Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

Farage-UKIP.jpg

 

Article du Morning Star

 quotidien communiste britannique

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Les progressistes sont consternés, à juste titre, par le message incendiaire anti-immigrants placardé sur les panneaux d'affichage de toute la Grande-Bretagne par le UK Independance Party (UKIP).

 

Mais le Parti travailliste et les syndicats devraient tenir compte de l'avertissement du responsable de la coalition No2EU – Yes to Workers rights [NdT : coalition « Non à l'Union européenne – oui aux droits des travailleurs » menée par les communistes, syndicalistes, forces de gauche hostiles à l'UE du capital] Brian Denny pour qui l'UKIP continuera à prospérer tant que la gauche refusera d'admettre la colère populaire contre cette Union européenne anti-démocratique.

 

La posture odieuse de Nigel Farage est celle de prétendre s'adresser aux gens d'en bas et non aux nantis, à l'élite métropolitaine qui s'en tire si bien malgré la crise économique dans laquelle a sombré le pays il y a six ans de cela.

 

Ces prétentions sont des mensonges.

 

Avant de prendre le parti de l'UKIP, M.Farage était un boursicoteur de la City tout comme ces spéculateurs foireux qui ont provoqué le krach financier de 2008.

 

En tant que député européen, il s'est gracieusement servi pour lui-même en allant à la gamelle des fonds jamais remis en question du Parlement européen, se vantant en 2009 d'avoir récolté 2 millions de £ de la sorte.

 

Comme tant d'autres membres du Parti conservateur, auquel il appartenait auparavant, il a du mal à comprendre que l'argent public n'est pas son bien personnel.

 

Et loin d'être un parti « anti-establishment » comme il aime à se présenter, l'UKIP partage pleinement l'idéologie néo-libérale de l'establishment de Westminster.

 

Les travailleurs qui ont perdu leurs emplois à cause de l'offensive virulente du gouvernement contre le secteur public doivent savoir que Farage défend des coupes encore plus importantes dans les dépenses publiques que les Conservateurs et les Libéraux-démocrates.

 

L'UKIP prétend s'inquiéter des menaces pesant sur les services publics – et il appelle pourtant à des coupes massives dans les dépenses du NHS (Système national de santé) et propose d'aller plus loin dans la sous-traitance des services de santé à des prestataires privés assoiffés de profits.

 

Les exonérations fiscales du Ministre de Finances George Osborne sur les plus riches ne vont pas assez loin pour Farage, qui veut un seul taux d'imposition sur le revenu pour tous, l'abolition de toutes les taxes sur l'héritage et l'abaissement du taux d'imposition sur les sociétés.

 

Même ses prétentions à défendre la souveraineté nationale sont suspectes – comme « No2EU » le souligne, son parti a soutenu la législation européenne forçant les Etats-membres de l'UE à privatiser et fragmenter leurs systèmes ferroviaires.

 

Oh, et cette année, il a aussi appelé à diminuer le montant des retraites.

 

L'UKIP est clairement un parti patronal.

 

Mais une bonne partie du mouvement ouvrier doit encore se réveiller sur le fait que l'Union européenne est aussi une institution patronale.

 

Ses organes les plus puissants, la Commission européenne et la Banque centrale européenne, ne sont élus par personne et ont été utilisés pour faire passer une politique thatchériennede destruction d'emplois, de privatisation des services publics et démolition des droits des travailleurs.

 

En échange du « renflouement » de la Grèce, de l'Irlande et du Portugal, elle a exigé d'énormes coupes dans les dépenses et contraint à la suspension des conventions collectives.

 

Elle s'est alignée sur la politique étrangère agressive des Etats-unis et a récemment joué un rôle capital dans la facilitation du renversement d'un gouvernement corrompu mais élu en Ukraine par un fatras de fanatiques du capitalisme, de fascistes en armes et de zélotes nationalistes homophobes.

 

Les sondages successifs montrent que les travailleurs britanniques ne soutiennent pas du tout l'UE.

 

Ce n'est pas, comme le discours paternalistes du « new Labour » et des Libéraux-démocrates le suggère, car ils n'ont pas bien compris ce qu'elle était.

 

Ce n'est pas non plus parce que les travailleurs britanniques avec leur vénérable tradition de solidarité internationale avec les opprimés, sont une bande de xénophobes.

 

Les travailleurs ont une méfiance pleinement justifiée envers cet empire néo-libéral qui débite son dogme capitaliste-libéral et dont les leaders n'ont même pas été élus.

 

Le Parti travailliste devrait partager leurs préoccupations. D'ici qu'il le fasse, « No2EU » existe pour proposer une alternative progressiste, socialiste.

 

Contrairement à l'UKIP, cette organisation de la classe ouvrière ne reçoit pas de financement de millionnaires qui l'aident à diffuser son message. Il a au contraire besoin de notre soutien pour porter ce message.

 

Car nous avons bien besoin de reprendre le contrôle de notre pays. Non pas des mains des étrangers dénoncés par l'UKIP, mais de cette classe capitaliste parasitaire et de ses institutions à Westminster et à Bruxelles.

Commenter cet article