Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

cgtcheminots-1erRencontre.jpg

Reprise par la Fédération des cheminots d'une pratique qui depuis 1995, puis les luttes de la première décénnie 2000, a fait ses preuves. Des informations et avis à reprendre et faire rebondir pour participer à la diffusion. Bonne lecture 

 

 

Juste une information : le palefrenier de Ségolène a cru bon de dire que sa réforme était "la seule solution pour sauver le rail".


Le Sauver de quoi ? 


Uniquement de la situation où il a été poussé par ses naufrageurs. Ceux ci comme ceux qui arment la flibuste sont connus.


Le but de sa loi, "Libération" le rappelle ce matin : 


Destinée à stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d’euros) et à préparer son ouverture totale à la concurrence, la réforme contestée par les syndicats prévoit de regrouper la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.


Depuis 1991 derrière la façade de la CEE, de la CE puis de L'UE, ce sont l'accumulation de mesures conconctés par les gouvernements successifs (tous) pour permettre au capital de s'approprier un outil efficace financé par l'argent public, pensé et réalisé par les cheminots qui a mis la SNCF en situation de précarite financière, poussé à éclater sa cohérence industrielle.


Ces choix politique lui font supporter les coûts de décisions prises par d'aucuns qui n'en assument pas le poids financier.


Alors que le système ferroviaire est poussé vers la faillite avec la complicité active d'un état major interne. Celui ci au travers de l'organisation de l'obligation d'emprunter aux banques pour financer les choix que cette grivèlerie publique impose offre à ces même banques (directement ou par les redevance versée à RFF) qui ainsi se gavent par des remboursements d' emprunts qui conduisentmaintenant à ce qu'un cheminot sur trois travaille pour les banques.


Pendant ce temps, ces mêmes banques ont droit à des centaines de milliards d'€uros de soutien par les finances publiques (crise des sub'primes et autres créées par elles), sans même avoir à les rembourser.


La SNCF ne tire aucune dotation financière publique pour réaliser les chantiers que sa tutelle lui impose autre que le branchement des finances régionales pour la partie TER, pire celle-ci maintenant l'engage dans des financements PPP pour brancher directement la trésorerie de l'entreprise pour gonfler les profits des banques.


C'est cela l'ouverture à la concurence libre et non faussée portée par l'UE et défendue pour TOUS les groupes du parlement européen qui TOUS ont accepté les traités pour pouvoir se constituer et son en train de renouveler et confirmer leur choix.


La réforme "Hollande Valls Royal Cuviller" synthèse agravante des précédentes propose de donner directement aux banques la maitrise de la SNCF. C'est la méthode Thatcher reconditionnée en rose.


Ce ne sont pas seulement les cheminots, leur outil de travail, les conditions sociales de son fonctionement porté par le statut de la SNCF qui seraient spoliés par ces choix, mais le pays tout entier.


La SNCF appartient à la Nation, rétablissons lui son unité et développons le service public, tous NOS services publics.

 

Le 12 juin 2014

Rédigé par Canaille Lerouge

Commenter cet article