Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

greves-italie-belgique.jpg

 

LBelgique a été bloquée lundi 15 décembre 2014 à l’appel de ses trois syndicats par la grève générale contre le projet du gouvernement Charles Michel de porter l’âge de la retraite à 67 ans, de geler les salaires, de couper dans la santé et de réduire d’un quart à un tiers les « charges » patronales.


Les transports publics, routiers, ferrés et aériens, les écoles, les hôpitaux, les services publics ont été paralysés et bien des commerces ont fermé leurs portes. Des piquets de grève bloquaient de nombreuses entreprises du secteur privé.


Une grève classe contre classe, sans frontière entre Wallonie et Flandre, explique M. Heris, président du syndicat patronal de Wallonie : « Patrons wallons et flamands se rejoignent sur beaucoup de sujets » a-t-il déclaré, et notamment sur leur volonté de réduire les salaires directs et différés de tous les salariés belges.


Au même moment, l’Italie était paralysée par une grève générale à laquelle 60% des salariés ont pris part, et des manifestations monstres (un million et demi de personnes), appelées par les confédérations CGIL et UIL contre la réforme de déréglementation du code du travail.


Le président de la République italienne, Giorgio Napolito, s’est inquiété du manque de consensus dans le pays pour appliquer les plans d’austérité élaborés à Bruxelles et à Rome. Faisant état d’une « notable tension entre les syndicats et gouvernement », le président a suggéré qu’en contrepartie de la réforme du travail, les syndicats soient associés aux« décisions à prendre pour la relance de l’économie ».

 


source: POI

Commenter cet article