Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

fsc

Le Conseil d'administration du Front Syndical de Classe s'est réuni le samedi 15 mars 2014

 

Rappelons à cette occasion que le FSC n'est pas une nouvelle organisation.

 

C'est une association se fixant pour objectif dans les organisations syndicales et dans la Cgt en particulier compte-tenu de son rôle et de son histoire un retour sans ambiguité aux principes de lutte de classes.

 

Dans l'activité revendicative quotidienne comme dans le projet de société qui à notre sens ne peut trouver sa pleine expression que dans la remise en cause radicale du capitalisme en crise.

 

Le CA du FSC considère donc ce qui se passe dans la Cgt comme extrêmement positif, l'expression publique et les adresses à la direction confédérale confirmant que se confrontent dans la CGT comme plus largement dans le mouvement syndical les idées et pratiques de lutte des classes à celles de collaboration de classes.

 

Les adresses d'organisations et de militants de la CGT à la direction confédérale et à Thierry Lepaon en particulier se multiplient en effet ces derniers temps.

 

Pour contester ses déclarations publiques et les orientations qu'il imprime, souvent en contradiction avec les décisions du parlement de la CGT (le CCN).

 

Elles constituent un ensemble impressionnant et pourtant jusqu'à présent elles sont restées sans réponse.

 

Jusqu'à quand ?

 

Jusqu'à quand un double langage qui fait alterner les déclarations de collaboration de classe (interview au "Nouvel économiste"et un gauchissement (interview de cette semaine à l'Humanité Dimanche) qui en fait a pour fonction de servir de contre-feu à la contestation qui monte dans la CGT.

 

Les dernières déclarations ci-après sont celles de la commission executive de l'Union départementale de Paris et de l'Union départementale des Hauts de Seine.

 

Elles viennent après le texte « La CGT appartient à ses adhérents et aux syndicats qui composent ses structures », après l'interpellation de Charles Hoareau de l'UD des Bouches du Rhône, la motion de la CGT Energie Paris à propos de la rencontre avec le CRIF, l'UL CGT d'Angers réclamant le « Tous Ensemble », le Bureau national de la CGT INRA revendiquant de ne pas laisser la contestation aux seuls patrons et à leurs séides, le comité régional Aquitaine Filpac estimant que "la bataille idéologique CGT n'est pas à la hauteur" et doit "changer de braquet", après les syndicats CGT du Bassin minier ouest du Pas-de-Calais (Unions Locales CGT d’Auchel - de Béthune - de Bruay-la-Buissière - d’Isbergues - de Lillers) faisant part du "sentiment partagé par beaucoup de militants dévoués et engagés, bénévoles avertis du syndicalisme, est que depuis quelques années, la confédération a délaissé les valeurs essentielles et les principes fondateurs et historiques de notre CGT".

 

Et sans être exhaustif on peut continuer à citer parmi les interpellations fortement critiques, l'Union locale CGT de Vendôme, Richard Palao, l'adresse du secrétariat de l’Union Départementale des syndicats CGT du Loir et Cher au bureau confédéral ouverte aux organisations du CCN etc etc …

 

L'ampleur de ces inquiétudes, de ces exigences qui montent du plus profond de la CGT ne peut plus être ignorée et ceux qui émettent ces critiques être désignés comme des diviseurs ou visant à affaiblir la CGT!

 

Car ce qui divise et affaiblit la CGT et le mouvement syndical dans son ensemble, ce qui fait le jeu de l'extrême droite ce sont les compromissions avec le patronat (du type débat au Conseil économique et social sur le "nouveau visage du syndicalisme" avec la CFDT et le MEDEF), l'inscription dans un "dialogue social " et des négociations bidon, l'isolement dans lequel on a laissé les luttes des travailleurs directement frappés par les restructurations, les délocalisations, les fermetures d'entreprise.

 

 

 

Sous des formes parfois diffuses, à la veille de la journée d'action du 18 mars, avec la montée de ces interpellations, il s'agit bien d'une confrontation niée et refoulée par les dirigeants confédéraux entre une orientation d'accompagnement du capitalisme et de sa crise et les militants et structures qui entendent affirmer que la CGT conformément à ses statuts, situe son action en référence à l'antagonisme radical capital-travail.

 

Et ce ne sont pas le silence organisé à ce propos, le contournement ou les mesures répressives et de mise à l'écart des militants ou des structures qui empêcheront ce débat et cette confrontation de se poursuivre et de s'amplifier au bénéfice des travailleurs de ce pays et de l'organisation porteuse historiquement de leurs intérêts de classe.

 

Et nous nous faisons un devoir de diffuser ces interventions en premier lieu parce que la direction confédérale non seulement n'y répond pas mais les censure.

 

LE FRONT SYNDICAL DE CLASSE

 

***
Expression de la CE de l'UD de Paris

 

La Commission exécutive de l'UD de Paris a pris connaissance des déclarations de Thierry LEPAON, secrétaire général de la CGT au Nouvel économiste dans lesquelles il déclare :

 

« Il n'existe à la CGT aucune opposition de principe face au patronat. L'entreprise est une communauté composée de dirigeants et de salariés - là encore, je regrette que les actionnaires fassent figures d'éternels absents - et ces deux populations doivent pouvoir réfléchir et agir ensemble dans l'intérêt de leur communauté. Sur ce plan, il est évident que le pragmatisme syndical s'impose.

 

Cette perspective ne me gêne pas, pas plus que celle du compromis qui s'inscrit dans les réalités de l'entreprise depuis toujours : encore une fois, dès lors que nous sommes contraints de vivre ensemble, il faut bien trouver les conditions de ce vivre-ensemble. C'est pourquoi je considère que la vocation d'un syndicat ne se résume plus aujourd'hui à protéger les salariés mais consiste à agir pour faire évoluer non seulement le monde du travail mais aussi la perception qu'on en a ; à incarner une forme de régulation sociale. » Ces déclarations nous ont consternées car elles remettent en cause les fondements même de la CGT, organisation syndicale de classe et de masse, démocratique, indépendante du gouvernement et du patronat. Elles sont contraires aux orientations du 50eme congrès confédéral qui précisent :

 

1.Page 6 : «Le gouvernement a marqué dès son entrée en fonction la volonté de concertation et de négociation comme pierre angulaire de sa démarche. Il doit mener une politique claire en faveur des travailleurs-euses et non pas parier sur un soi-disant «donnant-donnant» entre syndicats et patronat qui dans les faits ne favorise que ce dernier. »

 

2.Page 7 : « Dans un contexte caractérisé par d'intenses contradictions, la CGT adopte une démarche revendicative offensive et déterminée de conquête sociale et démocratique et ancrée sur la défense des salarié-e-s dans l'antagonisme capital-travail »

 

La CGT ne saurait cheminer de façon erratique. Être désorienté avec de telles déclarations dans le Nouvel Economiste et au même moment, dans un rapport de la CE confédérale du 18 février, affirmer que "la double besogne de la Charte d'Amiens est plus que jamais d'actualité", ce qui confirme nos valeurs et repères historiques.

 

Par ailleurs, que signifie la phrase "je crains un net rejet de l'Europe" alors que travailleurs, citoyens et syndicalistes (et notamment la CGT) ont lancé en 2005 un débat de haut niveau sur la nature de l'Union Européenne qui a conduit la CGT à appeler à voter non et au rejet de la constitution européenne à 54 % ?

 

Quant au "vivre ensemble" qui est une aspiration laïque et républicaine à faire vivre dans la cité, cette notion ne saurait être dévoyée en une négation des antagonismes de classe qui se jouent sur chaque lieu de travail !

 

La multiplication de déclarations et initiatives individuelles de Thierry LEPAON sur des positions qui n'ont pas fait l'objet d'un débat et de décisions du CCN, voire contraire à ses orientations, nous interroge sur sa conception du mandat de secrétaire général confédéral.

 

Ce type de démarche ne saurait perdurer. Au moment où le gouvernement cherche à associer les organisations syndicales à l'accompagnement de mesures d'austérité à travers le pacte de responsabilité, la CE de l'UD :

 

  • réaffirme que le salariat n'a aucun intérêt commun avec le capital. La CGT ne pactise pas avec le patronat et s'oppose à toute forme de pacte (pacte de responsabilité, pactes régionaux, conférence sociale...) qui cherchent à associer les organisations syndicales à la régression sociale.

 

  • Appelle à la mobilisation la plus large possible contre le pacte d'austérité, dit pacte de responsabilité. Le pacte de responsabilité n'est ni amendable, ni négociable, il doit être retiré.

 

***

 

UD CGT des Hauts de Seine

 

Aux membres de la CE Confédérale

 

Cher-e-s camarades,

 

Vous trouverez ci-jointe la lettre adoptée par la CE de notre Union Départementale des Hauts de Seine et qui vous fait part de nos critiques, observations et propositions quant à la stratégie CGT de luttes à organiser face au « pacte de responsabilité ».

 

 Avec cette lettre nous voulons affirmer :

 

  • l’exigence d’une opposition CGT résolue au "pacte de responsabilité", et en toute cohérence, notre refus de négocier dans ce cadre piégé,
  • notre exigence de la mise en place d'un autre cadre de négociations interprofessionnelles,
  • la possibilité de construire des actions collectives rassembleuses à partir de ces deux exigences et aussi, en lien avec nos propositions revendicatives et les attentes des salariés,

 

Nous souhaitons par cette démarche aider au développement du débat dans la CGT, à un débat franc et approfondi et dont l’aboutissement en termes de décisions majoritaires soit vraiment une feuille de route à respecter dans toute la CGT.

 

Notre ambition est aussi qu’à l’issue de nos débats, les décisions prises, - nos analyses et prises de positions CGT - ne soient pas des vœux pieux mais bien autant de convictions et de supports pour engager l'action revendicative collective.

 

Nous sommes bien conscients que nous vivons une période où, comme l’ont écrit et souligné des camarades de la CGT :" le MEDEF et les forces politiques favorables au libéralisme économique qu'elles soient de droite ou de gauche, agissent pour instaurer dans les faits un syndicalisme institutionnalisé, intervenant non plus dans un rapport de représentation du salariat, mais dans une logique de corps intermédiaire chargé de la gestion des risques sociaux".

 

Une nouvelle preuve que nous sommes bien face à cet enjeu vient d’en être apportée avec la capitulation des syndicats de collaboration de classe dans la mauvaise farce de la soi-disant négociation du très mal nommé « pacte de responsabilité ».

 

Nous ne voulons pas de cet avenir-là pour le syndicalisme en France et nous sommes convaincus que la CGT, organisation syndicale de classe, de masse, indépendante et démocratique, a la capacité de construire une alternative à condition d’ouvrir en grand les espaces de débat et de confrontations d’opinions en son sein, comme avec les salariés, retraités et chômeurs dans notre pays. Toute l’histoire de la CGT témoigne qu’elle possède en elle-même les ressources de son renouvellement, du développement de ses forces et cette année 2014, avec le 70ème anniversaire de l’élaboration du programme du Conseil de la Résistance, en apporte une illustration parmi les plus éloquentes et enthousiasmantes et qui donnent confiance.

 

Salutations fraternelles

 

Pour l’UD CGT

 

Le secrétaire général

 

Denis RENARD

 

 

Lu sur le site PCF BASSIN

Commenter cet article