Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

haiti-carte1.png

Le 14 décembre 2014, dans un discours en créole le premier ministre haïtien Laurent Lamothe a annoncé qu’il avait remis sa démission et celle de son gouvernement au président Michel Martelly «  si cela peut vraiment débloquer la crise politique ».

 

Depuis plusieurs semaines, des manifestations violentes se succèdent dans les deux plus grandes villes du pays : la capitale, Port au Prince et Cap Haïtien. La police et les casques bleus de la Minustah sont accusés d’avoir tiré sur la foule à Port au Prince : un mort et deux blessés par balles.

 

Ces manifestations ont pour toile de fond le très grand dénuement de la population dont 72% vivent en-dessous du seuil de pauvreté avec moins de deux dollars par jour. Quatre ans après le séisme de 2010, celle-ci vit encore dans des bidonvilles et des tentes, est victime du choléra, loin de pouvoir accéder aux soins pour nombre d’entre eux.

 

Les manifestants exigent le départ de l’administration actuelle, la libération de tous les prisonniers politiques, la fin de l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires haïtiennes. Les responsables de la mobilisation, appelée Burkina Faso, en référence à Blaise Compaoré, contraint à l’exil, expliquent que l’unique solution à la crise est le départ du président Martelly pour qu’un gouvernement de transition organise des élections libres (elles auraient du avoir lieu en 2011).

 

Le mandat du parlement haïtien prend fin le 12 janvier. Ce qui pourrait conduire le président à gouverner par décrets. Certains états le Brésil, le Canada, l‘Espagne, les Etats Unis et la représentante des Nations Unies, la France et l’Union européenne s’inquiètent des risques d’exacerbation de la crise à partir du 12 janvier 2015.

 

source: POI

Commenter cet article