Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel LeDiablo

espagne-carte1

polex

Le Collectif communiste Polex a reçu le 25/01/2014 Aron Cohen, universitaire à Grenade, communiste espagnol, sur la situation actuelle de son pays.

 

 

La société espagnole a été ravagée par les politiques d’austérité mises en place par le gouvernement socialiste de Zapatero, et aggravées par celui de la Droite (Partido popular de Rajoy), dans le cadre des directives de l’Union européenne. Le discours officiel se félicite de la « reprise » (+ 0,1 % au troisième trimestre 2013, -1,1 à -1,3 % prévu pour l’ensemble de l’année), mais la réalité est dramatique : les banques ont été « sauvées », mais le PP organise le démantèlement des droits sociaux. 16 % des salariés sont aujourd’hui précarisés par des contrats à temps partiel. La baisse des salaires dans le secteur public a atteint 5 % par an, et les pensions de retraite augmentent moins vite que le taux d’inflation. La dette publique atteint aujourd’hui 93 % du PIB et on prévoit qu’elle dépassera 100 % en 2015. Le chômage touche officiellement 26 % de la population active, 55 % des moins de 25 ans et jusqu’à 36 % en Andalousie. Dans 1.800.000 familles d’Espagne, tous les adultes sont chômeurs. Le taux de remplacement des salariés du secteur public partant en retraite ne dépassa pas 10 %, notamment dans l’éducation. L’Espagne est redevenue un pays d’émigration, notamment vers l’Allemagne, la Grande-Bretagne et certains pays d’Amérique latine. Cette situation n’atteint pas seulement la classe ouvrière, une partie des « classes moyennes » est aujourd’hui en situation de détresse.

 

 

Face à cela les mouvements de protestation n’ont pas manqué. Ils ont souvent pris la forme de manifestations « informelles », les « marées » (en défense du système de santé et de l’éducation publics, contre les évictions de dizaines de milliers de ménages privés de leurs logements), ou les « indignés ». Des mouvements de grève, comme ceux des mineurs, ou des éboueurs de Madrid, ont obtenu des victoires partielles. Ce fut le cas aussi à Burgos, le vieux centre franquiste, où un vaste mouvement citoyen contre la corruption urbanistique a réussi à empêcher la restructuration d’un quartier (Gamonal).

 

 

Malheureusement, cette exaspération ne se traduit pas en expression politique qui soit à sa hauteur. Le PCE, qui avait encore une grande capacité d’organisation des luttes populaires à la fin du franquisme, s’est laissé aller dès la direction de Santiago Carillo à l’opportunisme conciliateur : il a accepté sans protester une « transition » qui laissait en place les principales structures de la dictature, et l’insertion dans une communauté européennne au service des multinationales capitalistes. Le PCE est aujourd’hui ignoré des jeunes générations : en fait, il s’est dissous dans « Izquierda unida », qui a quelques succès électoraux mais peine à se faire une présence significative dans les luttes populaires. Le sentiment le plus répandu en Espagne est l’hostilité contre les banques et contre « los politicos », assez facilement récupérable par n’importe quel courant politique, y compris ceux d’extrême droite, toujours influents dans le PP.

 

 

En Andalousie, où IU fait partie du gouvernement régional, ses dirigeants se flattent de limiter ainsi la casse sociale, mais ce « moindre mal » ne fait pas l’unanimité notamment dans les secteurs les plus combatifs de l’opposition au PP et au diktat de la troïka. Et leurs discours lénifiants sur une « autre Europe » possible n’arrangent pas les choses.

 

 

A la suite des scandales financiers et judiciaires qui ont éclaboussé la famille royale, les sentiments républicains s’expriment beaucoup plus qu’avant. Et l’actualité est marquée par les revendications autonomistes ou séparatistes, notamment en Catalogne (annonce par le gouvernement régional d’un référendum sur l’indépendance en novembre 2014) et au Pays Basque (arrêt des attentats de l’ETA, mobilisations pour le rapprochement des prisonniers d’Euzkadi dont la dernière manifestation a réuni plus de 100.000 personnes). Les revendications séparatistes peuvent parfois servir à la bourgeoisie régionale de moyen de récupération politique. Mais les communistes d’Espagne, qui ont toujours été favorables au droit à l’auto-détermination, et à une république fédérale, ne doivent pas sous-estimer ces problématiques, souvent porteuses de revendications démocratiques et anticapitalistes.

 

 

Les communistes d’Espagne, souvent désemparés et dispersés en groupes séparés (PCE, PCPE, et hors parti) ont encore du chemin à faire pour reconstruire leur unité sur des bases de lutte contre l’austérité capitaliste et l’Union européenne.

 

Compte-rendu réalisé par le secrétariat Polex.

 

source: http://www.collectif-communiste-polex.org/

 

Commenter cet article