Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cinq-cubains05.jpg

Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Ramón Labañino, Fernando González et René González, « les Cinq » comme on les appelle, sont des Cubains emprisonnés depuis plus de 14 ans aux Etats-Unis.


Les Cinq, agents Cubains membres du « réseau Avispa », avaient été envoyés dans les années quatre-vingt-dix à Miami par leur gouvernement pour infiltrer les groupes terroristes de Floride et prévenir les attentats contre leur pays.


Pour comprendre leur histoire, il faut savoir que les Etats-Unis, depuis plus de cinquante ans, soutiennent, voire organisent, le terrorisme à l’encontre de Cuba. Ils n’ont jamais admis que Cuba soit un pays souverain, libre de son choix de société. En 1960, le sous-secrétaire d’Etat pour les Affaires interaméricaines : Lester D. Mallory, préconisait dans un mémorandum : « La majorité des Cubains soutient Castro, il n’y a pas d’opposition politique efficace(…)Tous les moyens doivent être entrepris rapidement  pour affaiblir la vie économique de Cuba(…)Une mesure qui pourrait avoir un très fort impact serait de refuser tout financement et livraison à Cuba, ce qui réduirait les revenus monétaires et les salaires réels et provoquerait la famine, le désespoir et le renversement du gouvernement ».


Depuis telle est la ligne de conduite des U.S.A. envers Cuba, non seulement il y a le blocus, mais les actes terroristes se sont multipliés du fait des organisations financées et souvent mises en place par les gouvernements des Etats-Unis.


Ces attentats ont fait de nombreuses victimes. Il est impossible de les citer tous, mais signalons tout de même celui contre le vol 455 de la Cubana le 6 octobre 1976 qui a causé la mort des 73 passagers et membres de l’équipage. Ses concepteurs sont  Orlando Bosch et Luis Posada Carriles. Orlando Bosch est décédé en 2011, il avait été gracié par George Bush père en 1990. Luis Posada Carriles, lui, après quelques années d’emprisonnement, et de nombreuses années de  cavale et de terrorisme, vit tranquille sous le soleil de  Miami après avoir été jugé sur les conditions de son entrée clandestine aux Etats-Unis !!! .


Après l’écroulement de l’Union Soviétique, les Etats-Unis ont multiplié les attentats contre les infrastructures touristiques de La Havane pour ruiner le tourisme de l’île, source de devises. En 1998, les membres du réseau Avispa ont appris que de nouveaux attentats étaient programmés contre des avions de lignes desservant Cuba. Ils en ont informé leur gouvernement. L’écrivain Garcia Marquez, servant d’intermédiaire entre les gouvernements de Cuba et des USA, une délégation du FBI s’est rendue à La Havane en juin 1998. Trois mois plus tard, le 12 septembre 1998, étaient arrêtés ceux-là même qui avaient constitué le volumineux dossier remis à La Havane, par les autorités Cubaines, aux agents du FBI.


Après leur arrestation, Les Cinq ont été enfermés pendant 17 mois dans des cellules d’isolement de la prison de Miami dans des conditions extrêmes.


En décembre 2001, le tribunal de Miami à l’issue d’une parodie de procès, a condamné les Cinq à de très lourdes peines. En tout, 4 perpétuités plus 75 ans. Mais, comme l’a déclaré, le 14 oct.2009 dans le New York Times, le docteur Pastor, ancien conseiller de la sécurité nationale du président Jimmy Carter pour l'Amérique latine : " Un jugement contre cinq agents de l'intelligence cubaine se déroulant à Miami est aussi juste qu'un jugement contre un agent de l'intelligence israélienne qui aurait lieu en Iran ».

Depuis ce jugement, les appels se sont succédé, les uns annulant les autres. Le dernier en date, celui du 4 juin 2008 a ratifié les verdicts de culpabilité des Cinq. Il a confirmé les sentences de Gerardo et de René, et demandé de revoir à la baisse celles des trois autres Cubains. A la suite de cette décision, les avocats des Cinq ont demandé l’arbitrage de la Cour Suprême de Justice. Contre toute attente, et malgré les 12 demandes des nombreux « amis de la Cour », celle-ci a refusé le 15 juin 2009 d’étudier le dossier des Cinq.


- Le 13 octobre 2009 : Antonio a eu sa condamnation à perpétuité plus 10 ans ramenée à 22 ans,


- Le 8 décembre 2009, Ramón a eu sa condamnation à perpétuité ramenée à 30 ans tandis que la peine de Fernando a été ramenée de 19 à 17 ans et 9 mois.


C’est mieux, mais cela reste une terrible injustice quand on est innocent ! D’ailleurs, le 27 mai 2005, le Groupe de Travail de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU sur les Détentions Arbitraires avait déclaré « arbitraire et illégale « la détention des Cinq, car le procès n’a pas eu lieu dans le climat d’objectivité et d’impartialité requis par l’article 14 de la convention internationale des droits civiques et politiques.


La juge Joan Lenard du tribunal de Miami, chargée du dossier des Cinq a justifié les 17 ans et 9 mois infligés à Fernando par le fait que cette condamnation devait « servir d’exemple à ceux qui auraient l’intention de venir aux USA pour espionner des citoyens des Etats-Unis et empêcher que ceux-ci exercent leurs droits constitutionnels ». Elle confirmait ainsi que pour le gouvernement des Etats Unis, il est légitime et conforme à la constitution des U.S.A d’organiser des attentats terroristes contre un pays souverain.


René conserve sa condamnation à 15 ans, il a été libéré le 7 octobre 2011, mais doit rester 3 ans aux Etats-Unis !  Gerardo garde sa double condamnation à vie plus quinze mois. Il est maintenant le seul des Cinq à être dans une prison de haute sécurité où les conditions de vie sont des plus dures.


Selon l’avocat Leonard Weinglass, décédé en 2011 : « le cas de Gerardo est exemplaire car il purge deux condamnations a perpétuité plus 15 ans, alors qu’il est effectivement innocent des charges retenues. De plus, c’est la première personne dans l’histoire des USA à être accusée de la disparition d’un avion abattu par les forces armées d’un autre pays défendant son espace aérien.


De plus [...] les procureurs des Etats-Unis ont reconnu à la fin du procès dans une motion de “circonstance imprévue” qu’ils n’avaient aucune preuve suffisante pour le faire condamner, en qualifiant la chose “d’obstacle insurmontable” pour obtenir une condamnation si la juge donnait aux jurés des instructions sur cette base. Cependant, l’appel [de la défense] fut refusé, les instructions données, et le jury l’a condamné. Il n’y a qu’à Miami [que c’est possible]… ».


Le 14 juin 2010, une demande d’appel collatéral au nom de Gerardo a été présentée à la Cour Fédérale de Miami. C’est pour lui le dernier recours prévu par le système légal des Etats-Unis. Un des points de cet appel concerne le fait que des journalistes qui couvraient le procès des Cinq, entre décembre 1999 et décembre 2001, avaient été achetés par le gouvernement fédéral de Floride. Ces journalistes peu scrupuleux, contre de l’argent, publiaient des articles ou faisaient des reportages haineux, dans le but de monter l’opinion publique et en particulier les jurés du procès, contre ces Cubains en cours de jugement. Le sixième amendement de la Constitution Américaine qui garantit un jugement juste devant un jury impartial a bien été bafoué. Les quatre autres aussi ont fait une telle démarche !


En 2011, le Procureur Général Eric Holder a demandé à la Cour en charge du dossier de refuser une  audience où seraient développés "les arguments et supposées preuves" de cet appel.


Le 16 août 2011, Gerardo Hernandez  a répondu point par point au Procureur Général dans un document appelé affidavit.


Gerardo Hernandez a depuis 2012 un nouvel avocat Martin Garbus. Ce dernier a présenté le 31 août 2012, un nouvel affidavit. C'est un document de 82 pages où cet avocat a stigmatisé le fait que le Procureur Général ait minimisé de façon surprenante l’impact des corruptions de journalistes. Il demande au Département de la Justice d'œuvrer pour" avoir l’espoir qu’une  telle chose ne se reproduise plus aux Etats-Unis ».


le Procureur Général a présenté une motion demandant à la juge de ne pas prendre en compte le dernier affidavit de Garbus, de l'effacer complètement des actes… Gerardo a présenté avec son avocat  un nouveau document le 8 novembre 2012, dans lequel ils argumentent auprès de la juge pourquoi elle ne doit pas faire ce que le Gouvernement lui demande..."


A suivre donc…mais la juge n’a pas de date butoir pour donner sa réponse.


Il faut aussi savoir que les épouses de René et Gerardo ont les visas systématiquement refusés par les autorités US, elles ne peuvent donc pas rendre  visite à leurs maris, ce qui aggrave les peines, et est absolument inhumain.

 

Jacqueline Roussie

Monein (Pyrénées-Atlantiques - France)

Commenter cet article