Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le Parti communiste d’Égypte ne participe pas à un simulacre d'élections visant à donner une légitimité à la junte militaire, aux islamistes, aux forces de la contre-révolution

 

Communiqué du Parti communiste Égyptien avant les élections législatives

du 28 novembre 2011

Le Comité central a analysé la position que devait adopter la direction du Parti communiste vis-à-vis de la participation aux élections législatives, à la lumière de la situation politique, économique et sociale gravissime que connaît le pays, surtout après les dernières répressions meurtrières de manifestations populaires.

Le Comité central souligne que la situation actuelle dans le pays porte en elle le danger de la contre-révolution et menace même l'avenir du pays, l'unité nationale et risque encore de creuser le fossé qui sépare le peuple des forces armées. Le Comité central considère que le premier responsable de cette situation dramatique est la Junte militaire, qui jouit d'un pouvoir absolu dans la gestion des affaires du pays. Elle est coupable par son échec dans la gestion de la transition, les erreurs qu'elle a accumulé et qui ont conduit à la résurgence de la contre-révolution, là où il aurait fallu l'éliminer, à une insécurité endémique, un chaos croissant et à l'anarchie. Elle est coupable par son incapacité à prendre des mesures concrètes pour désamorcer les tensions communautaires, à prendre des mesures urgentes de justice sociale, à répondre aux revendications des forces révolutionnaires, à poser les conditions nécessaires à l'organisation transparente du processus électoral.

Plus important encore, elle a créé un état de confusion et d'incertitude qui l'a conduit à s'éloigner des priorités qui devraient être celles de la période de transition, soit le transfert du pouvoir. Cet état a donné un prétexte à la prolongation de la période de transition, contribuant à alimenter la confusion ambiante. Le gouvernement est le premier responsable de cette situation, incapable qu'il fut d'honorer les promesses faites à la population égyptienne.

A également contribué à la dégradation de la situation, attisant les divisions, l'attitude des partis politiques dominants. La plupart ont cherché avant tout à défendre les propres intérêts, cueillant à leur profit les fruits de la révolution et se partageant le gâteau du pouvoir au mépris des intérêts supérieurs de la révolution et de la nation, tous deux menacés désormais par de graves dangers.

Selon le Comité central, les courants religieux extrémistes ont largement profité de l'espace qu'ont leur a laissé pour se développer et du laxisme dans l'application de la loi vis-à-vis des pratiques communautaristes de ces courants qui visent à confisquer la révolution, à créer la confusion entre politique et religion, et appellent à la création d'un État théocratique fascisant, qui nous renverrait à l'obscurantisme médiéval.

A la lumière de ces éléments, le Comité central réaffirme ses positions :

1 Il apparaît aux yeux de tous que le pays est empêtré dans le chaos et la confusion en raison d'une mauvaise hiérarchisation des priorités durant la période transitoire, qui a renforcé le pouvoir de la junte militaire et alimenté le raz-de-marée de l'islam politique. Il faut à tout prix changer de cap, il est toujours possible de réorienter le cours de la révolution et de la remettre sur les bons rails. Cela nécessite :


A – de pousser le gouvernement actuel à démissionner et de former un gouvernement de salut national sur la base d'un accord entre les forces de la révolution, reposant sur la volonté populaire et bénéficiant de tous les pouvoirs nécessaires à la gestion de la transition, afin de mettre un terme à l'anarchie et de protéger les citoyens du chaos, de l'intimidation et de purger les institutions étatiques de toutes les forces de la contre-révolution et de ses éléments corrompus ;


B – d'élaborer une nouvelle constitution et d'élire sur cette base un président et un parlement, dans le respect d'un calendrier précisément établi sur une période de 6 à 8 mois ;

Cette perspective permettrait de sortir le pays de la situation désastreuse dans laquelle nous sommes en train de nous plonger, tout comme elle raccourcirait la phase de transfert du pouvoir aux autorités civiles, contrairement à la situation qui est en train de se passer actuellement et qui va aboutir à la prolongation de la période de transition sur au moins un an et demi. Elle défendra également le pays contre les tentatives de confiscation de l’État dans un sens religieux ou militaire.


2 Organiser des élections dans un tel état d'urgence, avec des explosions spontanées de violence, l'intimidation, et la non-application des lois sur la trahison, imposant le retrait de la vie politique des anciens membres du Parti national démocratique (PND), aujourd'hui dissout, à tous les niveaux de pouvoir aura des conséquences catastrophiques pour la révolution et le pays, et place le pays devant un avenir fait d'incertitude, avec une majorité probable pour les héritiers du PND et les forces de la contre-révolution. A cet égard, il convient de souligner que l'accord conclu entre certains de ces partis avec la junte militaire n'offre pas les conditions minimales pour la tenue d'élections libres et pluralistes, et révèle tout l'opportunisme de ces partis qui ont abandonné les objectifs et les espoirs de la révolution pour réaliser leurs propres ambitions.

Nous avons donc décidé, Comité central du Parti communiste d'Egypte, de ne pas participer aux élections législatives. Nous appelons également les partis et forces politiques à adopter la ligne la plus juste, conforme à des positions de principes : écourter la période de transition, réorienter le cours de la révolution pour la sauver, tout comme il s'agit de préserver l'unité de notre patrie.

Traduction LL

Source: "solidarité internationale PCF"

 

 

 

Commenter cet article