Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

neige01.jpg

On nous transmet ces historiques et analyses de l'épisode neigeux faits par la section SC PTRI du Calvados (ex-DDE): EDIFIANT ! HALLUCINANT ! Vous êtes en danger !

Caen, le 05 avril 2013

De fortes précipitations de neige dans le département du Calvados étaient attendues pourtant aucune mesures préventives n’avaient été prises, malgré les prévisions alarmistes, hormis la mobilisation d’équipes de renfort de dernier moment.

Sur le secteur de Bayeux, dès le lundi 11 mars la neige est au rendez-vous et tombe pendant près de 24 heures sans discontinuer déposant un manteau de prés de 70 centimètres de hauteur.

 

Le vent atteignant 90km/h ne tarde pas à former des congères de plus d’un mètre cinquante, malgré ces conditions détestables nous parvenons à tenir la voie lente ouverte sauf sur le secteur de Caen à Bayeux. En effet à cet endroit, une restriction de voie lente avec des BT4 placés en axial est en place pour les travaux de la déviation dite de Loucelles.

Pourtant quelques semaines auparavant, la CGT avait mis en garde l’administration d’autoriser un tel chantier en pleine saison hivernale.

Celle-ci, sur un ton un peu méprisant, nous avait affirmée qu’elle en assumait la responsabilité. Qu’au vu de la douceur du climat rien n’était à craindre et que le chantier était une priorité.

 

Encore une fois la CGT a eu tort d’avoir raison.

 

Par contre, après le blocage qui a duré 3 jours, pas une déclaration de l’administration sur le "pourquoi" du blocage, mais une communication refuge sur "l'impossibilité" (?) de tenir en raison des chutes exceptionnelles.

Nous n’affirmons pas ici que la route aurait pu être mise au noir mais que nous aurions pu maintenir la voie lente ouverte à la circulation comme nous l'avons fait sur tout le secteur.

De plus, si la voie inverse était également impraticable, c'est que la saleuse en charge de son déneigement était bloquée par les VL (véhicules légers) peu avant le chantier ci-dessus cité.

Les équipes ont travaillé sans relâche pour maintenir les autres secteurs ouverts dans des conditions de blizzard canadien.

Les agents des équipes montantes ne pouvant prendre la relève, étant bloqués chez eux ou sur les routes, les agents en place restèrent au travail jusqu’à leur arrivée.

Nous n’évoquerons pas ici le nombre heures de travail hors normes, de conduites et de repos de sécurités inexistants. Bien que nous aurions pu refuser de continuer à travailler, il nous a semblé que nous nous devions avant tout aux centaines d'usagers naufragés de la route. Nous représentons le service public.

Bizarrement dans ces cas là, nous ne faisons plus partie des fainéants de fonctionnaires.

Les agents souffrent, le matériel aussi. Le système D se met en place, les initiatives sont prises à la base. Les pompes à essence se bloquent, aucun repas n'est prévu, nous dormons à même le sol ou sur des bancs.

 

Comme d'habitude les téléphones portables de l'administration ne passent pas, nous sommes obligés de nous servir de nos téléphones perso qui eux fonctionnent !

 

La radio des camions ne sert à rien, car elle est en panne depuis plusieurs années (par contre il est prévu l'installation de GPS dans les camions !)

Mardi, on nous annonce des renforts venus de la DIRO avec leurs saleuses, et même dans leur bagage, une niveleuse du privé sur porte-char !

Tout est prévu pour eux, Hôtel restaurant, ce qui est la moindre des choses mais pour la deuxième nuit les agents locaux dorment toujours dans les centres, et n’ont rien à manger.

 

Personne ne s’en soucie, hormis les responsables de centres qui achètent de la nourriture sur leur propre denier dans les rares épiceries de villages restées ouvertes. Les grandes surfaces sont fermées, leur toiture ne supportant pas les tonnes de neiges accumulées.

 

L’administration mobilise les engins du privé mais aucune liste n’est prévu; il faut aller "à la pêche" pour les trouver.

 

La RN13 est fermée à la circulation nous déneigeons à contre-sens en slalomant entre les véhicules et les camions abandonnés sur les voies.

 

Des camions de l'armée sont présents, mais nous ne percevons pas leur rôle. Les pompiers sont sur place ainsi que la sécurité civile. Tout ce petit monde se marche dans les pieds avec ordres et contrordre. La gaule profonde est de retour !

Troisième jour, une voie est ré-ouverte vers Caen puis les deux, l’autre sens est toujours bloqué.

 

La coordination avec les autres services est toujours aussi mauvaise sur le terrain.

Les bretelles, secteur gendarmerie, sont effectivement fermées et tenues par nos collègues gendarmes de l’autoroute. Ils nous aident du mieux possible malgré les conditions et leur peu de moyens.

 

Secteur Police, rien de fait. Les voitures nous arrivent dessus et parfois roulent même à contre sens !!! (Nous en avons bloqué une qui a effectué 40 kilomètres en contre sens)

 

Enfin vers 17 h, après tergiversation entre les services sur la mise en place d’un basculement ou la réouverture des deux sens, nous ré-ouvrons l’autoroute sur une seule voie de Caen vers Bayeux.

Quatrième jour, 17 h, enfin la RN 13 est rendue au usagers ; Il reste quelques problèmes mais dans l’ensemble la viabilité est satisfaisante.

C’est dans ces conditions que l’on peut mesurer les conséquences de la mise à mal du service public.

 

Bien sûr de telles conditions hivernales sont peu fréquentes dans notre département. Mais depuis quelques années de fortes précipitations de neige arrivent au moins une à deux fois pendant la période hivernale.

Avant la décentralisation, nous pouvions compter sur les engins du Parc voire sur les autres subdivisions moins touchées par la neige.

Désormais, c’est le chacun pour soi et chez soi.

 

D’ailleurs les usagers-contribuables (qui soi-disant réclamaient la décentralisation selon le gouvernement) ne comprennent pas pourquoi les saleuses sont au CEI alors que certaines routes départementales sont encore impraticables, sans parler des communales.

 

De plus, dans le Calvados les OPA avaient en charge plusieurs circuits de déneigement de la DIRNO. Ce sont désormais les agents qui les ont récupérés sans aucun effectif supplémentaire.

Enfin les engins vieillissent et le manque de crédits pour le renouvellement de la flotte se fait durement sentir

Nous nous ne nous étendrons pas plus sur le sujet, tous les CEI des DIR connaissent les mêmes problèmes

Dans les deux autres CEI du Calvados, hormis le blocage dû au chantier de Loucelles, les conditions de travail ont été les mêmes avec peut-être un peu moins de neige.

Nous attendons maintenant le débriefing, mais pour avoir vécu des événements semblables depuis 20 ans, nous savons pertinemment que l'épais dossier des préconisations post-événement ira enrichir des archives déjà bien volumineuses.

Caen, le 05 avril 2013

Cet historique est révélateur de la déliquescence de l'Etat républicain, qui vous met en danger !

Mais ce n'est qu'un aspect de la question !(Nous reviendrons sûrement dans les prochains jours sur les effets catastrophiques de la casse du ministère de l'Equipement, en matière de permis de construires, et de gestion des installations classées).

RGPP ajoutée à décentralisation: le mélange est explosif !

La vérité c'est que plus on parle de développement durable et de maîtrise des risques, et plus vous êtes vraiment en danger ! En vérité, plus on pérore et prétendument on s'engage, et moins il n'y a d'actions concrêtes.

Ce qui est sûr, c'est que tout cela plus cela coûte cher; vous coûte cher !

Source : le blog de l'UL CGT de Dieppe 

Commenter cet article