Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Vu sur le blog Canaille Le Rouge

 

cgt-paris

Déclaration de l'UD CGT de Paris

Pour la paix au Mali

 

La mainmise par les multinationales occidentales sur les richesses du Maghreb, du Machrek, du Sahel et de l’Afrique noire, est source de déstabilisation et de guerre sur un large territoire. Comme le disait Jaurès en 1895, « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée dormante porte l’orage ». En effet, la doctrine « Bush » constitue une politique d’inspiration raciste et impérialiste, qui fait de la lutte antiterroriste la cause et la finalité de toute intervention. Quant aux enjeux géopolitiques de la France, des USA, de la Chine,…, elles portent sur l’extraction et l’acheminement de richesses telles que l’or, l’uranium, le pétrole et le gaz. Mais de cela, les média n’en parlent guère…

L’aspiration universelle à vivre en paix est battue en brèche au Mali. La population malienne subit les exactions de groupes armés fanatiques, les djihadistes. Rappelons que l’existence de bandes armées faisant régner la terreur au nord Mali est une des conséquences de la guerre menée en Libye en 2011.

Depuis des décennies, les politiques menées par les multinationales, le FMI, la Banque Mondiale, et l’OMC, pillent en effet le continent africain. Seuls quelques dictateurs corrompus se sont enrichis tandis que la grande majorité de la population souffre de faim, de soif, de maladie, d’analphabétisme. Une partie d’entre elle se résout à l’exil, à l’émigration. La pauvreté est hélas également un terreau favorable aux trafics (drogues et armes), ainsi qu’à l’endoctrinement de jeunes désœuvrés par quelques fanatiques.

Les conséquences en France de la guerre au Mali sont le renforcement du plan Vigipirate, créant un climat délétère, ainsi qu’un rideau de fumée destiné à masquer les antagonismes entre le capital et le travail. Sans parler du coût de la guerre à travers lequel les salariés ont tout à y perdre. La population vivant en France n’a qu’à y perdre !

Au sein de chaque pays du Sahel, il y a une diversité dans les modes de vie, sédentaires et nomades, les langues, les cultures, les religions. Toute tentative de simplification serait trompeuse. Le pays des droits de l’Homme, la France, ferait bien de s’inspirer de la tolérance et du « vivre ensemble » qui est le trait dominant de la population malienne, malgré la misère.

L’Union Départementale CGT de Paris tiens à rappeler les liens tissés avec les maliens travaillant à Paris, liens consolidés par la lutte des travailleurs sans papier ces dernières années. Notre coopération avec le village de Bilissibougou, situé au sud de Bamako, symbolise cette amitié et la prolonge par des actes solidaires concrets.

L’Union Départementale CGT de Paris exprime son soutien aux travailleuses et travailleurs maliens, à leurs familles. Nous affirmons qu’il y a urgence à conforter la démocratie dans la République malienne. Une logique de paix et de développement, s’appuyant sur la souveraineté populaire, doit finir par s’imposer.

 

Paris le 6 février 2013

Commenter cet article