Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 OrangeEspagneManif.jpg

Hormis l’intervention violente des forces de police dans les manifestations, rien n’intéresse les médias dans la situation que l’on impose aux espagnols: on ne nous en dit rien !

Même si la situation d’Orange Spain ressemble à une oasis dans un océan de crise, nos collègues espagnols d’Orange n’en sont pas moins plongés dans une offensive brutale contre le niveau de vie des travailleurs. S’il le sont moins que d’autres, leur familles et leurs amis sont touchés.

Mais que ce passe-t-il en Espagne, où, le 25 septembre dernier violents affrontements ont opposé manifestants et policiers mardi à Madrid lors d’un nouveau rassemblement contre les mesures d’austérité prévues dans le cadre du budget 2013.

Précisément la situation espagnole est marquée:

  • => par un taux de chômage de 24,6% (un salarié sur 4 est au chômage !),
  • => Le taux de chômage atteint 49% chez les jeunes .
  • => Le chiffre officiel de chômeurs est de 6 millions.
  • => La situation est différente entre le nord et le sud du pays ; La situation est tellement grave que le sud de l’Espagne connait un taux de chômage de 36% (un salarié sur 3 est au chômage !).
  • => Les effets de la récession sont tellement brutaux qu’aujourd’hui 10% des familles ont les deux parents au chômage.

En conséquence, les espagnols se restreignent sur tout !

On assiste, non seulement à une réduction globale de la consommation des ménages, mais, dans cette baisse, à une baisse en volume des ventes de produits alimentaires.

L’Espagne est un pays en ruine, marquée par une énorme dette privée, avec des actifs toxiques de l’ordre de 150 milliards d’euros.

Il y a 6 millions de logements vides dans le pays.

Les comptes publics sont en dérapage complet. C’est la ruine d’une politique vantée par Sarkozy, qui en avait fait un modèle lors de la campagne électorale de 2007, et qui voulait nous appliquer en France les mêmes recettes que celles mises en œuvre par le gouvernement espagnol de l’époque.

L’Espagne redevenue un pays de bas salaires, avec un salaire minimum à 600 euros.

La crise espagnole dure depuis 5 ans, c’est à dire depuis mi-2008, et rien ne permet de voir le bout du tunnel. Les salaires moyens ont baissé depuis deux ans.

Les mesures gouvernementales, poussées par la communauté européenne et les banques, ont fait reculer la demande commercialisable d’une manière énorme. Les experts estiment aujourd’hui que l’Espagne ne sortira de la crise que dans une dizaine d’années, au plus tôt !

L’Espagne est dans une situation de blocage.

En Espagne, 10% des crédits sont en risque d’impayés, et les entreprises et les ménages rencontrent d’énormes difficultés à obtenir des prêts de la part des banques. Le gouvernement vient d’ailleurs de nationaliser la 4e banque espagnole Bankia, qui croulait sous les actifs immobiliers à risque au niveau de 31,8 milliards d’euros.

En fin août les économistes estimaient que le produit intérieur brut de l’Espagne devait reculer de 1,7% en 2012, et leurs prévisions pour 2013 étaient celles d’un nouveau recul de 0,6%. Mais le 26 septembre, la presse a annoncé une révision à la baisse de ces annonces, avec -1,8% en 2012, et -1,4% en 2013. En quelque sorte personne n’en sait rien, sauf que la récession gagne du terrain chaque jour un peu plus.

Le gouvernement profite de la situation pour remettre en cause massivement les acquis sociaux.

  • - Libéralisation des heures d’ouvertures des magasins : on peut désormais les ouvrir 24h/24 et le dimanche (mais il n’y a plus assez de clients !).
  • - La TVA a augmenté de 3 points (comme M. Sarkozy voulait l’imposer aux Français), ce qui relance la hausse des prix, fait baisser un peu plus le pouvoir d’achat des salariés et des retraités, et réduit la consommation des ménages, au point qu’on assiste à une baisse en volumes des biens alimentaires.
  • - Baisse des salaires du secteur public, suppression du 13e mois,
  • - Baisse des allocations chômage, et des primes de licenciement, etc.

Sommes-nous si loin de l’Espagne que cela ne nous toucherait pas ?

Attention les banques françaises sont très impliquées en Espagne ! Elles y détiennent 10 milliards d’euros en actifs immobilier en Espagne, et chacun sait que pour une grande part ce sont des actifs toxiques !!!

La situation que l’on fait aux salariés espagnols, comme aux grecs ou aux portugais, nous concerne et mérite notre solidarité !

En Espagne comme en France la sortie de crise passe absolument par une hausse des salaires et des retraites !

 

Source : "CGT de la Direction Orange Normandie-Centre"  

Commenter cet article