Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Communiqué de la fédération CGT des cheminots

cgt-cheminots.gifEn participant massivement aux élections, avec 73.89% de votants, les cheminots ont confirmé leur attachement au fait syndical et conforté la CGT comme première organisation syndicale à la SNCF avec 39.85 % des voix en DP et 37,37% en CE.

Il est à noter que ce résultat s’inscrit dans un contexte de recomposition syndicale faisant disparaître la CFTC avec un report de ses voix vers le pôle réformiste.

En se mobilisant, les cheminots ont affirmé leur refus de la fatalité et prolongé leur engagement dans les luttes sociales tant sur les retraites, l’emploi, les salaires et sur l’avenir de l’entreprise publique SNCF.

En confirmant la CGT comme première organisation syndicale à la SNCF à plus de 16 points devant la 2e organisation, ils réaffirment leur confiance à un type de syndicalisme qui fait des propositions, mobilise et agit pour améliorer le Service Public SNCF et leurs conditions de vie et de travail.

En votant CGT, ils ont fait le choix de s’opposer aux transformations néfastes que connaît la SNCF, de combattre toutes les régressions sociales et d’opter pour d’autres choix, par un syndicalisme de conquêtes sociales.

Par leur vote, il convient de souligner que les cheminots ont plébiscité à plus de 76% les organisations syndicales qui exigent depuis des mois, en appui d’une pétition unitaire (CGT-UNSA-Sud-Rail), de réelles augmentations générales des salaires dans un contexte où les prix des biens et services de première nécessité ne cessent d’augmenter.

La Fédération CGT se félicite de la confiance renouvelée par les cheminots lors de cette séquence démocratique à la SNCF.

Face aux enjeux qui sont posés au système ferroviaire, aux attaques contre les conditions sociales des cheminots, la Fédération CGT des cheminots s’engage à poursuivre son action et à créer rapidement les conditions de la mobilisation des cheminots pour contrer les politiques mises en œuvre à la SNCF tant sur le Fret, l’emploi, l’avenir du Service Public que sur les salaires.

Montreuil, le 25 mars 2011

Commenter cet article

Tourtaux 26/03/2011 13:57



Malgré tous les traquenards contre la CGT jusqu'à la veille de cette élection où nous étions attendus au tournant, les cheminots sont allé voter massivement avec un taux de plus de 70% de
participation.
Bien qu'en baisse hélas constante à chaque élection, le résultat de la CGT demeure remarquable.
Comme nous le savons, depuis plusieurs années, les effectifs de la SNCF sont sensiblement rajeunis. Tous les anciens cheminots de mai 68 sont partis à la retraite, ce qui a ouvert une énorme
brèche dans notre potentiel militant CGT mais, la nouvelle génération de cheminots démontre qu' elle fait aussi confiance à la CGT.
Il faut discerner dans les résultats d'importantes disparités entre l'élection des représentants dans les CER et celle des élus aux DP.
Les élus DP font toujours et à chaque élection des scores plus élevés que ceux des CER. Pourquoi?
Tout simplement parce que les camarades présentés aux DP sont connus de leurs collègues de travail qu'ils côtoient quotidiennement puisqu'ils travaillent ensemble et les connaissent en tant que
militants syndicaux de terrain.
Les cheminots savent qu'ils peuvent compter sur nos militants de base qui sont de toutes les luttes et à la pointe de celles-ci.
Telle est aussi ma conception du syndicalisme CGT.
Cette façon de militer permet d'éviter les dérives qui desservent le combat de classe et l'ensemble des travailleurs et des masses laborieuses.
Un danger se profile toutefois même si les autres organisations syndicales sont reléguées très loin derrière la CGT.
Ce danger s'appelle le réformisme.
La montée de l'UNSA qui est un syndicat jaune ne doit pas être négligée.