Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

CORRÈZE: il y a 72 ans, les PENDUS de TULLE – SOUVENONS-NOUS !

Le 9 juin 1944, la division Das Reich, après une rafle des hommes présents à Tulle et une matinée de tri, pend 99 hommes aux balcons du quartier de Souilhac et en déporte, 149 autres à Dachau. 101 ne revient pas.

Quelques jours avant le débarquement, le message de la BBC - constitué par la première partie du célèbre poème de Verlaine : les sanglots longs - demande aux forces de la Résistance (les FFI) de retarder les déplacements des forces allemandes, en pratiquant des embuscades, des sabotages de routes et de voies ferrées...

En Corrèze, le mercredi 7 juin, dès 6 heures du matin, les F.T.P. (Francs-Tireurs et Partisans, proches des organisations communistes) attaquent la garnison allemande de Tulle afin de libérer la ville. Les combats font rage. 17 gardes-voies sont fusillés. La caserne du Champ de Mars siège des G.M.R. (groupe mobile de réserve, autrement dit la police de Vichy) est incendiée. La soirée est pratiquement calme.

Le jeudi 8 juin, les combats reprennent à l'Ecole supérieure de jeunes filles où se tient la garnison allemande et deux escadrons de gardes mobiles ; à l'hôtel Saint-Martin, le siège de la Gestapo ; à la maison Pradou, où se sont barricadés les miliciens et deux pelotons de gardes mobiles. Le Préfet Pierre Trouillé s'oppose à l'exécution de 25 blessés allemands par les maquisards FTP. Il les fait soigner à l'hôpital.

 

 

CORRÈZE: il y a 72 ans, les PENDUS de TULLE – SOUVENONS-NOUS !

A la nuit tombant, la division Das Reich, déroutée de son itinéraire d'origine : le front de Normandie, entrent dans la ville par la route de Brive et se rendent maître de la situation. L'arrivée inattendue des renforts SS impose le repli aux maquisards. En se repliant, les maquisards laissent des armes dans les sous-sols de la préfecture.

Le lendemain vendredi 9 juin 1944, dès 6 heures du matin, les SS, prétextant de la mort d'une quarantaine de soldats allemands et invoquant un simple contrôle de papiers, fouillent toutes les maisons et effectuent une rafle gigantesque de tous les hommes et adolescents : 5 à 700 personnes sont ainsi détenus dans la cour de la Manufacture d'armes. Ils sont répartis en 3 groupes.

Les Allemands découvrent les armes des maquisards à la préfecture. Le préfet est roué de coups, et traité de «terroriste». Après de longues négociations, il sauve sa vie pour s'être opposé à l'exécution des soldats allemands blessés.

Avec l'Abbé Espinasse, ils effectuent de longues négociations avec les autorités allemandes et les miliciens pour éviter le pire. En effet les SS veulent incendier la ville et fusiller tous les hommes valides. Mais, en raison de votre geste humanitaire à l'égard de des blessés allemands, le haut commandement allemand renonce. Il demande que 120 « Tullistes complices du Maquis » soient pendus et que leurs corps soient jetés dans la rivière, la Corrèze.

Leurs négociations permettent encore de réduire le nombre des otages. Finalement, le tri ayant été achevé vers 16 heures, les SS pendent aux balcons et aux lampadaires du quartier de Souilhac 99 hommes.

149 autres hommes sont déportés à Dachau. 101 ne reviendront pas.

 

CORRÈZE: il y a 72 ans, les PENDUS de TULLE – SOUVENONS-NOUS !

Autre fait peu connu ou occulté : alors que la population de Tulle est encore abasourdie, le 24 juin 1944, les Allemands raflent 74 jeunes et les envoient au Service du Travail Obligatoire (STO) dans un camp de la ville de Judenburg, au centre de l'Autriche. Ils y restèrent jusqu'à la fin de la guerre et ne revinrent pas forcément en bonne santé.

Après la Libération, le Préfet Pierre Trouillé est décoré de la Croix de guerre avec deux citations.

Ces événements dramatiques sont toujours présents dans la mémoire collective de Tulle. Chaque année, les habitants commémorent avec ferveur auprès des familles de survivants ce douloureux anniversaire. Les balcons de Souilhac sont fleuris.

Un mémorial a été construit à l'entrée de la ville.

 

Commenter cet article