Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

M-PEP-nouveau

Le 8 février 2014.

 

Les signataires de cet Appel créent le Comité départemental de résistance républicaine à l’Union européenne (CDR-RUE) et s’engagent, dans notre département, dans une campagne de boycott militant de l’élection du 25 mai 2014 des représentants de la France au parlement européen.

 

La preuve est faite. L’Union européenne et sa monnaie unique martyrisent les peuples et les condamnent à l’austérité à perpétuité. Il est grand temps que ce système soit sanctionné, délégitimé. Le 25 mai nous dirons non à l’U.E., à l’euro, aux traités, à la Commission, à la Banque centrale européenne et au parlement européen par un refus de vote massif.

 

Les signataires récusent le principe même de l’élection à ce parlement européen. Ce suffrage est une insulte aux principes républicains. Ce parlement n’est pas un parlement. C’est un objet factice, un trompe l’œil, une mascarade. Il ne possède aucune des prérogatives d’un parlement : il n’a pas le pouvoir de changer les traités qui fondent l’U.E., ne peut pas voter l’impôt, n’a pas l’initiative des lois… Il est sous domination de la Commission européenne.

 

 

Il faut en tirer les conséquences. Quand une institution est illégitime, qu’elle est un instrument contraire aux intérêts des peuples, il est nocif d’y participer, sauf à lui apporter une caution dont elle peut se prévaloir pour justifier de son existence. Souvenons-nous ! Ceux qui ont dénoncé le régime de Vichy n’ont pas hésité : ils se sont organisés pour lutter afin de construire les conditions de sa défaite et de son remplacement par un régime issu de la volonté populaire.

 

Le 25 mai, les signataires de cet appel affirment leur volonté de rupture avec le système européen libre-échangiste et leur opposition frontale au Front national.« Ni UE, ni MEDEF, ni FN » ! Fidèles au non français du 29 mai 2005 au traité constitutionnel européen, bafoué par l’adoption du Traité de Lisbonne, puis du TSCG, ils appellent les citoyens et les citoyennes à refuser la farce électorale du 25 mai 2014. Elle ne vise qu’à simuler un acte démocratique et légitimer ainsi tout le système de l’U.E. Oui, c’est un devoir citoyen de voter quand le suffrage sert à la souveraineté du peuple, oui c’est aussi un devoir citoyen de refuser de voter quand le suffrage vise à neutraliser cette souveraineté. Le boycott de ces élections européennes est doublement salutaire car il sert aussi à dénoncer le double jeu politicien du Front national : d’un côté il prétend vouloir sortir de l’euro et de l’Union européenne – alors qu’il les subordonne au bon vouloir de l’Allemagne - et d’un autre côté il cautionne le système européiste – dont il profite pour se goberger.

 

 

Nous refusons aussi de nous mêler aux forces politiques qui laissent croire que changer l’Union européenne est possible. Mise en place pour permettre une grande zone de libre-échange, elle a pour but ultime de détruire la souveraineté populaire. Elle inféode les peuples à des directives qui bafouent leurs droits, éradiquent les acquis sociaux, les services publics, la protection sociale. Elle impose une concurrence sans merci entre les salariés, les condamne au chômage, prive la jeunesse d’avenir et mène au délitement rapide de la République française.

Avec tous les citoyens qui refusent le simulacre démocratique de ces élections au Parlement européen, faisons entendre notre voix le 25 mai 2014, par un refus de vote retentissant. Boycottons ces élections, pour la République, pour l’indépendance de la France, pour la souveraineté populaire, pour le progrès social, pour la coopération entre les peuples, pour la liberté, l’égalité, la fraternité.

 

Commenter cet article