Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

grece-siderurgie

Neuf mois que les sidérurgistes d'Hellenic Halyvourgia ont arrêté le travail, refusant le chantage patronal, les baisses de salaires – avec des propositions à 500 euros par mois – et les licenciements au nom de l'austérité. Neuf mois de résistance à l'intimidation et au chantage patronal, à la propagande médiatique, à la brutalité des forces de répression.

 

Neuf mois d'une résistance organisée par le front syndical du PAME, une coordination de syndicats de base sur des positions de classe, et organiquement liée au Parti communiste.

 

Une résistance qui est devenue un symbole national du refus d'accepter, sans réagir, les sacrifices à sens unique exigés par le pouvoir et par l'UE, dans cette usine située à 50 km à l'ouest d'Athènes et appartenant à un des trois principaux groupes sidérurgiques grecs.

 

Désormais, la répression est passée à une autre échelle. Après la déclaration de la grève comme illégale par la justice grecque le 6 juin dernier, les ouvriers avaient unanimement résisté à l'intimidation et poursuivi le mouvement.

 

Ce samedi 20 juillet, les forces anti-émeutes ont pris d'assaut l'usine usant de gaz lacrymogènes, tabassant et arrêtant une dizaine de militants syndicaux. Le sur-lendemain, le 23 juillet, les forces de police ont lancé deux nouveaux assauts contre les grévistes protestant aux portes de l'usine occupée par les forces anti-émeutes.

 

L'offensive idéologique, sur les ondes des médias dominants, et répressive, par les assauts des groupes d'intervention policiers atteint son comble, la preuve aussi d'une faiblesse d'un pouvoir plus que jamais discrédité aux yeux de la population.

Face à la répression, les travailleurs renforcent leur cohésion. A l'Assemblée générale de dimanche, suivant le premier assaut, les salariés ont décidé de poursuivre la grève à 164 voix pour et 5 contre.

 

« Nous continuerons à appliquer la décision prise par l'Assemblée générale, celle de continuer la grève », a déclaré le responsable syndical Giorgios Sifonios.

La solidarité se construit déjà à l'échelle nationale avec des manifestations organisées par le PAME ce lundi 23 juillet dans 45 villes du pays dont Athènes, Salonique, Xanthi, Patras ou encore Larissa.

 

Le Parti communiste de Grèce (KKE) a également affiché son soutien, appelant à l'intensification de la lutte : « Le groupe parlementaire du KKE continuera, dans et hors du Parlement, à manifester son soutien et sa solidarité avec la lutte héroïque des sidérurgistes et de tous les travailleurs paupérisés et ruinés par la ligne politique de la coalition tripartite Nouvelle démocratie-PASOK-Gauche démocratique, ainsi que la ligne de l'UE et des monopoles ».

 

Elle a aussi besoin de la solidarité internationale la plus large, de la part de ceux, communistes, syndicalistes sur des positions de classe, progressistes, qui refusent aussi la politique de l'austérité à perpétuité, au nom de l'Union européenne au service des grands groupes.

 

Solidarité avec la grève de nos camarades d'Hellenic Halyvourgia, leur lutte est aussi la nôtre !

 

Commenter cet article