Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Les conférences régionales du PC puis les adhérents communistes eux-mêmes se sont prononcés sur le type de liste qu’ils entendent présenter au premier tour des prochaines élections régionales.

Si dans la plupart des cas, le PC ira à la bataille sous l’égide de listes « Front de gauche », dans cinq régions il fera cependant liste commune avec le PS dès le premier tour.

Un choix «à la carte» en quelque sorte, fait surtout en fonction de la configuration électorale de chaque territoire et destiné à sauvegarder le plus grand nombre de ses conseillers régionaux sortants…

hyper-cadreA l’issue des trois jours consacrés à la consultation des militants, 43 835 communistes (63,13% des inscrits) ont déposé un bulletin dans l’urne.

Dans la plupart des cas, les choix faits par les conférences régionales ont été confirmés par les militants : dans 17 régions, le PC ira à la bataille au premier tour sous l’égide de listes « Front de gauche » avec le Parti de Gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon et La Gauche Unitaire (GU) de Christian Picquet.

Mais dans cinq régions et 19 départements, ils se sont prononcés pour une alliance avec les socialistes dès le premier tour : Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Champagne-Ardenne et Lorraine.

Par ailleurs, la situation est pour le moins confuse dans certains endroits. Ainsi, en Languedoc-Roussillon, le 21 novembre dernier, les adhérents du PC décidaient à 87 % de présenter une liste « Front de Gauche », face à la liste UMP menée par Raymond Couderc et à celle dirigée par Georges Frêche. Mais mardi 24 novembre, la presse locale informait que les instances fédérales du Parti Socialiste avaient décidé de mettre Jean-Claude Gayssot en 5ème position sur la liste de G. Frêche !

En Ile-de-France, le maire PC de Sevran (Seine-Saint-Denis) Stéphane Gatignon annonce qu'il sera candidat aux élections régionales sur la liste d' « Europe Ecologie ». A la question de savoir s'il quitte le parti communiste, il déclare: "C'est plutôt le parti qui m'a quitté. Mais je reste communiste" !

Dans la région Poitou-Charentes, région d’importance car la présidente sortante est Ségolène Royal, les adhérents du PC ont désavoué le choix d’alliance avec le PS dès le premier tour fait par la conférence régionale et les élus communistes sortants !

Finalement, en décidant de ne pas choisir une stratégie claire dans toutes les régions, la direction du parti de la place du Colonel Fabien, brouille fortement le message initial du « Front de Gauche », déjà expérimenté, avec un certain succès, lors des dernières élections européennes. Ce manque de cohérence est d’autant plus dommageable que depuis la création du « Front de Gauche » et du NPA, il apparaît évident que si les partis à gauche du PS s'unissaient, le paysage politique à gauche en sortirait grandement modifié. L'exemple de « Die Linke » en Allemagne plaide en ce sens.

Dans un cas (listes du « Front de Gauche »), le PC risque de perdre des élus, ne serait-ce parce que les places éligibles doivent être partagées avec les autres formations constituant le « Front de Gauche ». Ce n'est pas rien puisque économiquement, le PC est en très grande difficulté sans la manne de ses élus de terrain.

Mais en rompant avec le PS, il fait aussi un choix politique d'importance : celui de renouer avec sa propre histoire et avec le terrain d’une certaine radicalité, terrain occupé plutôt par le NPA et « Lutte Ouvrière ». Ce choix peut s’avérer gagnant au final car le « Front de Gauche » avait déjà fait un score relativement satisfaisant, dans la plupart des régions aux dernières élections européennes ; la barre des 5% étant indispensable pour pouvoir fusionner au second tour avec le PS et « Europe-Ecologie ».

Dans l’autre cas (listes PC/PS au premier tour), le parti de Marie-George Buffet peut espérer également garder nombre de ses élus, avec l'argument de pouvoir influencer les décisions des majorités régionales. Bien que jusqu'ici, cela n’a joué qu'à la marge et sur des sujets annexes, le PC peut conserver une certaine influence locale.

Cependant, en jouant ainsi sur les deux tableaux, le PC rebute tout à la fois le « Parti de Gauche », le PS et le NPA.

Cette stratégie multi-facettes fait voler en éclat le « Front de Gauche » avant même le premier tour dans 5 régions ! Son principal partenaire, le « Parti de Gauche »  va se retrouver isolé et devra sans doute passer des alliances avec d’autres formations, notamment le NPA, pour espérer dépasser la barre des 5%.

Au PS, plusieurs personnalités dont Ségolène Royal et François Hollande ont critiqué sévèrement la stratégie d’autonomie du PC et du « Front de Gauche » dans une majorité de régions. En effet, le PS sans liste d’union de toute la gauche dès le premier tour, risque de céder la première place à « Europe-Ecologie » et perdre ainsi la présidence dans certaines régions, notamment la région parisienne, ce qui ferait l’effet d’une véritable bombe !

Quant au NPA, il condamne lui aussi cette stratégie « à la carte ». Jean-François Grond, numéro deux du NPA le reconnaît sans détour : « Pourquoi y aurait-il des accords à la carte ? Cela voudrait dire qu’il pourrait y avoir des programmes politiques à la carte ? Il faudrait faire une différence entre le Nord et l’Auvergne par exemple ? On pourrait être contre les subventions versées aux entreprises qui licencient dans certaines régions et pas dans d’autres ? ».

Mais tout dépend finalement du Parti Communiste, car autre paradoxe, s'il est plus faible que jamais au niveau électoral, aucune alliance de poids ne peut se faire sans lui au sein de l’autre gauche. Son passé, le nombre de ses militants, ses réseaux pèsent encore lourd, au moins localement.

Pour l’instant, cette stratégie "à la carte" lui semble le moyen le plus sûr de conserver le plus grand nombre de ses 185 élus régionaux sortants et de stopper, grâce au « Front de Gauche », sa dégringolade électorale qui a atteint son point culminant à la dernière élection présidentielle avec 1,93% des voix.

Le pari est cependant hasardeux car le PC semble arrivé à l'extrême limite de ses grands écarts. Au niveau régional, on assiste à des petites combines d'alliances selon les opportunités qui se présentent. Au niveau national en continuant à s'allier à un PS traditionnellement de gauche dans l'opposition et démocrate-libéral quand il exerce le pouvoir, la ligne idéologique du PC devient complètement illisible…

source : « Réformer Aujourd’hui »


 

Commenter cet article