Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par Michel LeDiablo

cartePCF2013

Les Ukrainiens doivent pouvoir décider librement leur destinée

 

Les violences qui ont fait 26 morts et plusieurs centaines de blessés à Kiev sont insupportables.

 

Le président Ianoukovitch doit stopper la répression contre les manifestants et, comme garant de l'État de droit, contribuer à mettre fin à toutes les violences qui aujourd'hui profitent aux forces les plus réactionnaires ukrainiennes puisque, d’après les témoignages sur place, les groupes ultranationalistes de la droite extrême ont débordé les dirigeants de l’opposition alors qu’en début de semaine on semblait s’approcher de l'accalmie et de discussions entre le pouvoir du président Viktor Ianoukovitch et les dirigeants de l’opposition Arseni Iatseniouk et Vitali Klitschko.

 

 

C'est le peuple ukrainien qui, dans cette tourmente, est pris en otage. Après la volte-face du pouvoir sur l'accord d'association avec l'UE, et au lieu de brandir la menace de sanctions, l'Union européenne doit agir de tout son poids pour qu'un débat puisse s'ouvrir entre les différentes forces politiques ukrainiennes. L'UE doit aussi agir maintenant d'urgence pour un véritable dialogue tripartite Ukraine-UE-Russie et éteindre l'incendie qui menace de provoquer une partition de l'Ukraine en deux. Qu'il s'agisse de l'accord d'association avec l'UE ou d'un traité avec la Russie, c'est au peuple ukrainien de trancher par voie référendaire. Les Ukrainiens doivent pouvoir décider librement leur destinée.

le 20 février 2014

*****

Ukraine : Deux oligarchies face à face

 

La responsabilité des événements est d'abord à chercher du côté du Président Ianoukovitch totalement décrédibilisé par la politique économique et sociale qu’il a menée ces trois dernières années, pensant d’abord à se servir plutôt que de servir son peuple. Ses hésitations, ses marchandages avec la Russie et l'Union européenne ont rajouté à la confusion. Une partie des forces ultra nationalistes a profité de la situation pour faire souffler sur l’Ukraine le vent de la haine et d’un anti communisme hystérique.

 

Comme l’a déclaré le Parti communiste d’Ukraine il eut fallu consulter par référendum le peuple ukrainien pour qu’il choisisse son avenir. Cela n’a pas été le choix des dirigeants ukrainiens malgré 3 millions de pétitionnaires qui le demandaient. Les grandes puissances, Russie, Union européenne et États Unis ne sont pas neutres dans ce conflit. Les oligarchies se sont succédées au pouvoir en Ukraine depuis l’indépendance en 1991, contribuant au dépeçage de l’économie locale et laissant aux ukrainiens les miettes. La libération de Ioulia Timochenko dans un souci d’apaisement ne doit pas faire oublier qu’elle a aussi « volé » le peuple ukrainien.

 

 

L’avenir de l’Ukraine n’est pas écrit, le séparatisme menace. La Russie et l’Union Européenne doivent se parler et ne pas mettre l’Ukraine dans ce choix cornélien de l’un ou l’autre « bloc ». L’Ukraine par sa position géographique, sa structure économique et son histoire doit être un pont entre la Russie et l’Europe occidentale. Mais aucun gouvernement ne pourra longtemps survivre en agitant la seule fibre nationaliste, il faudra qu’il réponde aux exigences sociales légitimes des ukrainiens qu’ils soient russophones ou ukrainophones. Une constitution plus démocratique, le retour du mode électoral proportionnel, l’arrêt des règlements de compte politiques, la lutte contre la corruption d’où qu’elle vienne, l’unité du pays, voilà des revendications que nous soutenons avec le PC ukrainien.

 

L'Ukraine ne doit pas devenir le champ de manœuvre d'une « guerre froide larvée » entre l'UE, la Russie et les États Unis. On ne peut admettre le chantage comme mode de dialogue diplomatique.

le 25 février 2014

Gilles Garnier, responsable Europe du PCF

----

CE QU’EN PENSE LE DIABLO : On notera que ces déclarations ne diffèrent guère, quant au fond, du discours en cours dans les grands médias occidentaux sinon qu'elles tendent à renvoyer dos-à-dos les forces putschistes et le pouvoir légitime.

 

Cela permet d'éluder l'essentiel: à savoir qu'il ne s'agit pas, à proprement parler ,d'une révolution populaire mais bien d'un putsch organisé par le Département d'État américain .

 

Il n'est, en effet ,jamais fait référence aux 5 milliards de dollars versés par Washington à "l'opposition démocratique" ukrainienne.

 

Par ailleurs, pourquoi omettre de dire que le président Ianoukovitch, tout oligarque qu’il puisse être, a été élu démocratiquement, l’OSCE  (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) déclarant le scrutin de 2010 « transparent et honnête ».

 

Ce qui vient de se dérouler est donc bien un coup d’état ourdi de l’étranger,l’OTAN, les USA , la CIA s’appuyant sur des forces ouvertement nazis et antisémites pour arriver à leurs fins.

 

Aujourd’hui, ces forces font régner la terreur dans certaines régions d’Ukraine où il ne fait pas bon être connu comme communiste ! Une véritable chasse aux sorcières est engagée à trois heures d’avion de la France.

 

Nous aurions pu espérer de la part de ceux qui s'appellent encore les "communistes français" de fortes marques de solidarité envers les communistes du KPU.          

 

De tout cela, il n’en n’est pas question dans les déclarations du PCF, ce qui n’honore pas ce parti  devenu euro-compatible et électoralement déclinant.  

 

 

Commenter cet article

COTTY 06/03/2014 11:18


Concernant la Crimée elle a été rattachée par décision administrative par N.KROUTCHEV en 1954!!!! à L'UKRAINE....


Salut et fraternité. Cotty Jean-Louis

Jean-Pierre Combe 01/03/2014 13:58


Le gouvernement nazi de l'Ukraine vient d'accuser la Russie d'avoir envoyé 6000 soldats en Crimée: en fait, si les habitants de la Crimée sont décidés à défendre leur pays contre le coup d'Etat
nazi, ils n'ont pas besoin d'importer six mille soldats, et s'ils sont favorable au coup d'Etat, il ne suffira pas de six mille soldats pour les défaire: depuis la défaite du général blanc
Wrangel, la Crimée est un territoire frontière du pays des Soviets, et de l'autre côté de cette frontière, il y a la mer Noire, que les vaisseaux de guerre hostiles au pouvoir soviétique ont
toujours pu parcourir, et la Turquie, qui n'a jamais pratiqué la franche amitié avec le pays des Soviets: c'est dire que la Crimée est une marche, siège d'une base navale et d'un arsenal très
importants, habitée par une population qui n'a jamais désappris à faire la guerre, et que l'Union soviétique a toujours puissamment armée: six mille hommes de troupe équipés, armés, encadrés et
opérationnels, c'est bien le moins que la population de la Crimée soit capable de mettre sur pieds sans aide extérieure, si elle en trouve une raison politique! Et quant à moi, je crois qu'elle
en a trouvé une raison politique que je ne peux réprouver en aucun cas!

COTTY 01/03/2014 11:38


JE PARTAGE VOTRE POINT DE VUE CAMARADE EL DIABLO! SALUT ET FRATERNITE!!!