Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le cadre des régionales

A l’approche des élections régionales, se pose la question du lien entre l’État et les collectivités territoriales. Certains voient dans la décentra-lisation une tentative de diminuer le rôle de l’Etat.

Au contraire, en réduisant comme peau de chagrin les finances des communes (suppression de la taxe professionnelle), en programmant l’élection de « conseillers territoriaux » qui, de fait, feront disparaître les départements, le gouvernement Sarkozy renforce l’appareil répressif et bureaucratique qu’est l’appareil d’Etat. En effet, le capital et le pouvoir ne veulent plus d’instances décisionnelles au plus près des gens et de leurs préoccupations ; ils cherchent à affaiblir toute démarche revendicative nationale, puisque les interlocuteurs sont renvoyés, sur toute une série de problèmes, aux exécutifs régionaux. Tour de passe-passe, pour ne pas satisfaire les aspirations et revendications.

Ce scrutin sera particulier, puisque 67% des électeurs déclarent ne rien attendre ni de la droite ni de la gauche ! Et pour cause : droite et « gauche » sociale-libérale servent les mêmes intérêts, ceux de la classe capitaliste, monopoles et oligarchie financière rapaces dont le seul objectif est la réalisation du profit maximum.

Politique de Sarkozy : la plus réactionnaire depuis Vichy !

Antisociale : Toutes les  contre-réformes consistent à piller l’argent populaire pour des transferts en faveur du capital et des rentiers (cadeaux fiscaux, aides aux banques…), tandis que les conquêtes sociales du XXème  siècle sont systématiquement détruites (allongement du temps de travail et de carrière, privatisations, démantèlement de la Fonction publique) ; le tissu industriel français est dépecé sous l’effet des  délocalisations qui transfèrent les emplois dans des pays où les salaires sont encore plus bas, aggravant le chômage (+ 800 000 privés d’emploi en 2009).

Antidémocratique : La dérive monarchique, propre à la Vème République, s’accentue sous Sarkozy, avec le favoritisme, le népotisme, les gaspillages, le tout sur fond d’idéologie de division aux relents pétainistes (débat sur «l’identité nationale» désignant comme bouc-émissaire l’immigré d’origine arabe ou africaine, chasse aux Sans-papiers, obsession sécuritaire et carcérale…). Quant à la souveraineté populaire, elle est violée sans vergogne, quand elle dérange les intérêts financiers (le Traité de Lisbonne ratifié par l’UMP, le PS et les Verts est un vol du NON au TCE).

Politique de guerre : En réintégrant la France dans le commandement de l’OTAN,  Sarkozy confirme son inscription dans les projets bellicistes de l’impérialisme US (troupes françaises en Afghanistan) ; le corps expéditionnaire en Afrique est le garant de la politique néocoloniale de pillage menée par les multinationales françaises dans ce continent.

L’ensemble de cette politique conduit le pays au bord de la catastrophe.

PS : même politique de classe !

Pas d’amnésie à l’égard du PS ! De Fabius à Jospin, le PS a conduit, ces trente dernières années, une politique pareillement au service des intérêts financiers. Le consensus avec la droite règne sur toutes les questions vitales : soutien à l’UE capitaliste, privatisations (record battu par le gouvernement Jospin), « aides au capital », attaques contre les conquêtes sociales, soutien à la guerre en Afghanistan. 

Contrairement aux accents démagogiques du PS, les régions qu’ils dirigent n’ont pas défendu une politique alternative, mais ont opéré une gestion loyale à l’égard de la politique définie nationalement et des directives de l’UE.

Voter UMP et PS revient, pour les travailleurs, à se tirer une balle dans le pied !

Les élections constitueront pour beaucoup le moyen d’exprimer leur mécontentement, en votant pour l’une ou l’autre des listes de gauche, non par « adhésion », mais pour souligner le rejet massif de la politique de Sarkozy et lui infliger un revers. Sans  partager ce moyen, nous le comprenons.

L’URCF ne présentera pas de liste en raison de la censure par l’argent. Nous rallier aux listes de « la gauche à gauche du PS » occulterait notre démarche révolutionnaire anticapitaliste générale et nous ferait endosser des propositions dont nous dénonçons le caractère illusoire. Ainsi, la « réorientation de l’argent » ou  « une banque européenne au service de l’emploi » n’ont aucune perspective de réalisation puisqu’elles ignorent totalement la nature du système capitaliste et de ses lois économiques ! La seule voie pour infliger des reculs au pouvoir est le recours aux grèves, à l’auto-organisation des travailleurs et aux luttes extra-parlementaires.

Ce qui ne veut pas dire opposition de principe à des campagnes communes avec d’autres forces de progrès, mais nécessité d’y assurer l’indépendance du mouvement communiste révolutionnaire. Il faut travailler toujours plus à  renforcer ce mouvement, en veillant  à son unité dans l’action, ainsi et ainsi seulement les propositions et axes de luttes anticapitalistes influenceront les militants de base et électeurs du PS, du NPA et du Front de gauche, et exerceront une pression sur les appareils, enclins à des objectifs électoralistes étroits.

De plus, quadrature du cercle, le PCF et d’autres se déclarent prêts à gouverner avec les Verts et le PS, défenseurs comme on le sait de l’UE et de la politique néolibérale du capital. C’est donc mener campagne au premier tour pour continuer la même politique néfaste dès le second tour !

Notre campagne est centrée sur le fond : que faut-il avancer pour s’engager à faire payer, au moyen des luttes, la crise du capitalisme par ses fauteurs ?

Nos tracts, les  interpellations des candidats,  porteront sur des thèmes qui  constitueraient des éléments de rupture immédiate avec la politique du capital :

- Abrogation de la constitution réactionnaire de la Vème  République, pour une Assemblée Constituante !

- Opposition générale et globale à la politique de Sarkozy et à ses contre-réformes !

- Lutte contre l’UE et le Traité de Lisbonne !

- Défense des libertés démocratiques, NON à l’Etat policier, aux fichages et aux expulsions de Sans-papiers ; régularisation de tous les Sans-papiers !

- Lutte contres les délocalisations, les privatisations, les licenciements, les suppressions de postes dans la Fonction publique !

- Retrait de la France de l’OTAN, retrait des troupes françaises d’Afghanistan et d’Afrique !

De l’argent pour les travailleurs  (logement, santé, éducation, transports…), pas pour les banques et  les guerres impérialistes !

Faisons payer la crise par ses seuls fauteurs, les capitalistes !

Le socialisme est la seule alternative progressiste au capitalisme !

mars 2010

Union des Révolutionnaires Communistes de France

Commenter cet article