Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Filoche-gerard.jpg

republique-pyrenees.jpg

Membre du conseil national du parti socialiste, Gérard Filoche a répondu aux questions du quotidien « La République des Pyrénées »

---------

http://www.communecommune.com

 

Le produit intérieur brut de la France va diminuer de 0,25 % cette année selon le Fonds monétaire international. Qu'est-ce qui est cassé dans la machine économique ?

Il ne faut pas faire de rigueur. Même pas de rigueur budgétaire. Il faut dépenser plus. Il ne faut pas dépenser moins. Il faut mettre de l'argent dans les services publics, dans les hôpitaux, dans les salaires pour relancer la machine économique. L'erreur de notre gouvernement, que je soutiens, c'est de vouloir faire de la rigueur budgétaire pour plaire aux marchés. Cela ne sert à rien. Les marchés sont étouffants. C'est comme jeter des steaks aux requins, cela ne les éloigne pas ! Ce dont nous avons besoin, c'est d'une vraie politique de relance.

 

"Fisc : embauchons des inspecteurs !"

 

Où trouvez-vous l'argent ?

Jamais la France n'a été aussi riche. C'est un mensonge de dire que nous n'avons pas d'argent. Il y a 590 milliards d'avoirs français dans les paradis fiscaux : deux fois le budget de l'État. Les 500 familles les plus riches possèdent 270 milliards. Les entreprises du CAC 40 ont versé 37 milliards de dividendes. C'est-à-dire de l'argent qui ne sert à rien, qui n'a pas d'utilité sociale. C'est de l'argent qui pirate nos entreprises et qui fait du chômage. Franchement, la crise n'est pas pour tout le monde !

 

François Hollande est plongé dans des abîmes d'impopularité. Pourquoi ?

C'est parce que la droite lui cogne dessus. Et ce n'est pas une surprise. Jean-François Copé voudrait l'austérité puissance mille. Et comme Hollande ne fait pas une politique suffisante à gauche, une partie de l'électorat de gauche est déçue. Ces électeurs sont passés de l'espoir à l'attente. Et maintenant on est au stade de l'impatience. Il faut désormais que François Hollande et Jean-Marc Ayrault se décident à répondre aux attentes de nos électeurs.

 

"Patrimoine des ministres : je n'ai pas regardé"

 

En découvrant le patrimoine des ministres, quelque chose vous a-t-il surpris ?

Je n'ai même pas regardé. Je suis plus intéressé par les 108 milliards d'argent français planqués en Suisse, par les 60 à 90 milliards de fraude fiscale que par le patrimoine des ministres. Je préfère qu'on recrute 2 000 inspecteurs des impôts pour aller chercher l'argent de la fraude fiscale.

 

Vous êtes d'accord avec Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale qui parle de "démocratie paparazzi".

La transparence, l'honnêteté : bien sûr que j'y suis favorable ! Mais ce qu'il y a derrière l'affaire Cahuzac c'est le choc de l'argent face à la pauvreté, au chômage et à la rigueur que l'on impose aux gens. Le scandale, c'est que celui qui défendait la "règle d'or" budgétaire planquait son or ! Et tout cela avec 10 millions de pauvres et 5 millions de chômeurs.

 

Dans ce contexte, un changement de gouvernement serait-il opportun ?

La question, ce n'est pas celle du remaniement ! C'est celle de la politique qui est menée. Oui ou non fait-on la relance ? Oui ou non augmente-t-on les salaires ? Oui ou non touche-t-on à la finance ? On me dit qu'on ne pourrait pas le faire. À Chypre, qu'a fait l'Union européenne ? Elle a fermé les banques. Elle a pris l'argent sur les comptes ! Et on ne pourrait rien faire contre ceux qui fraudent le fisc ? Je dis qu'en France on peut prendre l'argent de ceux qui possèdent les banques. Les quatre principales banques françaises ont versé 18 milliards de dividendes l'an dernier. Jean Marc Ayrault ne les a taxés que de 500 millions.

 

Réforme du code du travail : "C'est un recul !"

 

Le droit du travail conçu en période de croissance économique est-il immuable ou peut-on le faire évoluer pour l'adapter au nouveau contexte économique ?

Tous les soirs, je fais une réunion contre l'accord national interprofessionnel entre le Medef et les organisations syndicales qui est en train de devenir une loi. Je le dirai à Gan : je suis contre cette loi. C'est un recul du droit du travail. C'est une mauvaise imitation de ce qu'a fait par le parti social démocrate allemand (SPD). Ce dernier d'ailleurs en revient. Il se mord les doigts. Il demande un SMIC. Il conteste ce qu'il a signé avec Angela Merkel. Je ne comprends pas que Michel Sapin s'obstine. Cette loi figure parmi celles qui ont été adoptées dans les plus mauvaises conditions de la Ve République. Il y a eu davantage d'abstentions que de voix pour ! C'est une loi réactionnaire à 100 % Le droit du travail est indispensable et je le défends.

 

Source 

 

 

 

Commenter cet article