Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Lu sur le blog CanempechepasNicolas

Le PCF, la Gauche européenne soutenaient la liste « Rivoluzione civile » conduite par Antonio Ingroia et sur laquelle figuraient « Refondation Communiste » et le « Parti des Communistes Italiens ».

 

Cette liste a obtenu 2,2 % des suffrages et aucun siège. Elle s’apprêtait à soutenir le « Parti Démocrate » de Luigi Bersani qui comptait s’allier avec Mario Monti, l’homme de Bruxelles !

Et, aujourd'hui, le PCF pleure l'échec de ses poulains et voilà ce qu'il en dit... (pas un mot sur l'Europe désavouée par les italiens !)

La Déclaration du PCF-Gauche Européenne:

PCFFDGGE.jpg

Élections italiennes :

« C’est l’Italie qui est malade. Le peuple ne mérite pas le pire »

Au vu des résultats des élections en Italie nos premières pensées vont à nos amis et camarades de la liste « Rivoluzione civile » conduite par Antonio Ingroia et sur laquelle figuraient nos camarades de Refondation Communiste et du Parti des Communistes Italiens.

Dès son annonce, ce rassemblement a suscité de l’intérêt et une mobilisation importante. Mais la crainte de nombreuses femmes et hommes de gauche de subir un énième retour de Berlusconi a favorisé le vote utile en faveur de Pier Luigi Bersani et du Parti Démocrate.

Une partie de l’électorat s’est aussi tourné vers le démagogue Beppe Grillo qui a su regrouper les mécontents de tout bord. Son électorat loin d’être convaincu par ses propositions et son programme voulait donner un coup de pied dans la fourmilière. Le succès de Grillo c’est la quintessence d’une dégradation de l’image des politiques italiens en général, un doute total sur la capacité du centre droit, comme du centre gauche, de répondre aux attentes du peuple.

La gauche, la vraie, celle qui quotidiennement s’intéresse aux revendications sociales et qui a mis la morale publique au cœur de son action sera absente du futur parlement. Le système électoral malhonnête, « porcellone », a fait le reste. Le manque de courage du centre gauche pour ne pas avoir porté une vraie réforme électorale, ni faire voter une loi contre la concentration dans les média ont permis à Berlusconi de faire un éternel retour.

Seul un gouvernement qui n’aura pour mandat que de réformer le système institutionnel intégrant les citoyens italiens à son processus pourrait être formé. C’est ce qu’appelle de leurs vœux les amis et camarades de la liste « Révolution civile ».

Mais entre un populisme de droite vulgaire et omnipotent et une démagogie assumée de Grillo, les prochaines semaines en Italie risquent d’être celles de la désillusion. Ce peuple ne mérite pas le pire, mais celui-ci peut arriver. Nous serons aux côtés de celles et ceux qui luttent contre les réformes néo libérales terribles pour les salariés, les retraités, les précaires en Italie comme dans le reste de l’Europe et nous savons que les femmes et les hommes candidats et soutiens de la liste « révolution civile »  seront de toutes ces batailles.

L’Italie est malade de la corruption, de la mafia, du clientélisme, de la désintégration de l’état social et de l’évasion fiscale. Aucun des vainqueurs d’hier soir n’a mis au cœur de son programme ces thèmes.

Ils n’étaient portés que par « Révolution civile ».

 

Gilles Garnier, Responsable des questions européennes au PCF,

 

Commenter cet article

Brath-z 27/02/2013 14:36


"Elle [la liste Revoluzione Civile] s’apprêtait à soutenir le « Parti Démocrate
» de Luigi Bersani qui comptait s’allier avec Mario Monti, l’homme de Bruxelles !"

C'est sérieux, ce blog ? Je demande, parce que bon, pour balancer une énormité pareille, il faut
le faire. La liste Revoluzione Civile est précisément née du refus de réitérer la "stratégie de L'Unione" (du nom de la coalition de toute la gauche qui l'a emporté de justesse - 0,05 point -
contre celle de toute la droite en 2006). C'était un pari extrêmement risqué, vu qu'en 2008 déjà la liste de la "Gauche Arc-en-ciel" n'avait pas eu de représentation (sous les 5%), et d'ailleurs
une scission de Rifondazione Communista, SEL (Gauche Écologie Liberté) a rejoint la coalition du PD précisément parce que la liste Revoluzione Civile n'aurait pas soutenu le PD.

Et ultime précision : dans le mode de scrutin italien depuis 2005, la liste ou la coalition de
listes arrivée en tête empoche automatiquement 55% des sièges à la Chambre. Donc en aucun cas le PD n'aurait eu besoin de s'allier à d'éventuels élus de Revoluzione Civile : si le PD arrivait en
tête, il remportait une majorité absolue à la Chambre. S'il arrivait deuxième, même un soutien de Revoluzione Civile ne pourrait pas lui permettre d'avoir une majorité à la Chambre.
Alors on me dira : il y a le Sénat, c'est précisément là que le PD va faire alliance avec Monti.
Oui mais : même les plus optimistes soutiens de Revoluzione Civile n'envisageaient pas l'élection du moindre sénateur pour leurs listes. Le mode de scrutin au Sénat, c'est par région, avec seuil
d'entrée à 8%. 8% dans une région pour avoir un élu. C'est tout simplement hors de portée pour la gauche radicale italienne.

Bref, en aucun cas la liste Revoluzione Civile ne s'apprêtait à soutenir le PD. Si ça avait été
le cas, elle aurait rejoint la coalition du PD.

Diablo 27/02/2013 23:09



Bonsoir,


Tout d'abord merci pour votre commentaire éclairant.


Ce blog militant, comme d'autres, n'est pas à l'abri d'erreurs d'appréciations. Pour autant il n'en est pas moins sérieux d'autant qu'il se distingue de ceux
qui font le plus souvent dans le "politiquement correct" et toujours dans "l'euro-compatible".


Concernant les dernières élections italiennes, il est un fait remarquable et pourtant escamoté par beaucoup de commentateurs: la majorité des électeurs s'est
prononcé pour des partis dénonçant l'Union Européenne (Berlusconi et Grillo) et même contre l'Euro (Grillo)


Certes, on peut crier à la démagogie et au "populisme" mais si voter pour un programme veut dire quelque chose c'est tout de même une réalité que les
progressistes feraient bien d'analyser.


Que je sache "Rivoluzione Civile" et notamment ses composantes communistes ne se situaient pas sur le registre d'une radicalité anti-UE mais plutôt sur celui
de l'illusoire combat pour une "Europe sociale".


Peut-être faut-il voir là une des raisons de son piètre résultat?


Enfin, le débat reste ouvert...


Salut et fraternité


Diablo