Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

informations-ouvrieres

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI


Passant en boucle sur tous les moyens de communication, d’atroces images martèlent le message : la barbarie est installée, elle est parmi nous. La barbarie ? Indiscutable ! Qui l’a déclenchée ? Selon le journal Le Monde, Hollande fait «plus de guerres» avec « moins de moyens ». Plus de guerres ?


C’est sûr : l’article signale que les effectifs des troupes françaises au Sahel pour-raient atteindre trois mille cinq cents soldats début 2015, que les drones français s’apprêtent à être déployés en Ukraine et que la marine nationale continue de croiser en mer Noire.


Le chef d’état-major de l’armée française précise : « Nous avons plus de vingt mille hommes déployés hors de la métropole, dont plus de huit mille au profit de 27 opérations sur quatre continents dans les airs et sur tous les océans.»


Le gouvernement Hollande-Valls est ainsi engagé dans une guerre généralisée sur quatre continents, sous le haut commandement américain, dont le chef Obama vient de déclarer qu’il est « trop tôt pour dire si les Etats-Unis et ses alliés de la coalition gagneront la guerre ». Guerre longue, guerre qui tend à se généraliser et qui porte la mort et la désolation sur quatre continents…


« Moins de moyens » pour la guerre… ? Si l’on en croit Le Monde, les « Opex » -« opérations militaires extérieures », autrement dit, les interventions guerrières – ont vu leur budget 2014 gonfler à près de trois fois le montant initialement prévu (1,2 milliard contre 450 millions). Comment faire face à cette dérive budgétaire en période d’austérité ? Tous les autres ministères sont mis à contribution, en rognant sur leurs dépenses, déjà contractées, pour financer les guerres d’agression contre les peuples du monde entier.


Risque de dérive budgétaire alimentée par cette économie de guerre florissante ? Dans Les Echos, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, envisage que la Banque centrale européenne (BCE) achètera « si nécessaire des emprunts d’Etat », autrement dit : la BCE est prête à éponger les dettes publiques avec de la monnaie de singe !


Mais à une condition, s’agissant de la France : que le gouvernement aille encore plus loin dans les contre-réformes, qu’il s’emploie à « revoir les mécanismes d’indexation du Smic, donner plus de latitude aux partenaires sociaux dérogeant à la durée légale du travail dans l’entreprise, assouplir les règles du licenciement ».


D’un côté, le gonflement sans limite des dépenses d’armement, de l’autre, le pillage des budgets publics pour financer la guerre sur quatre continents, le renflouement de la dette des États par la planche à billets européenne et l’accélération des « réformes » destructrices des droits de la classe ouvrière et de la démocratie pour trouver les « gisements d’économies » nécessaires à cette politique de destruction.


Guerre à l’extérieur, guerre à l’intérieur : une même politique des grandes puissances impérialistes au service des intérêts des multinationales et de la classe capitaliste. Voilà pourquoi la classe ouvrière dans notre pays n’a d’autre choix que de combattre dans tous les aspects la politique de ce gouvernement de guerre et de s’opposer à toutes les interventions étrangères qui ne visent rien d’autre que la défense des intérêts des puissants, des exploiteurs, et de leur appétit insatiable de profit et de pillage.

 

source: POI

Commenter cet article