Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Ce 8 juin 2010 marque une nouvelle étape dans la criminalisation du communisme dans toute l’Europe, et en Europe de l’Est en particulier. En effet, la loi interdisant les symboles communistes en Pologne, adoptée en décembre 2009 par le gouvernement Kaczynski, entre aujourd’hui en vigueur.

Elle repose sur la modification suivante de l’article 256 du code pénal:

Art. 256 § 1. Toute personne qui fait la propagande pour des régimes fascistes ou pour tout autre régime totalitaire ou lance des appels à la haine sur une base nationale, raciale, religieuse ou sur la base du mépris pour les différentes croyances religieuses, doit être soumis à des amendes, des restrictions de liberté ou des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 2 ans.

§ 2 La même peine doit être infligée à quiconque qui, dans un but de propagande, produit, importe, achète, stocke, offre, transporte ou envoie des objets contenant des symboles décrits dans le § 1 ou comportant des symboles communistes.

Cette loi ne se contente pas de mettre sur un pied d’égalité communisme et nazisme, mais elle offre la base juridique à la persécution juridique des militants communistes polonais en menaçant toute activité politique – ne serait-ce que le port de drapeaux ou de badges avec la faucille et le marteau – de 2 ans d’emprisonnement.

Le Parti Communiste Polonais appelle à manifester à Varsovie contre l’interdiction

Le Parti Communiste Polonais (KPP) a déjà réagi en rappelant notamment, comme il l’a déjà fait en décembre dernier, que cette décision est en contradiction avec les principes de liberté de conscience, d’expression et d’opinion garantis par l’article 53 de la Constitution polonaise ainsi qu’avec les conventions internationales signées par la Pologne.

Le KPP appelle à manifester pacifiquement ce mardi 8 juin, à partir de 16 h sur la place du Général de Gaulle à Varsovie.

Le Parti Communiste Grec défie le président du Parlement européen polonais à Athènes

Le Parti Communiste Grec (KKE) a été le premier à manifester sa solidarité avec les communistes polonais. Profitant de la visite de Jerzy Buzek, président polonais du parlement européen, à Athènes le 2 juin dernier, Giorgios Toussas, député européen communiste, a interpellé le parlementaire polonais sur la question de l’interdiction des symboles communistes en Pologne, lors d’une réunion des commissions du parlement grec :

« Désormais de plus en plus de travailleurs réalisent la véritable nature de l’Union Européenne. Ils réalisent qu’elle ne sert qu’à sauver et à perpétuer le système capitaliste et les profits des groupes monopolistes.

Pour cette raison, l’UE, le Parlement Européen, les partis du capital poursuivent et mènent la campagne anti-communiste, la criminalisation de l’idéologie communiste et les persécutions contre les partis communistes.

Il a été prouvé à travers l’histoire que les activités anti-communistes de la bourgeoisie et des représentants politiques du capital en général, constituent un préalable, une condition nécessaire au passage à des mesures barbares anti-populaires, et à un coup fatal porté au mouvement ouvrier et populaire.

Après les pays Baltes et la Hongrie, un autre pays de l’Union Européenne, la Pologne, a interdit par voie légale l’usage de symboles communistes qui entrera en vigueur le 8 juin. Cette nouvelle interdiction anti-communiste est totalement contraire aux célébrations et aux formules creuses sur la « démocratie » et la « liberté ».

L’interdiction des symboles communistes, la criminalisation de l’idéologie communiste et des activités des partis communistes révèlent que les gouvernements bourgeois et leurs appareils ont peur d’une nouvelle contre-attaque des mouvements ouvriers et populaires.

Le KKE condamne ces persécutions et exige l’arrêt de toutes les persécutions et interdictions anti-communistes en Pologne et dans tous les autres Etats-membres de l’Union européenne ».

Les Partis Communistes d’Europe et du monde entier solidaires avec leurs camarades polonais !

Le Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF) affirme lui fortement que « l’anti-communisme ne passera pas » et dénonce une « chasse aux sorcières manifestant un anti-communisme grossier ».

Le KPRF exprime sa « forte protestation liée à la violation des droits civils et politiques, dont le respect est stipulé par les Conventions Internationales sur les Droits civils et politiques et la Convention européenne sur les droits de l’Homme » ainsi que « sa solidarité et son soutien avec les communistes et anti-fascistes Polonais et déclare sa volonté de lutter à leurs côtés contre l’anti-communisme sous toutes ses formes et manifestations. »

Une dizaine de partis communistes dont les partis communistes de Chypre (AKEL), du Danemark, d’Espagne, de Grande-Bretagne, de Hongrie, du Portugal, du Mexique, du Canada, de l’Uruguay, de Bolivie, du Pakistan ont également exprimé leur solidarité avec les communistes polonais en appelant à une manifestation, aujourd’hui mardi 8 juin, devant les ambassades et consulats de Pologne de leurs pays respectifs.

Après l’interdiction des symboles communistes en Hongrie, l’interdiction des partis communistes dans les pays Baltes, les menaces pesant sur la République Tchèque et la Moldavie, nous, communistes français et de toute l’Europe, pouvons reprendre le mot d’ordre des communistes russes : « L’anti-communisme ne passera pas ! »

source :  Solidarité Internationale PCF

Commenter cet article