Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

crs-manif-19juillet2014paris.jpg

Le pouvoir PS dans la lignée de ses prédécesseurs

 

Ce que SARKOZY n'avait pas osé faire en 2008-2009 lors de la précédente agression d'Israël contre le peuple de Gaza...

Avec HOLLANDE il est INTERDIT de MANIFESTER !

 

Une tribune libre de Jean Lévy

 

Le PS au pouvoir  a un long savoir faire en matière de répression.

 

Déjà, en mars 1940, - c’est « la drôle de guerre » - le ministre socialiste de la Justice institue la peine de mort pour les communistes, incarcérés, pourchassés, réduits à la clandestinité.

Le prétexte invoqué, c’est leur refus de condamner « le pacte  germano-soviétique » signé entre Moscou et Berlin en août 39, qui permit à l’URSS de gagner deux ans avant que la Wehrmacht ne l’envahisse, délais qui permit à l’Armée rouge de résister d’abord et de vaincre l’Allemagne ensuite.

Victoire décisive pour notre propre libération.

 

Puis, le 10 juillet 1940, la grande majorité des députés et des sénateurs socialistes votent les pleins pouvoirs à Pétain consacrant l’assassinat de la République.

 

Après guerre, le Parti socialiste collabore à tous les gouvernements, (quand il ne les dirige pas lui-même, tel Guy Mollet), qui mènent une guerre coloniale de Madagascar à l’Algérie, en passant par l’Indochine.


Parallèlement, ses ministres s’illustrent dans la répression sociale à l’encontre des militants ouvriers qui défendent par la grève les conditions de vie des masses populaires. Chacun se souvient du ministre de l’Intérieur des années 1947-48, Jules Moch, créateur des CRS qu’il lâche sur les travailleurs.


Faut-il rappeler le rôle de François Mitterrand, ministre de l’intérieur, puis de la Justice du gouvernement Guy Mollet durant la guerre d’Algérie : il refusera la grâce, dans plus de 80% des cas, aux militants du FLN condamnés à mort. 45 seront guillotinés, dont le patriote communiste, Fernand Yveton, et s’opposera toujours, étant président de la République, à la réhabilitation de Maurice Audin,  torturé et assassiné par l’Armée française.

 

François Hollande et de son gouvernement sont donc dans la lignée de ses prédécesseurs en faisant interdire à Paris une manifestation de solidarité envers le peuple palestinien occupé par Israël, Etat raciste et colonialiste, enfant chéri de l’impérialisme occidental, qui subit à nouveau l’agression de son armée à Gaza afin d’y réduire la résistance populaire.  

 

François Hollande montre ainsi la constance du Parti socialiste dans sa connivence avec les forces colonialistes –le voyage actuel du président en Françafrique confirme son style « impérial » - sa solidarité prioritaire avec l’Etat d’israël, dont contrairement au général de Gaulle, et même à Jacques Chirac, il épouse fidèlement la cause.


Qui, aujourd’hui dans ces conditions, pourrait s’entendre – y compris sur le plan électoral - avec un tel parti, de tels politiciens,  qui s’identifient ainsi aux forces de guerre et de répression des mouvements populaires ?

 

 source: canempechepas nicolas

Commenter cet article