Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

ukraine-drapeau

bertrand-renouvinA Kiev, l’occupation de la place de l’Indépendance et les journées d’insurrection ont fait l’objet d’un formatage médiatique auquel nous sommes habitués. Ce fut l’Occident contre la Russie, le Peuple ukrainien contre le suppôt de Moscou, la victoire des « pro-européens » sur les oligarques corrompus.  L’unanimité des médias et de leurs experts provoqua un effet de sidération qui n’a qu’un seul avantage : sa brièveté. Mais pendant l’opération, il ne faisait pas bon rappeler les vérités qui pourtant sautent aux yeux.

 

 

L’Occident ? C’est le masque dérisoire du gouvernement des Etats-Unis, à la manœuvre sur la place de l’Indépendance, où l’on vit s’agiter, en décembre, un vice-secrétaire d’Etat américain.

 

 

L’Europe ? La Russie et l’Ukraine en font partie depuis plus de mille ans. L’Union européenne fut absente en tant que telle – où était donc la baronne Ashton ? – et se réduisit à l’activisme des gouvernements de  Berlin et de Varsovie qui agissaient selon les tropismes historiques de l’Allemagne et de la Pologne. Que Laurent Fabius se soit mis à la remorque de cet attelage relève de l’anecdote – parfaitement humiliante pour nous autres Français.

 

 

L’opposition ukrainienne ? On la présenta comme un bloc pro-européen alors que les occupations de lieux et de bâtiments publics, à Kiev et à Lviv, mobilisaient les groupes de choc nationaux-socialistes, en pointe dans les affrontements armés, des citoyens à juste titre révoltés contre la corruption, des partisans de l’intégration européenne et la foule généreuse des citoyens indignés par la répression policière. Ces opposants disparates furent encouragés par Washington et Berlin à abattre Viktor Ianoukovitch, président manifestement pourri mais considéré comme suffisamment légitime pour négocier avec la Commission, de 2010 à 2013, un accord d’association. On ne saurait croire que cette ingérence éhontée a été dictée par un souci tardif de moralité. Les Etats-Unis veulent réduire au maximum l’influence russe sur le continent européen. L’Allemagne veut élargir ses bases arrière et y développer ses capacités d’exploitation des firmes et des populations qui lui sont utiles. C’est tout. Et c’est trop.

 

 

Au lendemain de la destitution du président de la République, le 23 février, le voile de la propagande s’est déchiré et les médias ont commencé à nous avertir que la crise ukrainienne n’était pas terminée. En effet ! L’unité du pays est mise en cause car l’Est de l’Ukraine et la Crimée n’acceptent pas que Kiev tourne le dos à la Russie. La situation financière est catastrophique et l’aide proposée par Bruxelles est dérisoire. La libération de Ioulia Timochenko signifie que l’Occident se moque des aspirations démocratiques des Ukrainiens. Avec l’accord des Etats-Unis, Bruxelles et Berlin soutiennent une oligarque dont les pratiques mafieuses sont avérées et c’est son parti, allié à celui d’un autre candidat de Berlin, Vitali Klitschko, et aux nationaux-socialistes de Svoboda qui va organiser la transition. Sinistre résultat d’une insurrection sanglante.

 

 

Pourtant, aucune fatalité ne pèse sur l’Ukraine. Après l’élection présidentielle de mai, l’Union européenne pourrait concevoir et mettre en œuvre, en coopération avec la Fédération de Russie, un plan de redressement financier, de développement économique et de progrès social destiné à intégrer l’Ukraine dans l’ensemble continental. Cette politique supposerait l’ouverture de larges facilités financières, l’organisation d’échanges équitables et une lutte impitoyable contre la corruption – dans laquelle les Etats de l’ouest européen devraient se montrer exemplaires.

 

 

Telle n’est pas la voie que Bruxelles et Berlin veulent imposer aux nouveaux dirigeants kiéviens. Lors des négociations sur l’accord d’association, il était clairement apparu que l’Union européenne ne voulait pas intégrer l’Ukraine. Ceux qui brandissent le drapeau bleu sur la place de l’Indépendance vont vite apprendre à décrypter le langage qui leur est tenu : la libre concurrence, le libre échange, les réformes en contrepartie de l’aide financière, c’est tout simplement le programme ultralibéral qui est en train de détruire la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la Croatie, et tant d’autres pays qui sont soumis aux diktats du Fonds monétaire international. A Kiev comme ailleurs, il ne suffit pas de liquider un oligarque pour mener à bien une révolution.

 

 Le 25 février 2014 
 Bertrand RENOUVIN 
 Editorial du numéro 1051 de « Royaliste ». 
 source : http://www.bertrand-renouvin.fr/ 

Commenter cet article