Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cuba -drapeau1En 2012 encore, Cuba enregistre le taux de mortalité le plus faible du continent américain, loin devant les Etats-unis

Les années se suivent et se ressemblent pour Cuba. Pour la deuxième année de suite, Cuba enregistre le taux de mortalité infantile du continent américain, devançant le Canada et les États-Unis.



Pour la cinquième année consécutive, le taux de mortalité infantile se trouve en-dessous des 5 enfants décédés pour 1 000 naissances à Cuba : 4,6 pour 1 000 en 2012.



Cuba devance sur le continent le Canada (4,8 pour 1 000) et les États-Unis (6,05 pour 1000) tandis qu'il reste, très loin devant le Costa Rica (9,2 pour 1 000) et l'Argentine (10,5 pour 1000), le pays au taux de mortalité infantile le plus faible d'Amérique latine.



Rappelons que le taux de mortalité infantile représente un indicateur démographique des décès d'enfants pendant leur première année de vie, crucial pour la survie des personnes, constituant ainsi un instrument de mesure de la qualité des soins accordée à l'enfant et à la mère.



La supériorité du système de santé cubain se manifeste également dans le très faible taux de mortalité maternelle. En 2012, Cuba a atteint le deuxième taux le plus bas de son histoire avec 21 décès pour 100 000 accouchements.



Le succès du Système national de santé cubain repose sur ses fondements socialistes : un système de santé universel, gratuit et public rendant possible un programme de vaccination intégral pour les enfants, ainsi que la garantie de soins de qualité pour l'ensemble des mères et enfants du pays.



Il est nécessaire de rappeler qu'outre son faible taux de mortalité, Cuba dispose de l'espérance de vie la plus élevée du continent latino-américain (78,3 ans, devant les États-Unis), ainsi que la plus forte densité de médecins (58 pour 1 000) du continent.



Aujourd'hui, Cuba forme chaque année plus de médecins (11 000) qu'il n'en comptait à l'arrivée au pouvoir des communistes en 1959.



L'internationalisme médical cubain : un système de santé au service des peuples du Tiers-monde



Non content de soigner sa propre population, Cuba exporte depuis un demi-siècle ses médecins dans toute l'Amérique latine et dans le monde entier.



Actuellement, 31 000 médecins cubains opèrent dans 69 nations du Tiers-monde. Depuis 1959, les médecins cubains ont apporté des soins à 85 millions de personnes et sauvé 600 000 vies.



Un exemple récent, l'aide apportée au Venezuela. Grâce à la « Mision milagro », 2 millions de latino-américains, dont une majorité de vénézuéliens, souffrant de problèmes oculaires ont ainsi pu bénéficier de soins de haute qualité.



L'exploit réalisé par le système socialiste cubain se manifeste dans sa comparaison avec l'état piteux du système de santé américain.



Une comparaison avec le système privatisé américain à l'avantage du système public cubain



Depuis vingt ans, sous l'effet des contre-réformes libérales, la santé est devenue un luxe aux États-Unis, plongeant une partie importante de la population dans la précarité sanitaire. 50 millions de nord-américains ne disposaient pas de couverture santé en 2011, dont 7 millions d'enfants.



Un chiffre révélateur, la mortalité maternelle a ainsi doublé entre 1987 et 2012, passant selon les chiffres officiels de 6,7 mamans mortes pour 100 000 nouveaux-nés à 12,7 pour 1 000. Selon certaines estimations indépendantes (Facethefacts.org), les véritables chiffres seraient plus proches de 24 pour 1 000.



Dans tous les cas, une mère afro-américaine a en 2012 trois fois plus de chances qu'une mère blanche de décéder lors de la naissance de son fils.



A noter que le système cubain plus efficace – conduisant à une meilleure espérance de vie, un taux de mortalité infantile plus faible – s’accommode d'une forte densité de médicalisation et d'un dense réseau hospitalier, pour des coûts de fonctionnement relativement faibles.



Ainsi, en 2006, le gouvernement cubain investissait 355 dollars par habitant, soit 7% du PIB. De son côté, les dépenses annuelles de santé aux États-Unis s'élevaient à 6 714 $ par habitant, soit 15,3% du PIB.



Au moment où de nombreux États européens proposent l'austérité et la privatisation des systèmes de santé, l'exemple cubain doit servir d'antidote à l'idéologie dominante : si il est possible de développer dans un pays du Tiers-monde un système aussi performant, égalitaire et peu onéreux, pourquoi cela ne serait pas possible dans les pays dits « développés » ?

  

Article AC

Source : Solidarité Internationale PCF 

  

Commenter cet article

caroleone 09/01/2013 19:10


Bonsoir Diablo,


 


Ces chiffres et ces faist sont la démonstration même de la possibilité de soigner en qualité et gratuité les habitants, c'est aussi la démonstration que la recherche peut être financée et
prometteuse dans un pays victime d'un embargo.


On sait que ça marche, alors qu'attendons-nous pour demander pareil traitement ?


A savoir que nombreux étudiants américains vont étudier à Cuba, la preuve que c'est le must en la matière .


 


Bises


 


caro