Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO


Au fur et à mesure que filtrent les informations, le contenu de la « réforme » des retraites concoctée par le gouvernement Sarkozy et le MEDEF prend forme. On s'en doute : l'objectif serait de faire assumer aux travailleurs et à eux-seuls les conséquences d'un déficit largement fabriqué. Au-delà, l'objectif est de procéder à une remise en cause profonde du système par répartition, solidaire par nature – ce qui passe par le démantèlement du code des pensions des fonctionnaires.
Face à cette nouvelle offensive, nous réaffirmons notre exigence : Retrait du projet de contre-réforme des retraites
Nous réaffirmons les revendications suivantes : aucun allongement de la durée de cotisation, retour aux 37 ½ annuités pour tous, abrogation des contre-réformes Balladur (1993) et Fillon (2003), maintien de l'âge légal de départ en retraite à 60 ans, niveau des retraites servies à 75 % du salaire brut, sur la base des six meilleurs mois de salaire (minimum : 1500 € ), non à la retraite par points, non à l’individualisation.
Dans la Fonction Publique : maintien du calcul de la pension sur la base des 75% du traitement brut des six derniers mois pour tous les fonctionnaires, défense du Code des pensions, de la CNRACL, pas de nouvelle caisse pour les Fonctions Publiques.
Et nous attendons des organisations du mouvement ouvrier qu'elles reprennent ces revendications, simples, évidentes, à leur compte.
Affaibli comme il l'est après son échec électoral des régionales, Sarkozy ne peut espérer « passer en force ». C'est pourquoi il recherche le consensus le plus large autour de ses plans.
C'est au sein du Conseil d'Orientation des Retraites, grâce à un consensus englobant les représentants des partis de gauches, ceux des syndicats qu'a été élaborée la « boite à outils » de la réforme qui se prépare.
Quant aux tables rondes avec Woerth, elles ont comme point de départ le fait que seuls les salariés devraient payer. Dans ces conditions, ces discussions ne peuvent avoir d'autre sens que celui de l'acceptation par les syndicats du cadre de la réforme sarkozyste.
C'est un fait : seule l'action des travailleurs pourra durablement protéger nos retraites. Mais pour s'engager, ils doivent sentir que leurs organisations sont effectivement prêtes à aller jusqu'au bout en défense des retraites. C'est pourquoi nous nous prononçons contre le « dialogue social » et contre la collaboration syndicats-gouvernement
Nous demandons que nos syndicats cessent de participer à l'élaboration d'une réforme dont chacun sait où elle mène, qu'ils quittent les groupes de travail convoqués par Woerth et le fassent savoir, que les directions syndicales et les partis dits de gauche refusent de s'inscrire dans un « dialogue social » qui ne sert qu'à faire passer les mesures du gouvernement Sarkozy.
Voilà un message clair pour mettre les travailleurs en mouvement sur les retraites, avec des perspectives d'action à la mesure des enjeux. Pour le retrait du projet Sarkozy contre nos retraites, il ouvre la voie à la grève unitaire et non limitée à l'avance des organisations syndicales et autres collectifs, à l'organisation d'une marche nationale sur cet objectif.

 

Premiers signataires : E. Aba SNES-FSU, S. Arnaud SNES-FSU, Ph. Bozon SNEP-FSU, B. Briant CGT IGN, S. Brigo CGT, N. Cadiou CGT IGN, C. Cavarroc SNES-FSU, N. Chemin SNES-FSU, D'Hoine-Morelle SNES-FSU, O. Delbeke CGT IGN, S. Dremeau SNES-FSU, M. Dupuy CGT, P. Feyfant SNUIPP-FSU, Laure G. NPA, J. Gardelli NPA, L. Labbey SNES-FSU, F. Lefebvre AGEC, C. Léger SNES-FSU, P. Leguérinais SNUIPP-FSU, S. Lemoule SNUIPP-FSU, S. Minnaert SNUIPP-FSU, P. Morsu NPA, B. Parquet CGT EDF, R. Prunier CGT, B. Rougé CGT IGN, Ph. Savignan CGT Educ, J. Ségaud SNEP-FSU, F. Serris SNES-FSU, B. Traore CLIAS-FSU, V. Wertheimer SNES-FSU.


 



Pour tout contact, pour signer la déclaration : cliquez ICI 

Commenter cet article