Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

revue-dialogue.png

L a revue Dialogue, reprise cette semaine par Informations Ouvrières, l’hebdomadaire du POI, publie une longue interview de Haim Bresheet, professeur d’études cinématographiques, réalisateur et photographe. Né après la Seconde Guerre mondiale dans un camp de réfugiés en Italie, il est le fils de deux survivants d’Auschwitz. Sa famille émigre en 1948 en Israël. Il passe sa jeunesse à Jaffa. Il est lieutenant dans l’armée israélienne de 1964 à 1967. Il quitte Israël pour Londres en 1967 où il enseigne à l’université d’études orientales (SOAS).

`

Il explique le combat qui se mène dans les milieux universitaires à l’échelle internationale et jusqu’en Israël : «  Plus de mille six cents universitaires du monde entier ont, en quelques jours, signé un appel aux universitaires israéiens pour qu’ils se joignent aux universitaires à Gaza et exigent la fin non seulement de l’offensive meurtrière, mais aussi de l’occupation elle-même, la source de tout le mal politique en Israël. Parmi ces signataires, on trouve des universitaires et des intellectuels du monde entier : Noam Chomsky, Angela Davis, Etienne Balibar, Naomi Klein, Jacques Rancière, Slavoj Zizek, John Berger, Richard Falk, David Palumbo-Liu, Sara Roy, la baronne Tonge, sir Patrick Bateson, Ahdaf Sueif, Jacqueline Rose — et la liste se poursuit avec mille six cents autres noms (on peut lire la lettre et la liste complète sur http://haimbresheeth.com/gaza/an-open-letter-to-israel-academics-july-13th-2014/statement-by-israeli-academics-july-2014/ target="_blank" ).


La revue Dialogue qui se présente comme une tribune de « discussion entre juifs et arabes de Palestine, pour le droit au retour et un seul Etat » présente ainsi son dernier numéro paru en juillet :

 

En ce début de mois de juillet 2014, une vague de répression massive touche la population palestinienne de Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Une fois encore, c’est une punition collective que subissent les Palestiniens. Le prétexte de la responsabilité collective des peuples a toujours été utilisé dans l’histoire pour justifier les pires crimes. La différence des droits institutionnalisée, le découpage de la Palestine en zones  ethniques , un découpage que certains voudraient voir comme le contour d’un futur Etat, ne sont ils pas à l’origine de l’accélération actuelle de la ségrégation et des menaces contre tout le peuple palestinien ?


Comme vient de l’affirmer Avraham Burg, un ancien président de la Knesset israélienne, qui a aujourd’hui perdu la plupart de ses illusions :  toute la société palestinienne est une société kidnappée … la plupart des Israéliens qui a effectué un service significatif dans l’armée sont entrés dans la maison d’une famille palestinienne dans le milieu de la nuit par surprise, avec violence, et tout simplement ont emporté le père, le frère ou l’oncle …. c’est de l’enlèvement et cela arrive tous les jours .


Pour Ilan Pappe, dont nous publions le dernier article dans ce numéro de Dialogue,  le nettoyage ethnique se termine quand il est complet ou quand on lui donne un coup d’arrêt. La Paix en Israël et en Palestine signifie donner un coup d’arrêt au nettoyage ethnique comme condition préalable à toute réconciliation.


Une société  kidnappée  soumise à un  nettoyage ethnique  permanent, un peuple pris en otage et pour lequel la seule perspective proposée par les grandes puissances, à commencer par les États Unis est la constitution d’une prison à ciel ouvert que l’on appellera État par dérision, ou la perspective des droits égaux pour tous les peuples vivants entre la Méditerranée et le Jourdain ? Telle est la question. La barbarie ou l’égalité des droits dans un seul et même État, débarrassé de toute forme de ségrégation politique, sociale et religieuse ? En Palestine, comme dans le monde entier.


Un lecteur nous écrit et s’interroge : « démontrer la réalité de la situation, faire connaître celle-ci malgré la complicité des médias me semble prioritaire.


L’idée d’un seul État et du droit au retour m’apparaissent comme des perspectives lointaines, un débat d’idée… pendant que des gens en sont au stade de la lutte quotidienne pour leur survie. Pourtant, j’en suis conscient, y a-t-il à terme une autre solution démocratique ? »


Le revue Dialogue n’a pas d’autre objectif que d’aider à ce que cette discussion se mène dans le mouvement ouvrier et démocratique sur le plan international.


La rédaction.


contact, abonnement : dialoguereview@yahoo.com – http://www.dialogue-review.com

 

 

 

source:POI

Commenter cet article