Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Assemblee-Nationale

Chacun s’interroge et les cheminots les premiers, sur la nature de l’amendement proposé hier par le groupe Front de gauche à l’Assemblée sur le projet de loi ferroviaire. Le site internet du POI livre ici quelques documents permettant d’éclairer ce sujet.

  • Le projet de loi ferroviaire est composé de 19 articles qui définissent les conditions générales dans lesquelles la SNCF est fragmentée en Etablissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), en statut différents, de droit public (pour les anciens) ou de droit privé pour les cheminots nouvellement embauchés.
  • Il y est aussi défini les conditions dans lesquelles des partenariats public-privé et des concessions d’activité au privé seront effectuées.
  • Le projet s’inscrit dans le projet européen d’ouverture du marché ferroviaire à la concurrence des entreprises privées – les grandes entreprises multinationales mondialement connues pourront alors concurrencer la nouvelle SNCF de l’extérieur (en créant leurs propres sociétés de chemin de fer) et de l’intérieur (concession, partenariat public-privé, sous-traitance), selon les méthodes déjà mises en oeuvre pour les PTT et France Telecom ou bien EDF-GDF et Suez.

 

L’amendement du député André Chassaigne (PCF-Front de gauche) touche un des articles du projet de loi qui en compte 19. Cet amendement vise à modifier un sous-alinéa de l’article premier. Son effet est le suivant : tout cheminot qui serait à l’avenir licencié par l’un des trois EPIC, devra considérer, du point de vue de l’assurance chômage, que son ancien employeur était l’EPIC « SNCF ».

 

Voici le texte de l’amendement (n°252) présenté par le groupe des députés PCF à l’Assemblée nationale :

 

Après l’alinéa 51, insérer l’alinéa suivant :

« Art. L. 2102-1-1. - Pour l’application de l’article L. 5424-2 du code du travail et de l’ensemble des dispositions du chapitre III du titre 1erdu livre III du code de la construction et de l’habitation,l’établissement public à caractère industriel et commercial dénommé « SNCF » est considéré comme employeur des agents et salariés des trois établissements publics industriels et commerciaux qui composent le groupe public ferroviaire. Les modalités d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’État. ».

 

 

L’EPIC « SNCF » serait ainsi considéré comme l’employeur unique des salariés des trois EPIC. Mais pour que faire, dans quels domaines ? 

 

Pour l’application de l’article L. 5424-2 du code du travail répond l’amendement du député.

 

Qu’est-ce que l’article L. 5424-2 du code du travail ? C’est un article de la 5e partie (Emploi), Livre IV (le demandeur d’emploi), titre II (indemnisation des travailleurs involontairement privés d’emploi). Il concerne les conditions dans lesquelles un salarié embauché par une entreprise est couvert par l’assurance chômage :

Article L5424-2 du Code du travail

Les employeurs mentionnés à l’article L. 5424-1 assurent la charge et la gestion de l’allocation  d’assurance. Ceux-ci peuvent, par convention conclue avec l’institution mentionnée à l’article L. 5312-1, pour le compte de l’organisme mentionné à l’article L. 5427-1, lui confier cette gestion. (…)

 

Le ministre des transports Cuvillier confirme que « La rédaction ne revient pas sur le principe de trois EPIC, qui sont leurs propres employeurs » et donne son accord pour l’amendement. Voici le détail de la réponse officielle du secrétaire d’Etat en séance :

 

M. Frédéric Cuvillier, secrétaire d’État. L’amendement n252 est en effet extrêmement important. Nous partageons la même volonté de renforcer l’intégration sociale du groupe public ferroviaire. Conséquence directe, il n’y a plus lieu de pratiquer d’adhésion volontaire au régime d’assurance chômage  comme le fait jusqu’à présent RFF. S’il est écrit que, dans ce cadre, la SNCF est l’employeur unique, cela concerne évidemment l’assurance chômage. La rédaction ne revient pas sur le principe de trois EPIC, qui sont leurs propres employeurs.

Il y a aussi une forte mutualisation, à laquelle vous êtes, je le sais, très attaché, monsieur Chassaigne, du financement du 1 % logement au sein du groupe ferroviaire. Cela me semble être une bonne idée.

Je suis donc favorable à cet amendement.

(L’amendement n252 est adopté.)

 

L’ex-ministre UMP de l’Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, s’est également dite favorable au projet ainsi amendé en affirmant jeudi, selon l’AFP, y reconnaître "en partie" son propre projet.

 

source: POI

 

Commenter cet article