Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Retraites : au fil des manifestations

Ils sont partis comme des petits pains les autocollants. L’un : « Casse toi pov’con ». Et c’est Sarkozy qui le dit ! L’autre : « Pour nous, la retraite, c’est 60 ans ».

Quelques uns ont préféré le 2ième au premier. Mais l’immense majorité a préféré le « Casse toi, pov’con », aussitôt arboré.

Vulgarité ? Certainement pas. Seulement le ras le bol du locataire de l’Elysée, de son gouvernement. Tous en on marre d’être piétinés, humiliés. Plus personne ne supporte l’arrogance, le mensonge, l’un l’autre érigés en gouvernance.

Il est même des militants du PS qui ont pris l’autocollant du Parti de Gauche pour le mettre à côté de celui signalant leur appartenance. Ce qui n’est pas si étonnant comme nous allons le voir.

Un jeune, le sigle des Jeunesses socialistes sur la poitrine, décline l’offre que je lui fais d’afficher l’autocollant que je lui propose. J’insiste sur le mode de la bonne humeur. Il le prend et le colle. Comme je l’avais entendu prononcer quelques paroles acides à l’égard de Strauss-Kahn dans la conversation qu’il avait avec un de ses camarades, je l’interroge : « Que disais-tu à propos de Strauss-Kahn ? ». Il hésite, puis se lance : « Si Strauss-Kahn est notre candidat, je fais campagne contre lui ».

Tiens ! Tiens !

Et pourquoi ?

Il n’est pas de gauche.

Tu veux dire qu’il est de droite.

Oui, lâche-t-il, amer. Et pour se rattraper, il ajoute : « Mélenchon n’aurait jamais dû quitter le PS, avec Hamon et Emmanuelli, ils pouvaient l’ancrer à gauche ».

L’ancrer ? Tu crois que ça suffit d’ancrer, le PS est à gauche ou ne l’est pas. Il n’est pas besoin d’ancre et il ne suffit pas que quelques uns le tiennent au rivage pour qu’il y reste, tu ne penses pas ?

On a continué un moment à bavasser, puis je suis parti continuer la distribution. « A bientôt, camarade », j’ai dit.

La manifestation suivante, une femme arbore elle aussi un autocollant du PS. A l’instant où je lui tends le mien, elle hésite, se ressaisit et finit par le coller à côté de celui du PS.

Je ne sais pas si ça va avec, je dis ironiquement.

Si, si, dit-elle en éclatant de rire.

Ah ! Bon. Pourquoi ?

Parce que.

Parce que le PS n’est peut-être pas tout à fait à gauche, je suggère.

C’est ça, réplique-t-elle lapidairement.

C’est vrai qu’entre Strauss-Khan et Valls d’un côté, et Hamon de l’autre, à faire le grand écart, il y en a plus d’un au PS qui va se payer une déchirure.

Pour se justifier, elle ajoute : « J’attends encore un peu, puis je vais voir ».

Je vais te dire camarade, il y a quelques années j’étais au PS, je me suis même occupé 10 ans durant d’un GSE (Groupe socialiste en entreprise), puis je me suis barré, c’était quitter la boutique ou le socialisme. J’ai choisi. Pas facile, je sais, mais tu verras, t’y viendras. Au PS, il n’y a guère que les militants qui sont encore socialistes. Le projet, c’est celui des leaders. Autant de leaders, autant de projets. Et chacun de rouler pour son plan de carrière. Le socialisme dans tout ça, aux oubliettes.

Ouais,ouais, je sais.

Qu’est-ce que t’attends alors ?

Puis, comme la fois précédente, j’ai continué la distribution.

Combien sont-ils au PS comme ces 2 camarades à rester fidèle à la boutique ?

source : « Exergue »

Commenter cet article

canaille lerouge 14/11/2010 11:41



Ton papier me laisse songeur en particulier sa dernière ligne : faut-il en rester à "PS" ou avec deux trois ajustements mineurs, un copié collé avec "PCf" ne garderait-il pas sa pertinence à ton
micro trottoir?



DIABLO 14/11/2010 11:59



Petite précision: ce n'est pas à proprement parlé : "mon papier" puisqu'il provient d'un blog "exergue"
(voir le lien) probablement animé par un militant du Parti de Gauche.