Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Un article

du Pôle de Renaissance Communiste en France :

 

Derrière le discours lénifiant de Hollande et l’apathie coupable des Confédérations Syndicales, la saignée de l’emploi industriel et de la Fonction Publique s’accélère dans notre pays.

 

Qui peut croire sérieusement que le plan Montebourg, avant tout centré sur l’aide au patronat licencieur, sous couvert de « voiture propre », sauvera Rennes et Aulnay et empêchera l’expatriation finale de RENAULT vers les pays à bas salaires ?

 

Qui peut croire que la création au compte-gouttes de postes (statutaires ?) dans l’Éducation Nationale sauvera la Fonction Publique alors que, dans le seul domaine de l’Équipement,   6 fonctionnaires sur 7 partant à la retraite ne seront pas remplacés ?

 

En réalité, ce sont les mêmes recettes, bonnes pour le grand patronat et délétères pour les salariés, qui se profilent pour « sauver l’emploi » : baisse des charges patronales – donc déficit des Caisses de Retraite et d’Assurance Maladie – subventions publiques aux casseurs du MEDEF, dégraissage de la Fonction Publique dont la destruction porte, dans son sillage, la casse volontaire de l’Etat-Nation. Car les « pseudo-patriotes » qui se succèdent au pouvoir n’ont qu’une obsession ; appliquer à marche forcée la feuille de route de l’Europe Fédérale.

 

En fait, si les travailleurs ne se décident pas à bousculer les hiérarchies euro-formatées de la « Gauche » politico-syndicale, s’ils n’imposent pas un retour au combat de classe et à la défense des acquis républicains, il faut clairement le dire aux salariés de ce pays : l’emploi industriel et les Services Publics « à la française » disparaîtront jusqu’au dernier.

 

Comme le propose le programme de lutte du PRCF, il est grand temps d’exiger :

 

- la renationalisation sans indemnités pour les capitalistes des secteurs clés de la Banque, de l’Industrie et des Services, y compris la filière automobile.

De fait, celle-ci a déjà reçu tant de milliards de la Nation qu’il est scandaleux qu’elle appartienne encore à des oligarques, comme la famille Peugeot, dont les chefs de file habitent la Suisse et dont toute la publicité se fait en anglais en France même (« Let your body drive » !). RENAULT et PEUGEOT sont à nous ! Il faut les renationaliser et les fédérer en formant, avec les équipementiers auto, une filière franco-française dont la tâche N°1 sera de reconquérir le marché intérieur.

 

- Il faut briser le libre-échange, euro mondialisé, dont le vrai but est de réserver le marché mondial aux trusts continentaux, de briser les salaires en mettant en concurrence tous les salariés du monde, tout cela à l’abri d’un protectionnisme masqué : celui du dollar faible et de « l’euro fort », autre nom de la zone Mark qui dope les exportations allemandes en coulant toutes les autres.

 

- Il faut reconstituer les outils d’une politique industrielle nationale avec une planification, un aménagement national du territoire, une relance de la Recherche Publique, un fort investissement sur l’Éducation et l’Université, sachant qu’une recherche efficace est, rarement, une recherche à court-terme.

 

- Il faut exiger, à tous les niveaux, de nouveaux droits démocratiques pour les citoyens et les salariés. Comment l’Économie serait-elle efficace si des millions de travailleurs sont ignorés, méprisés, voire harcelés au travail ?

 

Mais pour parvenir à relancer ce pays à bout de souffle et qui, par la faute des « oligarques français » n’est plus maître de lui-même, il faut oser enfin sortir du piège mortel de l’Euro et de l’Union Européenne : celle-ci n’est pas la solution, elle est le problème lui-même.

 

Cela oblige, non seulement les militants communistes encore hésitants, mais les syndicalistes et les travailleurs de base à affronter les directions du PCF, du PG, du NPA, de LO,, des  Confédérations Syndicales affiliées à la CES, qui promettent une mensongère Europe sociale au moment où la France est vendue à la découpe.

 

Militants anticapitalistes, osez rompre avec l’Union Européenne., avant que celle-ci n’ait détruit la Nation laborieuse et, avec elle, le Mouvement Ouvrier de classe, lui-même !

 

Le 17 août 2012

Commenter cet article