans ce que nous appelons une « Convergence communiste d’action » - qui pourrait par exemple dénoncer clairement l’intégration européenne, ce véritable programme commun du PS et de l’UMP (qui s’apprêtent à voter conjointement le sinistre TSCG voulu par Berlin et Bruxelles), et l’intégration dans l’OTAN de la France, systématiquement à la remorque, depuis des années, de l’Oncle Sam, de l’Afghanistan à la Libye – et, bientôt, par la Syrie – sans que l’on puisse discerner une véritable divergence entre l’UMP et le PS sur cette question non plus.

 

Et si vous estimiez qu’un travail conjoint avec les communistes « du dehors » serait de nature à gêner votre travail « au-dedans », rien ne nous empêcherait, de toute façon, de nous retrouver après le Congrès. En effet si vous remportez votre bataille l’année prochaine, nous sommes tout prêts à reconnaître que nous avions tort de vous croire battus d’avance. Mais si les réformistes gagnent ce Congrès comme les précédents, que ferez-vous ? Préparerez-vous un texte pour le 37ème ? Ou reconnaîtrez-vous, de votre côté, que vous gaspillez votre énergie, pendant que le grand capital achèvera de désindustrialiser la France pour un espace semé de plates-formes logistiques, de zones touristiques, de complexes commerciaux et de cité-dortoir ? Combien de temps encore les ouvriers de notre pays vont-ils être poussés dans les bras de Le Pen par les gauchistes à genoux devant l’Europe et la mondialisation tandis que la voix des communistes est à peine audible, étouffée qu’elle est par la propagande « alter-capitaliste » et « alter-européiste » de la direction du PCF et du Front de Gauche ?

 

Nous serons, nous aussi, à la Fête de l’Humanité où nous aurons un stand, et nous sommes tout disposés à vous y rencontrer. Et, sauf refus de votre part, nous vous ferons parvenir le numéro spécial de notre mensuel IC dès sa parution ainsi que l’ « Appel aux communistes de France » voté par notre Conférence Nationale de Décembre 2011.

 

Nous vous souhaitons, chers camarades, bon courage dans votre lutte, et vous adressons notre plus fraternel salut."

 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France

 

Source : CLIC Rouge n°8 - Août 2012

Commenter cet article