Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

de-gaulle.jpg

En ce mois de novembre 2010, après une période marquée par une très forte et légitime contestation sociale et politique contre le pouvoir en place et son idéologie ultralibérale, des commémorations officielles vont venir rappeler au peuple français, à l’ occasion du 40e anniversaire de la mort du général de Gaulle, la figure historique d’un héros national qui fut aussi un rebelle et un résistant farouche et qui sut incarner une « certaine idée de la France », aujourd’hui totalement reniée par nos dirigeants, lesquels détruisent méthodiquement tout ce qui constitue son héritage politique, social, diplomatique et moral.

Ces commémorations, le pouvoir politique s’efforcera de leur donner un caractère anodin, passe-partout, faussement laudateur, abusivement récupérateur et totalement hypocrite. Il s’agira surtout d’enterrer sous des fleurs le dangereux précédent de contestation d’un homme qui a su dire non à la fatalité historique et incarner tout au long de sa carrière publique un combat pour la libération et l’émancipation des peuples à commencer par le nôtre.

Le ministre Éric Woerth n est-il pas allé jusqu’à oser affirmer sans la moindre honte que la pseudo réforme des retraites, inacceptable régression sociale imposée a la hussarde aux Français contre leur volonté, est une « réforme gaulliste » !

Comme beaucoup d'hommes de gauche, qui reprochèrent longtemps au général de Gaulle les conditions de son retour au pouvoir en 1958, l’historien Marc Ferro, avec le recul du temps, reconnaît aujourd’hui les immenses mérites historiques de l’Homme du 18 Juin, en comparaison avec la triste période que nous traversons actuellement. La conclusion de son dernier livre « de Gaulle expliqué aujourd’hui » est significative de ce que représente en 2010 le symbole de Gaulle pour tout citoyen français, épris de progrès, de liberté, d’égalité, de fraternité et de justice sociale :

« Homme politique intègre - comme il en est peu -, de Gaulle disait volontiers qu’il n’avait qu’un ennemi, l’argent. Et de fait, c’est lorsqu’il en a menacé les gestionnaires en parlant de Participation que la coalition de ses défenseurs l’a abattu.

Pouvait-il imaginer que, décennie après décennie, une fois qu il serait parti, au nom de la rentabilité, on détruirait peu a peu les travaux et les jours de cette République dont, au nom de l’État, il avait voulu être le meilleur défenseur ? »

Autre témoignage remarquable d’un écrivain totalement à l’écart du monde politique, celui d’Olivier Germain-Thomas, grand spécialiste de la culture indienne, qui expliquait avec une rare pertinence dans le No 161 de la revue Espoir, quelle influence de Gaulle avait eu dans sa manière de voir le monde : « Grâce à de Gaulle, j’avais compris que la « vraie révolution » devait s’appuyer sur les valeurs nationales à condition qu’elles restent ouvertes au sens de l’universel qui est le plus bel apanage de la France. Intégrer la nécessite de la révolte, si la dignité et la liberté sont en jeu, porter une idée élevée de la nation, rendent ensuite aisés les dialogues avec les autres cultures ou l’on constate en parcourant les routes de la terre qu’il n’y a d’universalité féconde qu’à partir d’une solide base : celles de ses racines. Si un tel modèle, ajouté à d’autres, permet un regard lucide sur les moteurs réels de l’histoire, il est également une « source d’ardeurs nouvelles » (Ch. de Gaulle) afin de perpétuer l’élan inauguré le 18 Juin. Devant l’état lamentable du monde, soumis aux puissances mortifères de l’argent, il est nécessaire que la France s élève avec toute son énergie pour faire entendre ce « Non » de dignité et d’espoir lancé dans la solitude d’un petit bureau de Londres.

Une révolution, si possible, pacifique est aujourd’hui nécessaire pour rendre sa souveraineté, aujourd’hui confisquée, au peuple, et arracher le pouvoir à une oligarchie qui colonise l’État pour mieux le détruire avec l’aide de l’Union Européenne, selon les principes de la mondialisation libérale. Cette révolution doit se faire d’abord dans les consciences puis dans les urnes avec 2012 pour objectif.

Dans ce combat d’intérêt général pour changer le monde, Charles de Gaulle peut être une source d inspiration pour chacun d entre nous comme il le fut pour Fidel Castro, Hugo Chavez et Yasser Arafat .

Le 9 novembre 2010

Gilles Bachelier, Collectif national gaulliste de gauche 

Geneviève Blache, Résistance et Renouveau gaulliste

François de la Chevalerie, membre de la Fondation Charles de Gaulle

Etienne Tarride, Collectif national gaulliste de gauche

Alain Corvez, Résistance et Renouveau gaulliste

Paul Violet, Collectif national gaulliste de gauche

Philippe Lecreux, Comité Valmy 

Jean Yves Crevel, Comité Valmy

Denis Griesmar, Comité Valmy

source : « Comité Valmy »

Commenter cet article