Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Georges Séguy, ancien secrétaire général de la CGT, résistant, déporté, déclare dans  l'Humanité :

seguy.jpg« Nicolas Sarkozy devrait approfondir ses connaissances sur l'histoire du 1er Mai. En France, cette journée de lutte existe depuis qu'on a inauguré la tour Eiffel. Depuis que les ouvriers ont décidé de manifester chaque année à cette date, en dépit des interdictions et de la répression, le 1er Mai à l'échelle internationale est un symbole de l'unité de tous les travailleurs du monde pour le progrès social et la liberté. Vouloir faire une cérémonie spéciale sur « le vrai travail », c'est une ignorance totale de l'histoire du 1er Mai. Les propos tenus par Henri Guaino sur France Inter, évoquant à propos du défilé populaire « un 1er Mai des permanents syndicaux », sont particulièrement choquants et n'ont rien à voir avec la réalité. Les permanents syndicaux sont évidemment dans les manifestations du 1er Mai, mais leur caractéristique, c'est la participation la plus massive possible des salariés et de leurs familles sur la base de la solidarité et de leurs revendications sociales. Henri Guaino, comme Nicolas Sarkozy, a tout à apprendre de l'histoire du mouvement ouvrier.

La prétention d'organiser un autre rassemblement, d'une autre nature, sur le thème du « vrai travail » me rappelle les périodes durant lesquelles les dictatures fascistes ont interdit les manifestations du 1er Mai correspondant à son histoire pour en faire des manifestations de collaboration de classes niant la défense des revendications et la solidarité. Nous sommes dans une situation qui rappelle de tristes souvenirs. Sous l'occupation nazie, nous n'avions pas le droit de manifester et pourtant nous l'avons pris. Nous nous sommes heurtés à la répression de l'état français sous la direction de Pétain et de Laval. Jamais les travailleurs ne se sont résignés à accepter que l'on change la nature de classe du 1er Mai. Il y a dans cette décision de Nicolas Sarkozy quelque chose qui va dans le sens de ce qui a toujours été condamné par le monde du travail et par tous les démocrates.

Je rappelle qu'à l'origine le 1er Mai a été organisé pour obtenir la journée de huit heures de travail. S'attaquer aux « corps intermédiaires », donc aux syndicats, qu'on oppose aux « vrais travailleurs » rappelle l'époque pétainiste, où l'on vantait le corporatisme et la collaboration de classe. Cela nous rattache aux vieilles traditions de l'extrême droite.

Pour m'opposer à ces conceptions réactionnaires en France et dans d'autres pays d'Europe, j'ai écrit un livre sur le centenaire du 1er Mai qui explique la signification de cette journée, qui demeure un moment important de la solidarité internationale des travailleurs et de leur volonté de progrès sociaux. Les organisations syndicales ont pris la décision de faire un grand 1er Mai. J'ai beaucoup apprécié en tant que syndicaliste que Jean-Luc Mélenchon ait appelé les travailleurs et tous ceux qui sont proches du Front de gauche à participer massivement aux manifestations. Ce sera une nouvelle journée de combat pour le progrès, la liberté, et contre les restrictions sociales préconisées par ceux qui veulent modifier la nature de la Journée internationale de lutte et de solidarité des travailleurs ».

 

Georges Séguy

Commenter cet article

caroleone 26/04/2012 21:51


Bonsoir Diablo,


 


J'apprécie Georges Séguy pour ce qu'il a donné à la résistance française et à la CGT et j'ai bien aimé son livre" Résister, de Mauthausen à mai 68", il m' appris pas mal de choses.


Tu sais, pour moi le 1er mai,  ce que ça représentait avant que je connaisse la politique ?


C'était les voyages que pouvaient faire ce jour les enfants des familles populaires dont je faisais partie, les familles nombreuses comme on les appelle et je ne sais pas trop en fait qui
organisait ça dans ma ville car j'étais petite fille. Et pour les enfants que nous étions, ces petites occasions de sortie représentaient les seules que nous avions de l'année bien souvent et
étaient en cela chères à nos coeurs.


Ce que je me souviens, c'était des liens affectifs qui nouaient les familles qui y participaient, je me rappelle qu'il y avait avec nous de nombreuses familles d'espagnols et d'immigrés, mais
moi, je n'y allais pas en famille, je n'avais que ma soeur avec moi. Ma mère ne devait certainement pas se trouver à sa place avec ses familles populaires quand j'y pense, puisque même quand nous
étions dans la misère, elle s'est toujours sentie au dessus du lot !!


Voilà que je radote, ça va mal !!


 


Amitiés


 


caroleone


 

DIABLO 26/04/2012 22:12



Tu ne radotes pas Caro, tes témoignages sont toujours émouvants.


"Gentils enfants d'Aubervilliers, Gentils enfants de prolétaires, gentils de la misère, Gentils enfants du Monde entier" (Jacques Prévert)


Amitiés sincères de Diablo



Serge des bois 25/04/2012 20:41


Georges Séguy, ancien cheminot, ancien secrétaire général d'une CGT de luttes de classe, montre que malgré l'âge, lui n'a rien perdu de ses facultés d'analyse et de sa volonté de résister
...


Voila qui fait chaud au coeur !


Et j'espère que nous serons nombreux dans la dynamique du Front de Gauche, avec les syndicats, ce 1er mai 2012 !


Fraternellement