Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

PCPE

Déclaration du Comité Exécutif du PCPE

devant l'intervention économique

de l'Union Européenne

Le Comité Exécutif du PCPE (Parti Communiste des Peuples d'Espagne), devant l'intervention directe de l'UE dans l'État Espagnol, en la masquant sous forme de concession à l'État d'un crédit de 100 milliards d'euros destinés à essayer de sauver le secteur financier espagnol de sa situation de faillite, déclare :

 

1 - Le gouvernement ment quand il dit que ce n'est pas un plan d’aide et que cet argent ne sera pas rendu par le peuple. Comme il a menti, également, ces dernières semaines, en niant avec grand cynisme l’imminence connue de ce plan d’aide. Et le gouvernement ment aussi maintenant, quand il dit que ce crédit multimillionnaire n'a pas de contreparties politiques.

 

2 - Avec cette intervention de la part des structures économiques et politiques de l'oligarchie de l'Union Européenne, on constate l'échec le plus absolu du projet politique de la bourgeoisie de ce pays, exprimé dans les politiques appliquées par les divers gouvernements qui se sont relayés ces dernières années. Le Parti Populaire, comme Parti Socialiste Espagnol, ainsi que le reste des partis qui ont partagé le consensus constitutionnel pendant presque 35 ans, ont été incapables de porter un projet d'avenir dans un état souverain et ont fini par céder de fait - et formellement - la totalité de la souveraineté économique et politique aux institutions supranationales impérialistes comme l'UE et le FMI.

 

3 - Cette manœuvre ne suppose aucune injection de liquidités dans l'économie productive espagnole, pas plus que dans l'économie familiale angoissante, mais elle n’est destinée qu’à soulager un système bancaire espagnol cadavérique, imprégné totalement par la crise structurelle dans laquelle est immergé le système capitaliste en général et sa fraction financière en particulier.

 

4 - Cette intervention suppose un échec de plus pour les forces de la bourgeoisie, qui ont démontré - encore une fois - leur incapacité absolue à diriger et à soutenir un projet pour l'Espagne, sous-tendu par une intégration avantageuse dans la chaîne impérialiste internationale. La logique du développement impérialiste, définie par un processus très accéléré et irrépressible de concentration et de centralisation du capital, détermine la soumission des éléments les plus faibles de la chaîne, laissant, comme élément de pure rhétorique, le soi-disant processus d'intégration européenne de l'UE, comme un prétendu accord entre des nations libres et souveraines. Une fois de plus, sont mises en évidence les illusions du réformisme d’impulser une Europe prétendue "sociale". Il n'existe pas, il n’existera pas une Europe sociale dans le projet impérialiste de l'UE. Indépendamment de l'orientation politique des forces bourgeoises, les politiques appliquées - par tous les gouvernements concernés - ont conduit à une situation généralisée d'appauvrissement et de perte de droits, insoutenable pour la majorité sociale et populaire qui, en plus de voir comment on réduit et on détruit les conquêtes historiques, doit affronter maintenant une nouvelle vague d'ajustements qui n’entraînera que plus de chômage, plus de misère et plus d’exploitation pour la classe ouvrière.

 

5 - Le PCPE considère que cette intervention - ultime démonstration de l'incapacité du système capitaliste à vaincre sa crise structurelle-, ne sera, en aucun cas, un soulagement pour les secteurs ouvriers et populaires affectés directement par la crise, mais augmentera encore plus l’impayable et insupportable dette publique qui sera utilisée comme prétexte pour que les forces bourgeoises redoublent leur attaque contre les droits économiques, sociaux, syndicaux et du travail de la majorité sociale.

 

6 - Devant cet échec du projet historique de la bourgeoisie pour l'Espagne, qui ne pourra pas être résolu dans le cadre du système capitaliste et sous domination de la bourgeoisie, le Parti Communiste des Peuples d'Espagne appelle les travailleurs et les travailleuses à assumer le rôle principal social qui leur revient et agit, en conséquence, pour proposer une alternative globale et un changement radical pour la majorité sociale : la prise du pouvoir par la classe ouvrière, la construction d'un modèle d'économie au service du peuple, la construction du socialisme. Impulsant à partir du processus émergeant de la mobilisation ouvrière, en développant des journées de lutte générale dans tout le pays, et en faisant de la grève générale l'outil principal de ses luttes. En construisant le Front Ouvrier et Populaire pour le Socialisme comme cadre des alliances, pour avancer vers ce pouvoir de la classe ouvrière.

 

7 - Le PCPE s'oppose frontalement à cette intervention, ainsi qu’à toutes les mesures politiques annexes qui seront connues dans les prochaines semaines, et dénonce toutes ces positions qui, venant de la bourgeoisie ou du réformisme, en proposeront une gestion souple, comme cela a déjà été précédemment utilisé dans d'autres pays. Notre position n'est pas basée sur la nécessité de renégocier des délais, des intérêts ou des quantités lorsque le gouvernement aura accepté l'intervention, nous refusons de payer cette dette contractée par la bourgeoisie. Le PCPE appelle à lutter pour la rupture immédiate avec les structures impérialistes, avec l'UE, l'euro et l'OTAN, avec l’objectif clair de commencer le développement d'un projet basé sur la socialisation des moyens stratégiques de production, du secteur financier et la construction d'une économie au service du peuple et non des monopoles.

 

8 - Le PCPE lance un appel à construire la plus ample alliance sociale et populaire contre les effets de cette intervention, à redoubler et à multiplier la lutte des masses, dans les rues et les centres de travail, jusqu'à la déroute totale de la bourgeoisie et de son système politique capitaliste.

 

Madrid, 10 juin 2012

 

Traduction: Pôle de Renaissance Communiste de France

Commenter cet article