Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

hollande-sapin-macron1.jpg

Emmanuel MACRON veut imposer la disparition rapide du CDI (Contrat à durée indéterminée), l’employeur aura le droit de licencier sans aucune entrave. C’est ce qu’il appelle « faciliter les ruptures de contrats de travail ». Toute référence à la limitation du travail hebdomadaire ou quotidienne devrait disparaître. Du même mouvement, il envisage de limiter considérablement les droits des tribunaux de prud’hommes dans l’attente de leur disparition. Un dirigeant de la BNP-Paribas applaudit : « il faut dédramatiser les relations sociales entre employeurs et employés, sortir du théâtre habituel. Il devrait être possible de licencier plus facilement ».


Emmanuel MACRON et les siens préparent une réforme de la Sécurité Sociale. 230 milliards d’euros qui transitent par l’assurance maladie échappent aux profits capitalistes, c’est pourquoi cet organisme a entrepris « un important virage numérique » dont on devine le sens. Le nouveau directeur de la CNAMTS (l’assurance maladie) est un certain Nicolas Revel, énarque  de la même promotion que… Macron. Celui-ci va pousser plus vite et beaucoup plus loin la privatisation de notre assurance maladie. A rapprocher de ce qui se passe dans le système de santé ou à l’hôpital public est en train de céder la place aux cliniques privées.


« Les retraites à la française coûtent 80 milliards de plus que la moyenne européenne » vient de déclarer un banquier qui ajoute : « Leur réforme passera nécessairement par une baisse de pouvoir d’achat des retraités ». Le même individu annonce, après bien d’autres, «  qu’il faut s’attaquer aux dépenses des collectivités locales. Une économie de 40 milliards permettrait de revenir au niveau des années…1980 ».


Face à cette énumération (partielle) de ce que prépare le gouvernement en place, que font les dirigeants des organisations syndicales ? Comme d’habitude ceux de la CFDT sont prêts à « dialoguer » pour approuver une fois de plus. Cette centrale syndicale a estimé que le projet de loi sur le travail du dimanche ne peut rester en l’état car il est…contre – productif.  Une fois de plus Laurent Berger et les siens appellent le patronat au dialogue. . Il n’y a pourtant qu’une seule réponse possible, c’est de dire NON et d’appeler les salariés à l’action. Les dirigeants de la CGT refusent de prendre une grande initiative nationale de grève, sous le prétexte que l’Union intersyndicale n’est pas réalisée. Et ainsi de suite….Pendant ce temps patronat et gouvernement prennent de nouvelles mesures contre les travailleurs.


Aujourd’hui le patronat capitaliste craint par-dessus tout le développement d’un mouvement revendicatif qui le contraindrait à augmenter les salaires et le niveau de vie des travailleurs et du peuple. De son côté le gouvernement craint par-dessus le développement d’un mouvement social qui le contraindrait à reculer sur les nouvelles attaques qu’il prépare contre les acquis sociaux.


L’exemple des salariés des grands hôtels parisiens prouve que les employeurs, quels qu’ils soient, doivent reculer quand ils ont en face d’eux la masse des travailleurs en lutte. Après 8 jours de grève, 80 salariés de la sous-traitance du Pack-Hyatt Paris-Vendôme ont obtenu en septembre de fortes hausses de salaires. Le 12 novembre les employés du palace parisien « Royal Monceau » ont montré qu’il est possible d’arracher des augmentations de salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Ils ont obtenu entre 60 et 111 euros bruts par mois, 6,50 euros par lit supplémentaire pour les femmes de chambre, la prise en charge à 60% de la mutuelle. Après le Hyatt-Vendôme puis le Hyatt-Madeleine, c’est le 3ème conflit gagnant dans l’hôtellerie parisienne depuis l’été. La CGT locale a aidé à organiser l’action.


Dans les écoles de Seine-saint-Denis, où 450 postes en primaires sont restés vacants à la dernière rentrée. 40% des écoles de Seine-Saint-Denis ont prévu de réponde à la grève ce 20 novembre à l’appel de la section locale du SNUIPP/ FSU qui organise une manifestation à Paris. A St Denis 40 établissements sur 61 seront fermés.


A l’Institut Curie à Paris, à l'appel de l'union locale CGT plusieurs dizaines de personnes ont pris part jeudi à une manifestation pour protester contre les suppressions d'emplois qui touchent essentiellement l'hôpital (90 pour l'hôpital et 3 pour la recherche). Ces mesures, comme partout dans le secteur de la santé visent à accroître l'exploitation des salariés en augmentant la charge de travail. Pourtant la fondation Curie est riche des nombreux dons versés pour la lutte contre le cancer et rien ne justifie ces suppressions d'emplois. Communistes est solidaire des personnels de Curie.


Face à des dirigeants syndicaux nationaux qui nourrissent sciemment l’attentisme, il faut engager l’action partout où les travailleurs sont prêts à agir pour défendre leurs revendications  C’est seulement de cette façon qu’ils obligeront ceux qui sont à la tête de leurs organisations syndicales à se mettre enfin au service des salariés


Le peuple uni représente une force considérable. Sans attendre, unissons-nous, rassemblons-nous, bousculons toutes ces résistance à l’action. C’est à cela que vous appelle notre Parti, c’est pour cela qu’il existe.


source: www.sitecommunistes.org

Commenter cet article