Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

« S'organiser et lutter pour un emploi stable avec des droits. Des mesures immédiates pour les chômeurs. Lutter pour une société sans chômage, sans exploitation, sans capitalistes. La réponse, c'est le socialisme. »

 

Travailleur, chômeur,

Les Partis communistes et ouvriers des pays d'Europe qui sont le plus touchés par le chômage : l'Espagne, la Grèce, la Lituanie, la Lettonie et l'Irlande te lancent un appel à la lutte et à l'organisation.

Nous nous adressons aux 24 millions de chômeurs « officiels » au sein de l'Union européenne, particulièrement aux chômeurs de longue durée, aux jeunes chômeurs et aux femmes qui sont les plus durement touchés.

Nous nous adressons à tous ceux qui ne sont pas comptés dans les statistiques officielles, mais connaissent ce cauchemar que constitue le chômage.

Nous nous adressons aux travailleurs indépendants, aux intérimaires, aux travailleurs sans sécurité sociale, à ceux qui travaillent à temps partiel avec des horaires flexibles, avec des contrats individuels, avec des contrats à la pièce, qui subissent le chantage patronal, qui doivent faire face au risque du licenciement et du chômage.

Nous nous adressons à tous ceux qui sont contraints au travail forcé non-rémunéré sous prétexte d'un retour au travail ; ceux privés de leurs droits à des indemnités de licenciement face à des patrons plaidant l' « incapacité à payer » ; les travailleurs en grève et engagés dans des occupations et des sit-ins pour défendre leurs emplois et leurs droits.

Nous nous adressons aux agriculteurs qui sont écrasés, les petits travailleurs indépendants qui ont été contraints de fermer boutique sous les assauts des monopoles, la ligne politique anti-populaire d'austérité qui s'en prend aux familles ouvrières et populaires.

Vous tous, comme pour tout travailleur aujourd'hui, comprenez mieux que quiconque que cette « jungle » du travail se développe et devient une loi générale que, rapidement ou lentement, le grand capital, ses gouvernements, et l'UE cherchent à imposer sur chaque lieu de travail. Il n'y a pas de temps à perdre.

Dans les pays où nos partis opèrent, l'Espagne, la Grèce, la Lituanie, la Lettonie et l'Irlande, le chômage a atteint des niveaux très dangereux. La classe bourgeoise dans chaque pays et l'alliance prédatrice de l'UE dans son ensemble, ont déclaré la guerre à la classe ouvrière et aux couches populaires. La crise économique capitaliste conduit à de nouvelles mesures qui s'attaquent à tout ce qu'avait épargné l'offensive anti-populaire dans la période précédente, en particulier après le Traité de Maastricht.

Dans cette dure réalité, une poignée de ploutocrates a réalisé des profits fabuleux. Et pourtant ils exigent de nouvelles mesures. Leur crise n'est pas une crise de la dette, c'est une crise capitaliste dont l'origine est une crise de sur-accumulation de capital.

Pour surmonter la crise dans les intérêts du capital, les industriels, les banquiers et les autres fractions de la ploutocratie avec leurs représentants politiques imposent des mesures brutales afin de faire encore baisser le prix de la force de travail, poussant ainsi de nouveaux travailleurs vers le chômage.

Dans cette situation, la résistance populaire à ces mesures brutales a été entravée par des éléments au sein du mouvement ouvrier et syndical qui, ayant accepté depuis longtemps la logique et l'idéologie du capitalisme, prétendent désormais qu'il n'y a pas d'autre choix que de succomber à l'offensive du capital.

La voie à suivre est celle qui consiste à rallier les travailleurs et leurs familles à des luttes populaires sur des bases de classe, avec une stratégie qui défende les intérêts. Les partis communistes et ouvriers doivent être au cœur de ce processus.

Lutter avec les forces de classe, lutter avec les partis communistes et ouvriers.

Organisez-vous dans vos syndicats et sur vos lieux de travail. Contribuez au développement des actions. C'est dans ce sens que la classe ouvrière doit se renforcer.

Exigez des mesures immédiates pour la protection des chômeurs :

- des allocations chômage décentes pour tous les chômeurs;

- une couverture santé médicale et pharmaceutique générale comprise dans la sécurité sociale:

- gel des emprunts et des hypothèques ;

Le chômage n'est pas un phénomène naturel. Il se développe au sein d'un système capitaliste qui se caractérise par l'anarchie dans la production, par l'exploitation.

Seule une économie socialiste, c'est-à-dire une économie centrale planifiée qui sera basée sur le pouvoir populaire et la socialisation des moyens de production peuvent garantir le droit au travail pour tous.

C'est ce qui s'est produit en Union soviétique et dans d'autres pays socialistes, et il s'agit d'un acquis historique et une des nombreuses réalisations des pays socialistes.

Nos partis lancent un appel à la lutte quotidienne, à la lutte pour l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme, pour une société sans chômage, pour le socialisme qui peut seul satisfaire les besoins du peuple.

Traduction AC

Source : « Solidarité internationale PCF »

 

N.B. : notre correspondant n'a pas précisé la listes des partis signataires

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article