Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

Les politiques d’austérité brutalement mises en place par les gouvernements des États européens, la commission européenne et le FMI reçoivent une réponse sans ambiguïté des salariés : l’austérité, c’est NON ! Leurs manifestations massives en Grèce, en Italie, au Portugal, en Espagne, en Irlande, en Angleterre, en France…, montrent à quel point les politiques d’austérité sont rejetées. Partout en Europe, les gouvernements de gauche comme de droite n’ont qu’un mot d’ordre : donner satisfaction au patronat,  en lui accordant de nouvelles exonérations, en privatisant massivement et en mettant au pas tous ceux qui contestent sa politique.C’est ce que Fillon appelle de ses vœux dans son discours d’investiture comme « nouveau » Premier ministre en déclarant : « Il faut continuer de rénover notre héritage social et non pas faire de nos droits acquis le matelas de notre léthargie ». Ce qui veut dire qu’après les retraites, le gouvernement Sarkozy veut continuer de liquider les acquis sociaux.  En Europe, face au mécontentement populaire, les serviteurs du grand capital cherchent les voies permettant de le canaliser. Quand ils n’y arrivent pas, ils n’hésitent pas non plus à manier la répression. Ainsi, le socialiste Zapatero vient de décréter l’état d’urgence en Espagne pour briser la grève des contrôleurs aériens. Fillon de son côté recherche un accord avec les syndicats pour s’attaquer au déficit public en réduisant les droits sociaux.

Les salariés qui ont mené une longue lutte en France contre la politique du pouvoir en particulier sur  les retraites, malgré l’inertie voulue d’une intersyndicale alignée sur les positions de la CFDT, attendent une riposte d’ampleur contre l’austérité. Or, dans sa déclaration commune du 29 novembre l’intersyndicale  qui appelle à une action européenne de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) le 15 décembre, évite soigneusement les sujets qui fâchent. Le problème des retraites n’y est même pas abordé,  les revendications sont inexistantes et les solutions renvoyées au niveau de l’Union Européenne. D’ailleurs, le thème de l’action de ce 15 décembre se limite à une simple interpellation des gouvernements ! La CES, tout comme les pouvoirs en place, craint les manifestations et surtout le contenu qu’y mettent les salariés. Aussi pour donner le change elle organise : «  une veille sur l’austérité et une veille bonus en vue de dénoncer l’injustice d’une austérité infligée à tous et des bonus accordés à quelques-uns. » Les magnats de l’Industrie et de la finance en tremblent de peur !

Rien d’étonnant dans cette attitude. La CES et les syndicats qui la constituent (1) ont choisi depuis très longtemps la collaboration de classe et l’accompagnement social de la crise : pas question de remettre pas en cause la domination capitaliste. Déjà ainsi, dès l’automne 2008, lors d’un appel destiné à « protéger le capitalisme contre les spéculateurs », le Secrétaire général de la CES, John Monks, déclarait : « Les syndicats doivent s’associer aux entreprises et aux gouvernements dans le cadre d’un nouveau partenariat social… » Pour quoi faire ? Pour « contrer l’orgie autodestructrice des marchés financiers » ! Tout est dit ! Décidément les salariés ont besoin d’un parti révolutionnaire.

(1) en France : la CFDT, la CGT, FO…

Source

Commenter cet article