Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Nous apprenons, par l’intermédiaire de nos amis du PRCF, le décès de Gilberte Salem, la compagne d’Henri Alleg.

Gilberte était une femme de culture et de conviction. Fidèle à l’idéal communiste qui fut celui de toute sa vie, elle a combattu avec vigueur la mutation du PCF. Compagne de toute la vie de notre camarade Henri Alleg, elle a soutenu  et partagé à travers tous les périls ses combats anticolonialistes pour l’indépendance de l’Algérie. Qu’Henri et ses enfants sachent combien nous partageons sa peine et sommes à ses côtés en ce moment particulièrement douloureux de sa vie de lutteur.

 

Le communiqué d'"Alger Républicain":

Nous avons appris le décès dans la nuit de samedi 16 au dimanche 17 avril 2011, de Gilberte Salem née Serfaty, épouse de Henri Alleg.

Membre du Parti communiste Algérien, elle l’a rejoint dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale. Durant la guerre de libération nationale elle a joué un rôle actif auprès de la direction de son Parti. Quand son compagnon et époux Henri fut arrêté, elle mena l’action pour l’arracher des griffes de ses tortionnaires. Elle continua de lutter pour les idées communistes jusqu’à la fin de ses jours avec une grande discrétion mais avec efficacité. Profondément attristé par cette nouvelle, Alger républicain présente à son ancien directeur, notre camarade Henri Alleg et à ses enfants, ses condoléances et l’expression de sa chaude solidarité.

"Alger républicain"

le  17 avril 2011


Commenter cet article

Tourtaux 19/04/2011 12:12



Si tu savais mon camarade dans quel état je me trouve, dans quelle grande souffrance je suis actuellement. Je suis effondré, en larmes. Je n'arrive plus à recouvrer ma sérénité.


Il se trouve que comme de nombreux camarades, dont toi-même, je reçois des textes à publier émanant souvent de camarades. Il est un ou une camarade qui ne veut pas décliner son identité, qui ne
se doute pas ou feint de ne pas savoir, que certains de ses propos peuvent terriblement heurter ma sensibilité déjà si éprouvée en raison de mes combats de tous les jours depuis plus d'un 1/2
siècle contre les injustices et la bêtise humaine.


Je viens de gaspiller beaucoup de mon temps et de mon énergie à répondre à cette personne. Je vais rendre publique sur mon blog ce midi ma réponse à ce ou cette camarade qui vient de me blesser
en me heurtant sur un sujet que je maitrise assez bien pour l'avoir vécu et subi. Il s'agit de la Guerre d'Agérie.


Je n'accepterai jamais d'être assimillé à certains appelés dont il ne faut pas faire une généralité, qui furent des "pacificateurs" lors de cette guerre coloniale menée par les différents
gouvernement de la France, en Afrique du Nord.


Jacques Tourtaux


Conscrit Anticolonialiste


 


 



Tourtaux 19/04/2011 08:07



A propos de La Question, mon oncle Hilaire, militant du PCF, dont je parle dans mes livres, m'a donné en août 1958 l'exemplaire qu'il conservait religieusement. J'y tiens aussi comme à la
prunelle de mes yeux.


En fait, le journal La Question que je possède n'est pas celui que diffusaient clandestinement les militants communistes de l'époque mais un exemplaire émanant probablement de militants
catholiques opposés à la guerre coloniale menée par la France en Algérie et qui soutenaient l'action d'Henri en diffusant également sous le manteau un journal clandestin.


C'est Henri qui me l'a dit. Je lui avais envoyé pour qu'il me donne son avis sur l'origine de ce document, étant convaincu qu'il s'agissait d'un exemplaire diffusé sous le manteau par le
parti. 


Il est présenté sous la forme d'un journal et comme il fut diffusé clandestinement, la première page qui est aujourd'hui toute jaunie, était blanche.


 


 



DIABLO 19/04/2011 08:43



Merci Jacques pour ce témoignage à valeur historique 



Serge DD 18/04/2011 22:21



La lecture de "La question" dans ma jeunesse,  reste un des premiers grands chocs de ma vie et j'en ai gardé une profonde admiration pour son auteur. Je sais combien l'aide
de son épouse lui fût précieuse et comme  le vide qu'elle laisse aujourd'hui doit être grand.


Un salut fraternel à Henri et ses enfants dans cette période difficile



DIABLO 18/04/2011 22:33



J'ai dans ma bibliothèque une édition de "La Question" diffusée sous le manteau . Le bouquin est bien fatigué mais j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux.