Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Les pays européens, comme l’ensemble des pays capitalistes sont en crise. Après une récession importante, leurs économies stagnent, le chômage s’étend et les plans d’austérité pour les salariés se multiplient.

Face à la crise, trop vite qualifiée de crise du capitalisme financier, alors que sa véritable nature est intimement liée à la suraccumulation de capital qui ne trouve pas de rémunération suffisante aux yeux des capitalistes, la réponse apportée par les différents États a été dans un premier temps l’injection massive de centaines de milliards d’Euros de capitaux sur les marchés financiers, sous le prétexte d’empêcher l’écroulement du système bancaire. Cette  thèse de la responsabilité du capitalisme financier dans le déclenchement de la crise a été reprise en choeur, à droite comme à gauche parce qu’elle permet évidemment de ne pas parler de l’essentiel c’est-à-dire de la nature du capitalisme lui-même. Elle donne lieu à une abondante littérature sur l’éthique, la régulation, la moralisation du capitalisme, sans qu’aucune mesure ne soit évidemment prise qui toucherait aux intérêts du capital. 

L’Europe n’a pas été en reste. Elle force l’allure au service du capital. Avec le consentement et l’appui des États, elle accélère la privatisation de tous les secteurs et la mise en concurrence des salariés et des territoires. Elle transfère au capital la protection sociale, la formation… Les marchés financiers y trouvent de nouveaux moyens énormes pour spéculer.

Elle entend maintenant opérer un transfert massif des richesses produites du travail vers le capital, diminuer de manière drastique le prix de la force de travail et  trouver de nouveaux marchés pour des super profits dans un contexte de concurrence acharnée. L’Europe avec l’aide du Fonds Monétaire International (FMI), dirigé par le dirigeant socialiste Strauss-Kahn, est là pour ça. Ce qu’elle vient d’imposer aux travailleurs grecs avec la complicité active du gouvernement socialiste Papandreou, elle veut l’imposer partout en Europe. L’appareil politique du capital ne s’embarrasse pas de la démocratie. Le Parlement Européen pérore, mais les vraies décisions sont prises par un appareil restreint qui comme la banque européenne est sous le contrôle des forces dominantes et tout particulièrement des intérêts du capital allemand. Comme l’a déclaré le conservateur Cameron Premier ministre britannique : « Le plan d'austérité britannique affectera l'économie, la société, notre mode de vie tout entier". En France, Fillon annonce 100 milliards de restrictions budgétaires, au Portugal, en Espagne, en Allemagne les salaires sont gelés, l’austérité est à l’ordre du jour. Le journal « Le Monde »  souligna: «  de Londres à Tallinn en passant par Athènes et Paris, les fonctionnaires sont, dans tous les pays, concernés par la rigueur ».

Les milieux politiques de droite comme de gauche (car de plus leurs frontières  sont loin  d’être étanches), ne mettent nullement en cause le système capitaliste lui-même. Des péroraisons sur le « social » n’ont jamais effrayé les forces économiques dominantes. Prenons l’exemple de la France, La gauche, dans le journal « l’Humanité » affirme : «  en ordre de bataille pour les retraites » se borne à parler d’une autre « réforme »,   mais se garde bien de montrer que les scandaleux profits capitalistes permettent non seulement de financer notre système de retraite et d’assurer la pérennité de notre système de santé et d’aller encore au-delà. Autre exemple : le PCF revendique un pôle financier public, mais passe sous silence qu’un tel pôle sans la nationalisation du secteur bancaire, son indépendance vis-à-vis de la banque centrale européenne et d’un Euro sous influence allemande serait de fait sous le contrôle étroit du capital financier privé.

L’Europe ne peut-être ni une protection contre la crise ni devenir sociale. Fondamentalement, organiquement elle est liée aux intérêts du capital. Cette Europe, son organisation, ses traités sont un carcan pour les peuples, un outil de destruction des acquis sociaux et démocratiques. La seule attitude conséquente consiste à combattre le capital avec l’objectif de l’abattre, pour libérer le travail salarié de l’exploitation capitaliste et construire une société socialiste. Le carcan de l’Europe ne sera brisé que par les luttes anticapitalistes des peuples portant en même temps l’exigence de retrouver leur pleine souveraineté nationale.

source: site communistes

Commenter cet article