Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

FSU-87-juin2012.jpgcliquez sur l'image

 

Merci à Henri

Commenter cet article

caroleone 08/06/2012 07:22


Bonjour camarades,


Je vois que la gratuité des livres scolaires n'est pas un acquis dans toutes les régions !


Et je retiens cette intervention du groupe Limousin terre de gauche que je soutiens forcément avec en point d'orgue cette réflexion de Stéphane Lajaumont que je vais garder en mémoire :


"on commence par financer des livres scolaires pour l’école catholique et on finit par acheter des livres de messe…"


Nous avons de la chance si je puis dire dans notre région IDF, mais on s'en est donné les moyens, la FCPE a obtenu la gratuité des manuels scolaires au lycée il y a
au moins 15 ans.


Je me rappelle fort bien des combats acharnés pour cette obtention et le soulagement occasionné pour les familles.


Par contre, je ne sais pas si les manuels privés sont financés pareillement, sûrement mais là c'est de la fumisterie dans ce cas et je me révolte !!


Combien d'acquis laïcs avons -nous perdu en sarkozie ?


Et je doute que le PS revienne dessus, d'ailleurs nous avons envoyé avec mon association de libres penseurs des revendications laïques aux députés de notre région,
histoire de.....


En tout cas, merci pour les infos.


Amitiés à vous 2


 


caroleone

Henri 08/06/2012 03:06


merci Monsieur Le  Diablo pour l'insertion du texte de Limousin Terre de Gauche


c'est comme pour nous avec  l'information disponible: OUI pour la lecture du Diablo, NON pour la lecture du Figaro!


amitiés  camarades,


Henri


 

DIABLO 08/06/2012 06:27



Excellent slogan en vérité mon cher Henri ! Amitiés



Henri 07/06/2012 23:17


bonsoir, il faut préciser que le groupe Limousin Terre de Gauche ( PCF-PG-NPA) qui n'est pas dans la majorité régionale s'est abstenu sur ce texte , dénonçant l'appui à l'enseignement privé


 


amitiés


Henri

DIABLO 07/06/2012 23:38



Voici le texte publié par les élus de LIMOUSIN TERRE DE GAUCHE (
PCF, PG, NPA) :


La gratuité des livres scolaires : OUI pour le public, NON pour le privé !


Par une délibération prise en avril 2004, le Conseil régional avait décidé d’accorder aux familles de lycéens une dotation de rentrée scolaire d’un montant
de 90 euros afin de les aider à acquérir les manuels scolaires de leurs enfants. Cette somme était toutefois loin de couvrir la totalité de cette dépense. Conscients qu’il s’agissait là d’une
avancée, un certain nombre d’élus continuaient cependant à défendre l’idée d’une gratuité totale de ces mêmes ouvrages. Cette proposition était en particulier portée par les élus de LIMOUSIN
TERRE DE GAUCHE depuis le début de la mandature. Le CESER (conseil économique, social et environnemental du Limousin), saisi par le Président de Région a abondé en ce sens et le principe de cette
gratuité a été proposé à cette séance plénière. Concrètement, il prend la forme d’une subvention d’équipement versée aux établissements d’enseignement secondaire pour financer l’acquisition des
manuels scolaires qui seront ensuite distribués à chaque élève. Pour des raisons pratiques l’opération sera échelonnée sur trois rentrées scolaires. A l’automne prochain, elle concernera les
seules classes de terminale générale et technologique (sauf celles pour lesquelles la réforme des lycées n’est pas entrée en application, à savoir STG, ST2S et STAV qui seront concernées à la
rentrée 2013 ; dans ce dernier cas ce sont les élèves de première qui devraient être concernés), la dotation de rentrée scolaire étant maintenue pour les autres classes. Le dispositif sera étendu
aux classes de premières ainsi qu’aux bac professionnel à la rentrée 2013-2014 puis de seconde en 2014-2015. Bien entendu, les élèves ne seront pas propriétaires des livres qui devront être
rendus à la fin de l’année.


Favorables à cette mesure les élus de LIMOUSIN TERRE DE GAUCHE se sont cependant insurgés qu’elles s’appliquent aux élèves des lycées privés alors qu’aucune
obligation légale ne l’impose. S’appuyant sur l’avis du CESER  qui précisait que, sur les livres scolaires, « les dotations aux établissements doivent se concentrer sur les établissements
publics », ils ont déposé un amendement précisant de ne pas mentionner « les lycées privés sous contrat d’association » dans la délibération, réservant cette gratuité aux seuls lycéens de
l’Education nationale et du ministère de l’agriculture. Laurence Pache et Stéphane Lajaumont sont tour à tour intervenus pour défendre cet amendement. La première en affirmant l'opposition totale
au principe de la subvention des lycées privés. En effet, il s'agit d'un choix politique que rien n'imposait, qui va au delà de ce que la loi oblige à faire (ce à quoi nous ne cessons de nous
opposer par ailleurs). Les lycées privés ne sont pas sous la tutelle de la Région, il n'y a donc aucune raison que la Région les finance. Il s'agit d'une atteinte majeure au principe de laïcité :
l'exécutif fait le choix de subventionner des lycées confessionnels. Il s'agit d'un recul majeur dans le combat pour la laïcité dont le parti socialiste fait peu de cas en ce moment. Ce recul est
à mettre en perspective avec les récents propos du candidat socialiste à la présidentielle qui affirmait vouloir inscrire le Concordat dans la Constitution, et de Vincent Peillon qui disait quant
à lui que la loi Carle ne posait pas de problème et qu'elle ne serait pas remise en cause. Au moment où l'enseignement public est attaqué si durement par la politique de restriction du
gouvernement Sarkozy l'exécutif socialiste fait le choix de donner au privé les moyens d'organiser la concurrence ! ….


 


Quant à Stéphane Lajaumont, se félicitant à son tour de la dotation aux lycées publics, il a souligné qu’il faudrait aussi se donner les moyens humains pour
aider les établissements dans la gestion de ces ouvrages en début et en fin d’année scolaire. L’élu a ensuite rappelé que la majorité régionale ne pouvait s’abriter derrière l’égalité de
traitement public / privé, parce que le service public d’éducation - le seul laïque -  s’adresse à tous les citoyens et n’a donc pas être traité à égalité avec le privé ; ce gouvernement le
sait bien qui a essentiellement supprimé des postes dans le public (75000 postes en 5 ans, contre 5000 pour le privé.). Il a ajouté qu’il n’osait pas imaginer que c’était par clientélisme ou
électoralisme que la majorité régionale faisait ce choix politique qui consiste à entretenir le dualisme scolaire. Citant Jean Jaurès, qui expliquait en 1910 dans Pour la laïque que « Laïcité de
l’enseignement, progrès social, ce sont deux formules indivisibles. Nous lutterons pour les deux », Stéphane concluait en interpellant la majorité : « on commence par financer des livres
scolaires pour l’école catholique et on finit par acheter des livres de messe… »


L’amendement que nous avions déposé a été rejeté par l’ensemble de la majorité régionale qui a reçu dans cette affaire le soutien du groupe UMP. Devant le
refus du Président d’accepter un vote du texte par division -au mépris d’ailleurs du règlement intérieur qui l’autorise-  le groupe LIMOUSIN TERRE DE GAUCHE s’est abstenu au moment du vote
final soulignant par là un choix politique clair en faveur du service public de l’Education nationale