Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

VivaCubaOn a parlé beaucoup sur les droits de l'homme à Cuba. C’est à la mode de reconnaître les réalisations socio-économiques dans l'île, et en particulier le droit à la santé et à l'éducation, et ensuite de souligner que les Cubains n'ont pas de droits politiques.

 

Il est certainement vrai que Cuba excelle en termes de droits socio-économiques et culturels. Cuba a été le premier pays à liquider l'analphabétisme et la contribution de Cuba à éradiquer ce fléau dans d'autres pays a été ouvertement reconnu par l'ONU.

 

Le taux de mortalité infantile à Cuba est le plus bas des Amériques et inférieur à celui des États-Unis et de Canada. Selon l'UNICEF, Cuba est le seul pays latino-américain sans enfants souffrant de malnutrition. L'indice de développement humain de Cuba est bien supérieur à celui des autres pays du continent et en termes de préoccupations environnementales Cuba se situe dans les 10 meilleurs élèves de la classe mondiale. Les violations des droits de l'homme sont selon les analystes comparables à ce qui se passe dans les pays qui ont l'habitude d'accuser Cuba. De nombreux pays européens ont reçu des rapports Amnesty International bien pires que Cuba, mais ils sont généralement cachés par les médias.

 

Mais ce sont principalement des informations concernant le manque de liberté d’opinion qui sont mises le  plus en avant quand on parle de droits de l'homme à Cuba. Habituellement ces infos proviennent de sources liées à des fonds de plus de 20 millions de dollars, que le gouvernement américain dépense pour stimuler un «changement de régime» sur l'île.

 

Un incident récent illustre parfaitement comment ces individus interprètent cette «liberté d'expression». Au cours d'un débat public organisé par la revue « Temas » concernant le rôle de l'Internet dans les mouvements sociaux, une personne proclame, en totale liberté d'expression, l'impossibilité d'un débat sur le web avec le «fait» que la dissidence est punie à Cuba. De nombreux participants ont contesté ce point de vue d'une manière respectueuse et civilisée.

 

Un peu plus tard les adeptes de « l'autre Cuba » montrent, grâce à la technologie que les États-Unis mettent à la disposition de leurs amis, un montage vidéo « YouTube » de ce débat où toutes les opinions qui vont à l'encontre de leurs points de vue ont été soigneusement éliminées.

 

Cela peut nous donner une idée à quoi pourrait ressembler cet «autre» Cuba que ces gens poursuivent avec le Plan Bush (toujours en vigueur sous Obama). Avec des fonds abondants et des gadgets ils préconisent un Cuba post-Castro « dans lequel tous les droits sociaux des Cubains sont démantelées afin d’aligner les Cubains sur les autres pays du continent.

 

Ce ne seront alors plus les voisins qui présentent les candidatures à l'élection (dans lesquelles ces personnes susmentionnées n'a jamais pu conquérir une place), mais une machine politique construite et financée à Washington à son image et à sa ressemblance ». Ce serait effectivement «un autre Cuba », sans droits pour les Cubains.

 

Iroel Sánchez

 

Source : cubanismo

Commenter cet article