Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

PCP-PCE.jpg

Dans une période marquée par une situation alarmante pour les travailleurs et les peuples du Portugal et d'Espagne, qui doivent faire face à une offensive brutale contre leurs droits et leurs acquis sociaux et démocratiques, le Parti communiste portugais et le Parti communiste d'Espagne considèrent que la crise au Portugal et en Espagne, avec des caractéristiques spécifiques à chaque pays traduit l'approfondissement de la crise du capitalisme et sa manifestation dans l'Union européenne, à laquelle le grand capital cherche à répondre par une offensive qui représente un violent recul de civilisation.

 

Les politiques suivies, au Portugal comme en Espagne, s'inscrivent dans la spirale brutale de l'austérité, l'intensification de l'exploitation, le chômage, les bas salaires et la précarité, la paupérisation, remettant en cause les droits et les conditions sociales, ainsi que les services essentiels à la nécessaire prestation des soins de santé, de l'éducation et de la sécurité sociale, créant des situations constituant une authentique catastrophe sociale.

 

Des politiques qui au Portugal et en Espagne ne servent que les intérêts des grands groupes économiques, du grand capital financier, des grandes puissances impérialistes et d'une Union européenne de plus en plus dirigée par le directoire des grandes puissances commandé par l'Allemagne – dont les intérêts sont, dans le fond, les responsables de la crise et qui continuent à accumuler des richesses, au prix de l'exploitation, du chômage, de la paupérisation et de la destruction de l'indépendance des États.

 

Le PCE et le PCP, réaffirmant que la situation appelle à une véritable rupture avec ces politiques – qui matérialisent des alternatives de progrès social, de développement économique, de coopération et de paix – soulignent et valorisent le rôle fondamental de la lutte de masses et, en particulier, de la lutte des travailleurs et du mouvement syndical de classe pour l'atteindre – une rupture qui ne manifeste pas la moindre complaisance avec les manœuvres d'une social-démocratie profondément compromise avec le grand capital.

 

Le PCE et le PCP réaffirment que la rupture avec le cap désastreux actuel passe par le rejet du dit « traité budgétaire » ; par la fin des « mémorandums d'accord », véritables pactes d'agression contre les travailleurs, les peuples ; le rejet des « réformes structurelles » de nature anti-sociales et néo-libérales ; par des mesures qui valorisent le travail et les travailleurs et qui assurent des droits et les conditions de vie des peuples ; par la taxation effective du grand capital et de la spéculation financière ; par des mesures qui garantissent le contrôle public des banques et des secteurs stratégiques de l'économie et misent sur le progrès social comme facteur essentiel du développement économique ; par des mesures qui préservent la démocratie et la souveraineté et un cadre de coopération en Europe.


Le PCE et le PCP expriment leur solidarité avec les travailleurs et les peuples du Portugal et d'Espagne qui, comme dans d'autres pays d'Europe, se soulèvent contre la brutale agression dont ils sont l'objet, organisant de grandes journées de lutte pour la défense de leurs droits et leurs conditions de vie et de la démocratie, contre les politiques de droite appliquées dans chacun des pays et les diktats et politiques néo-libérales de l'Union européenne et de son directoire de grandes puissances.

 

Le PCE et le PCP saluent la réalisation de deux grèves générales qui, en partant de la réalité gravissime et des conditions spécifiques de chaque pays, sont convoquées au Portugal et en Espagne le 14 novembre.


Les alternatives existent ! Par la voie de la lutte des travailleurs et des peuples d'Europe. Par la voie de la mise en échec des politiques d'austérité et de capitulation nationale des pactes d'agression. Par la voie de la rupture avec les politiques anti-sociales et anti-démocratiques, la voie de l'affirmation des droits des peuples. Par la voie des acquis et transformations de caractère anti-capitaliste et anti-monopoliste, en gardant le cap de la construction du socialisme. Par la voie de la solidarité internationaliste. Une autre Europe des travailleurs et des peuples est nécessaire et possible.



Parti communiste d'Espagne (PCE)

Parti communiste du Portugal (PCP)

 

Traduction  AC

 

source : "Solidarité Internationale PCF"

Commenter cet article