Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 

l-echo

Le Forum des Lecteurs

 

Depuis le 6 mai au soir, un peu d'espoir semble réchauffer nos vieux cœurs usés par les attaques quasi hebdomadaires, parfois quotidiennes, de nos «ex» gouvernants.

Effectivement, la destruction systématique et idéologique de notre société et de nos services publics, dont l'Education Nationale fut un des Grands Invalides Civils, avait atteint les enseignants attachés à leur mission au plus profond de leurs convictions professionnelles.

Quelle source d'eau claire et quel vent de liberté, que ce départ gouvernemental !

Pourtant, ce sentiment de libération ne doit pas occulter les réalités que nous allons devoir affronter.

Quelles que soient la bonne foi et la bonne volonté de nos «nouveaux» dirigeants, le paradis n'est pas encore à l'ordre du jour, car pour éradiquer les inégalités sociales et économiques qui gangrènent notre société et fabriquent du racisme, il faudrait des mesures en profondeur que ces dirigeants ne semblent pas déterminés à faire.

En effet, rattraper quinze ans de destruction de l'école publique, (de Claude Allègre en 1997, avec son «dégraisser le mammouth» et les «emplois jeunes» dont les dérives ont amené la précarité à l'école et des salariés sans droits à la retraite...) aux actes finaux avec Darcos et Fillon : disparition programmée et presque finalisée des RASED, 60 000 postes en moins, évaluations inadaptées et inutiles, destruction du droit de grève avec le SMA (service minimum d’accueil), destruction des conditions de travail et disparition programmée de l'école maternelle, la tache de reconstruction apparaît gigantesque.

L'enjeu est simple : permettre à l'école d'aider les enfants en difficulté là où les inégalités socio-économiques font de ces enfants les premières victimes.

De ce point de vue, on ne peut que se féliciter de la disparition de la vision «réactionnaire et liberticide» de l'ancien régime, au profit d'un projet plus «humain» (l'Humain d'abord ?)

...Mais notre nouveau gouvernement se donnera-t-il les moyens pour être suffisamment humain ?

Car, en refusant de s'attaquer aux causes systémiques de notre société : hold-up boursiers, dépossession de la souveraineté monétaire des Etats au profit des banques privées, ou encore en laissant prendre le peuple en otage par la mondialisation au nom de la sacro-sainte «compétitivité », le gouvernement socialiste ne risque-t-il pas de seulement copier l'UMP et de laisser se reproduire l'histoire du XXe siècle et l'avènement de l'extrême droite ?

Une fois posés ces problèmes, il n'en reste pas moins que les premiers actes posés par le nouveau ministre de l'Education Nationale expriment une volonté de concertation et de revalorisation du système qui nous changent de la caricature de «dialogue social» de l'ancien régime. Voici les premiers éléments encourageants :

- les rythmes scolaires : concertation prévue avec les syndicats afin de construire, dans l'intérêt de l'enfant, un système plus adapté. (Pourquoi cette concertation ne s'opérerait-elle pas, comme en 1983, en réunissant tous les citoyens en journées banalisées au sein de l'école : parents, élus et enseignants ?)

- la récupération des «deux heures supprimées» à tous les élèves et ajoutées aux enfants en difficulté pour lesquels (pour 70%) le problème est plus profond et les solutions plus

efficacement prodiguées par des personnels RASED qualifiés.

- évaluations CE1 et CM2 dont il est clair qu'elles n'étaient pas conçues par des enseignants, ou alors des enseignants ayant une conception ne prenant pas en compte les réalités de l'enfant dans la société actuelle, ni celles de l'école.

Autres mesures à suivre...

 

Daniel Coutant,

 enseignement de primaire (Dordogne)

Mercredi, 6 Juin, 2012

Commenter cet article