Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

arntz09.gif

Au siège du MEDEF, Gattaz a commencé les « négociations » par une provocation sur une réforme « du dialogue social ». Dans le document transmis aux organisations syndicales il prévoit la disparition de la représentation collective des salariés sur leurs droits d’élire des délégués dans les entreprises de  moins de 50 salariés (ces entreprises représentent 45 % des salariés du secteur privé). Aujourd’hui le seuil de 11 salariés déclenche en principe l’élection de délégués du personnel.


Gattaz s’attaque aussi au Code International du Travail. Il veut notamment supprimer la Convention 158 de cette organisation (O.I.T.) ratifiée par la France en 1989, qui oblige  les employeurs à justifier les motifs de licenciements !!! même s’il est vrai que ceux-ci sont dans la plupart des cas autorisés par l’administration, pour GATTAZ c’est encore trop, il veut permettre au patronat de jeter à la rue un salarié sans rendre compte à personne !! L’arsenal législatif mis par le Gouvernement à disposition du MEDEF est devenu encore trop gênant dans la course effrénée aux profits des grands groupes capitalistes.


Des organisations syndicales dignes de ce nom n’ont rien à faire dans ces « discussions sociales » marquées par une collaboration de classe absolue. Le rêve du MEDEF, avec l’aide de Hollande et de Valls serait d’organiser « en toute liberté » une consultation du personnel pour savoir s’il souhaite une représentation. Si une majorité votait pour, malgré les pressions qui ne manqueront pas d’être exercées par le patronat, un « Conseil d’Entreprise » serait mis en place incluant les CE, CHS CT, DP et également des délégués syndicaux. L’organisation des négociations serait au niveau de l’entreprise ou de la branche, ou à défaut par décret.


Rappelons-nous le vieil adage du MEDEF « les licenciements d’aujourd’hui feront les emplois de demain » ! Qu’en pensent les 400 salariés dont l’emploi est menacé chez SOLVAY dans la chimie près de Dôle dans le Jura alors que l’état a versé à cette entreprise plus d’un million d’€uros dans le cadre du Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE) en 2013. Les 1 200 salariés de chez Good Year à Amiens licenciés après 7 années de lutte ne sont pas dupes, comme ceux de la SNCM dont l’entreprise est mise en cessation de paiement avec 1 000 emplois menacés sur 2 000 et cela sans aucune garantie pour le personnel restant.


Heureusement les salariés luttent et comme nous l’affirmons à COMMUNISTES seules ces luttes unies feront reculer les prétentions du Capital.


Les travailleurs de RENAULT Truck dans le Calvados,  en grève pour la défense de leurs acquis ; comme ceux de la papeterie CANSON à Annonay dans l’Ardèche où 58 emplois sont supprimés. Après leurs collègues des hôtels de luxe HYATT Vendôme et HYATT Madeleine, les salariées du ROYAL Montceau  après un mois de grève ont obtenu des augmentations de salaires allant de 3,39% à 5,91% selon les métiers. Ce sont aussi les salariés des Grands Moulins Maurel à Marseille, évacués par les CRS en présence d’un huissier alors qu’ils occupaient leur site depuis une semaine pour la sauvegarde de leur activité. 58 salariés de Bel Maille à Riorges  près de Roanne occupent leur usine contre la décision du Tribunal de Commerce de liquider l’entreprise. La liste des luttes en cours fait peur au Patronat et au Gouvernement  qui lui a choisi son camp, celui de la finance et des puissants. Pour prouver son allégeance au grand capital, le nouveau ministre de l’économie Macron a donné son accord pour le rachat des activités énergétiques d’ALSTOM par l’américain GENERAL ELECTRIC.


D’autres luttes en cours prouvent que les salariés ne baissent pas les bras tels ceux de Gad, la Seita, les 21 « Jeannettes » à Caen qui se battent jours et nuits depuis des mois pour conserver leur emploi.


Des luttes continuent également dans le domaine des Transports, de la Santé, de l’Education, de la Poste pour la sauvegarde d’un service public au plus près de la population.


Au niveau Européen les salariés acceptent de moins en moins les prétentions des grands groupes impérialistes et des mouvements de grande ampleur sont recensés en Angleterre, en Espagne, au Portugal, en Grèce, en Belgique, en Allemagne où les conducteurs de trains continuent une grève historique, la plus longue grève connue depuis 20 ans.


Au niveau international, Obama promet la continuation de sa ligne politique après sa mise en minorité au Sénat où les Républicains  obtiennent 51 des 100 sièges à pourvoir et contrôlent également la chambre des représentants et scellent ainsi leur mainmise sur le Congrès des Etats-Unis.


« Continuons, les réformes doivent s’accélérer » c’est ce qu’a raconté Hollande au cours de son opération « Grand Guignol » de jeudi dernier sur TF1. A défaut d’agir les « frondeurs » feront entendre une fois de plus leur « opposition » de « gauche ». Ils auront une nouvelle occasion de le faire quand le siège laissé vacant par Moscovici à l’Assemblée Nationale passera à la droite ou au FN et fera perdre au PS la majorité absolue à l’Assembée Nationale.

 

source: site communistes

Commenter cet article